Sainte-Croix-Volvestre

670 hab. (Cruxéens), 1 966 ha dont 203 de bois, chef-lieu de canton du département de l’Ariège dans l’arrondissement de Saint-Girons, 20 km au nord de la ville au bord du Volp. Le village, orné d’un petit lac, est dans une vallée étroite juste en avant des Petites Pyrénées, dominée au nord et à l’est par les collines du Terrefort et un ancien cône de déjections plioquaternaire de l’ancêtre du Volp; musée des traditions. La commune a eu 1 900 hab. en 1836 et s’est dépeuplée jusqu’en 1968 (500 hab.); elle a gagné une cinquantaine d’habitants entre 1999 et 2009.

Le canton, limitrophe de la Haute-Garonne, a 2 100 hab. (1 900 en 1999), 12 communes, 11 996 ha dont 3 805 de bois; 11 communes forment la communauté de communes du Volvestre ariégeois. Son relief est strié par les barres parallèles des Petites Pyrénées, de direction ESE-ONO, traversées à l’est par les gorges épigéniques du Volp: Mérigon (130 Mérigonois, 633 ha dont 268 de bois) et Montardit (200 Ardimontains, 726 ha dont 201 de bois), village perché qui fut fortifié, y occupent deux cluses étroites; la première a gagné 30 hab. depuis 1999, la seconde 50; transports et travaux publics Naudin à Montardit (30 sal.).

La moitié occidentale du canton est drainée vers le Salat par le Lens, qui traverse aussi la Quière en cluse à Tourtouse (170 Tourtousains, 1 187 ha dont 420 de bois), un village portant encore les traces des richesses d’un évêque de Saint-Lizier, qui s’y était fait construire une confortable résidence de campagne: donjon heptagonal du 12e s., restes de remparts et de l’ancien palais épiscopal, église; Tourtouse a eu plus de 1 500 hab. vers 1840.

Un peu au nord, Fabas (330 Fabassiens, 2 304 ha dont 1 077 de bois) a de belles halles anciennes; maison de retraite de la Croix du Sud (45 sal.). À Barjac (40 Barjacois, 278 ha) aux sources du Lens, 11 km SSO du chef-lieu et 9 km au nord de Saint-Lizier, musée de l’escargot et ferme hélicicole. Le canton est boisé, et eut des gentilshommes verriers aux 17e et 18e s.; assez isolé, il n'a jamais été très peuplé, mais le chef-lieu avait encore 1 600 hab. en 1876, cinq fois plus que maintenant.