Sainte-Victoire (la)

chaîne de relief à l'est de la ville d'Aix-en-Provence, d'oreintation ouest-est et de 18 km de long. Elle fait figure, avec la Sainte-Baume, de «montagne sacrée» de la Provence et son image, magnifiée par les peintures de Cézanne, est surabondamment utilisée. Il s'agit d'un pli anticlinal complexe déversé vers le sud et en partie évidé. Il est dominé par un grand crêt calcaire, qui atteint 1 011 m au pic des Mouches et dont l'escarpement est tourné vers le sud et domine la dépression de l'Arc, par où passe la grande route vers Nice (A 8). Le Cengle, juste au sud, est un synclinal légèrement perché. La dépression de Vauvenargues, côté nord, alimente le lac-réservoir de Bimont. Plus de 6 500 ha de ces reliefs sont classés et la zone de protection spéciale Natura 2000 couvre plus de 15 000 ha. La fréquentation est nénamoins intense, tant en randonnée qu'en escalade, et estimée à 700 000 visiteurs par an. Il existe une appellation viticole (aoc) côtes-de-provence-sainte-victoire dans 9 communes dont deux du Var, en cinsault, grenache, syrah un peu de mourvèdre, sur 2 200 ha; 17 particuliers et 5 coopératives produisent un million de bouteilles par an, dont 80% en rosé.