Sainte-Énimie

5550 hab. (Santrimiols), 8 734 ha dont 1 819 de bois, chef-lieu de canton de la Lozère dans l’arrondissement de Florac, 27 km ONO de celle-ci et 28 km SSO de Mende. Le village le plus célèbre des gorges du Tarn, classé dans les «plus beaux villages de France», occupe un spectaculaire site d’adret dans les gorges, au confluent d’un profond vallon de rive droite, choisi à l’origine par une abbaye. La commune s’étend largement sur le causse de Sauveterre au nord, mais déborde aussi sur le causse Méjean au sud, où le pech d’Alluech monte à 1 151 m (panorama). Dans les gorges en amont du village, se dressent les ruines du château de Castelbouc, rive gauche.

Centre touristique, la commune a cinq hôtels (65 chambres), six campings (360 placesà et 360 résidences secondaires (55% des logements); un centre national EPMM (Entraînement physique et monde moderne, issu de Jeunesse Ouvrière), un collège public. Le village est «station verte de vacances» et siège de la communauté de communes des Gorges du Tarn et des Grands Causses, qui correspond au canton. Quoique agrandie par l’intégration de Prades en 1972, la commune s’est dépeuplée de la première moitié du 19e s. (1 200 hab.) à 1990; elle est restée au même niveau depuis 1999.

Le canton a 1 250 hab. (1 100 en 1999), 5 communes, 24 171 ha dont 4 421 de bois et garrigues; il est traversé d’est en ouest par les gorges du Tarn. À l’entrée se trouve Quézac (350 Quézacais, 2 691 ha dont 685 de bois), 14 km à l’est du chef-lieu, qui a gagné 100 hab. de 1999 à 2009; Nestlé y embouteille de l’eau de table au nom du village, mais les installations sont à la limite d’Ispagnac; la commune a deux campings (130 places) et 215 résidences secondaires sur 370 logements. Montbrun (90 Montbrunels, 2 997 ha dont 523 de bois) est un village perché sur le versant de rive gauche; la commune inclut le château de Charbonnières, un peu à l’ouest, et s’étend surtout sur le causse Méjean; deux campings (130 places), deux tiers de résidences secondaires.

Au centre du plateau du causse Méjean se tient le petit village de Mas-Saint-Chély (140 Mas-Chélyens, 5 681 ha dont 916 de bois), vers 1 000 m, à côté d’une enceinte préhistorique. Dans les gorges en aval de Sainte-Énimie, à 5 km, le hameau de Saint-Chély se tapit au fond des gorges, à l’entrée du cirque de Pougnadoires; si le château-hôtellerie de la Caze, rive droite, est à Laval-du-Tarn qui est sur le causse de Sauveterre et dans le canton de La Canourgue, les ruines du château d’Hauterives, en aval, sont encore à Mas-Saint-Chély; la commune a deux petits hôtels.

Enfin à l’ouest La Malène (170 Malénais, 4 068 ha dont 478 de bois), 14 km au SO du chef-lieu, est un village de fond de gorge, mais dont le territoire s’étend de part et d’autre sur les deux causses; bateliers pour touristes, ruines du château, sites naturels du roc des Hourtous et des Détroits dans les gorges; la commune a quatre hôtels (55 chambres), dont un de luxe, deux campings 75 places), 115 résidences secondaires sur 200 logements.