Santenay

850 hab., 1 036 ha dont 478 de vignes, commune de Côte-d’Or dans le canton de Nolay, 18 km au SO de Beaune, à l’extrémité méridionale de la côte de Beaune sur le versant gauche de la vallée de la Dheune, 4 km à l’ouest de Chagny. Le village est dominé à l’ouest par la montagne des Trois-Croix (521 m, panorama) et va au SE jusqu’au canal du Centre.

Santenay est connue à double titre. C’est une ancienne ville d’eaux avec source d’eaux minérales salines, dotée d’un actif casino (75 sal., 40e de France avec 21 M€ de jeux, une moyenne de 600 personnes par jour) et «station verte de vacances»; mais la société des thermes a fermé en 1995 et la municipalité essaie de reconstituer peu à peu un centre thermal; la station n’est pas encore ouverte.

C’est aussi et sans doute surtout le lieu d’une AOC communale des côtes de Beaune, étendue sur 379 ha dont 124 ha à 11 premiers crus; 300 ha sont en production pour le rouge (pinot noir) et 30 pour le blanc, fournissant respectivement 14 000 et 1 600 hl; 13 ha se situent à Remigny, commune voisine mais en Saône-et-Loire. Santenay a un château ancien avec donjon carré du 15e s. et logis du 18e (et un domaine viticole de 97 ha, 35 sal.) , et de belles maisons des 17e-18e s. La population de la commune a lentement baissé depuis les années 1870 (1 600 hab.) et a encore diminué de 50 hab. entre 1999 et 2008.