Saissac

970 hab. (Saissacois), 5 703 ha dont 2 200 de bois, chef-lieu de canton du département de l'Aude dans l'arrondissement de Carcassonne, 26 km au NO de la préfecture. Le village est perché à 470 m sur les hauteurs du Cabardès, versant méridional de la Montagne Noire, au pied des tours ruinées de son ancien château fort (12e s.); s'y ajoute le nouveau château à tours rondes très remanié aux 15e et 17e s. et dont la ruine a été accélérée par les chercheurs de trésors. La commune offre musée des vieux métiers, parc à biches, village de vacances, centre de convalescence; menhir de Picarel.

Son finage borde le département du Tarn et le Parc régional, montant jusqu'à 733 m. Il inclut les 23 ha du lac de retenue du Lampy Neuf (digue de 126 m, retenue de 2,6 Mm3, arboretum), très fréquenté par les Toulousains et autres citadins. Le lac a été aménagé en 1782 en amont du ruisseau du Lampy et ses eaux sont dérivées vers la rigole d'alimentation du canal du Midi, qui sinue dans la partie haute de la commune depuis la prise d'eau sur l'Alzeau. Saissac avait 2 000 hab. au début du 19e siècle et sa population a diminué jusqu'en 1975 (650 hab.), puis repris un peu, 40 hab. s'y ajoutant entre 1999 et 2009. Elle anime la communauté de communes du Cabardès-Montagne Noire (10 communes, 3 900 hab.).

Le canton a 3 500 hab. (3 100 en 1999), 8 communes, 13 665 ha dont 4 850 de bois et garrigues; limitrophe du département du Tarn, il se limite aux hautes pentes de la Montagne Noire. Saissac en occupe toute la partie occidentale. Lacombe (170 120 Lacombois, 1 499 ha dont 1 100 de bois), 11 km au NE du chef-lieu à 750 m, est séparé de celui-ci par la vallée de l’Alzeau, sous-affluent de l’Aude par la Rougeanne et le Fresquel. Une prise d’eau en dérive les apports vers la rigole de la Montagne, chargée d’alimenter le canal du Midi, et qui s’abreuve plus loin aux barrages du Lampy, des Cammazes et de Saint-Ferréol. Le nouveau barrage de la Galaube a été établi sur ce site en 2002, pour la fourniture d’eau potable (50%), d’eau d’irrigation (32%) et l’alimentation du canal (6%); le réservoir de 8 Mm3 (65 ha de plan d’eau) est retenu par un barrage de 32 m de haut à géomembrane. La commune a gagné 50 hab. depuis 1999.

Lacombe partage avec Cuxac-Cabardès (960 Cuxacois dont 40 à part, 2 506 ha, à 515 m), 17 km à l’est de Saissac, la forêt domaniale de la Loubatière. Cuxac a bénéficié de 1694 à 1885 d’une manufacture royale de draps au domaine de la Bonde; les bâtiments sont en cours de restauration; elle possède aussi un dépôt et une fabrique d’explosifs Titanobel (ex-Titanite, depuis 1983, 150 sal.); collège public avec internat, maison de retraite (40 sal.). Très étirée du nord au sud, la commune de Cuxac inclut au nord le barrage dit de Laprade (27 m de haut, 9,7 Mm3), établi en 1982 pour l’eau potable et l’irrigation, dont le lac, qui occupe 90 ha, est également très apprécié des citadins. La commune a reçu en 2006 un parc de 6 éoliennes Vestas (12 MW, Eole-Res). La population de Cuxac a augmenté depuis le minimum des années 1930 (600 hab.), mais pas depuis 1999.

La petite commune de Laprade (100 Pradies, 461 ha dont 265 de bois) est isolée un peu plus au nord et un peu plus haut (850 m au village), son territoire montant à 893 m au bord du Parc. À Brousses-et-Villaret (320 Broularetois, 1 116 ha dont 450 de bois), 5 km au SO de Cuxac, moulin à papier du 18e s. rénové avec musée Gutenberg. Saint-Denis (490 Saint-Dionisiens, 821 ha), 7 km à l'est de Saissac, étire son finage sur le plateau entre les valéles encaissées de l'Alzeau à l'ouest et de son affluent la Dure à l'est; Aude Ambulances (25 sal.)