Sainte-Sigolène

6 000 hab. (Sigolénois), 3 064 ha dont 909 de bois, chef-lieu de canton du département de la Haute-Loire dans l’arrondissement d’Yssingeaux, 23 km au NE, à 810 m. La ville est souvent prise pour exemple d’une reconversion réussie, passant des anciennes soieries au plastique, spécialisé dans les feuilles et emballages et premier centre français du polyéthylène extrudé, à l’initiative des familles Fayard et Revel, puis Barbier, issues du textile et de la confection.

Une trentaine d’entreprises y fournissent le tiers des films plastiques fabriqués en France. Fayard et Revel ont été repris par le britannique Autobar, lui-même devenu Veriplast après son rachat par le fonds Sun Capital, et leurs ateliers se dispersent alentour. Émergent les groupes et entreprises Barbier (520 sal. sur place), Guérin (120 sal.), Granger (80 et 20 sal.), Ribeyron (65 sal.), Pichon (45 sal.), Sigoplast (45 sal.), Colly Martin (40 sal.), STTP (35 sal.), Goudard (30 sal.), Teyssier (25 sal.), Multiplast (20 sal.), , etc. Il reste un peu de textile (passementerie de luxe, châles et écharpes Quioc 35 sal.) et de confection.mécanique MPS Faure (25 sal.), plus l'atelier protégé du Réservoir (espaces verts et entretien, 55 sal.). Commerce et bâtiment sont représentés par un supermarché Carrefour (35 sal.), les maçonneries Sigobat (40 sal.) et Bruyère (30 sal.), la plâtrerie Pépier-Charrel (35 sal.), les travaux publics Ruel (25 sal.) et Päulet (25 sal.), les transports Colombet (70 sal.) et Cottier (45 sal.).

La ville a un musée de la Fabrique (tissage et plasturgie), un musée de la maison des Béates; centre d’aide par le travail, collège privé. Sainte-Sigolène avait 2 500 hab. en 1820, 5 000 en 1906; après un déclin jusqu’à moins de 3 200 en 1954, la population s’est remise à croître et a gagné 400 hab. de 1999 à 2008. L’unité urbaine est donnée pour 7 200 hab.

Le canton a 9 000 8 000 hab., 3 communes, 6 953 ha dont 2 334 de bois; il occupe un petit plateau vers 750 m, bordé au sud par la vallée encaissée de la Dunière, affluent du Lignon. Sainte-Sigolène tend à ne faire qu’une conurbation avec sa voisine orientale Saint-Pal-de-Mons et partage aussi des ateliers avec Montfaucon-en-Velay, à laquelle elle est associée dans la communauté de communes des Marches du Velay. La troisième commune du canton est Les Villettes (1 200 hab., 1 178 ha dont 427 de bois), sur le même plateau à 740 m, 4 km à l’ouest du chef-lieu, dont l’équipement est un peu plus varié: mécanique CAB (60 sal.), travaux publics Moulin (75 sal.), gardiennage Gellet (35 sal.), capitonnage de cercueils Velay Capiton (25). La commune est bordée au sud et à l’ouest par les gorges du Lignon; elle a gagné 320 hab. entre 1999 et 2008. Le canal du Lignon, qui relie le barrage de Grazac à la centrale électrique de Saint-Ferréol, passe en souterrain à travers la commune, traversant la rivière en aqueduc.