Sault

1 200 hab. (Saltésiens), 11 115 ha dont 5 751 de bois, chef-lieu de canton du Vaucluse dans l'arrondissement de Carpentras, 40 km à l'ENE de celle-ci. Le village est sur le plateau d'Albion, au bord de la Nesque, à 780 m d'altitude; il a une église romane en partie du 12e s., un musée archéologique et historique, un centre de découverte de la nature, une coopérative de producteurs de lavande. La commune est dotée d'un collège public et d'un hôpital local (9 lits médicaux, 50 en tout) avec maison de retraite. Son grand finage monte en pointe au nord-ouest sur le revers du Ventoux, et va au sud jusqu'à 11 km du bourg. Il est parcouru par la Route de la Lavande et abonde en gouffres et avens. Il contient le château Saint-Jaume, l'établissement thermal des Paluds, un hippodrome et la commune se veut «station verte de vacances»; elle affiche près de 300 résidences secondaires. Sault avait approché des 2 900 hab. en 1851 puis sa population n'a cessé de décliner jusqu'en 1962 (1 200 hab.); elle a stagné ensuite, mais vient de reprendre 130 hab. de 1999 à 2007. Sault est le siège de la communauté de communes du pays de Sault, qui rassemble les communes du canton. Le pays de Sault, dont le nom vient du latin saltus (espace non défriché), fut jadis une seigneurie et même érigé en comté.

Le canton a 2 200 hab., 5 communes, 24 991 ha dont 12 532 de bois. Monieux (250 Moniliens, 4 712 ha dont 3 220 de bois) est à 7 km au SO de Sault, à 700 m; tour de guet du 12e s., restes de remparts et de portes, château Belair, restes du mur de la Peste. Son territoire, encadré par celui de Sault au nord et à l'est, est très accidenté par les gorges de la Nesque et plusieurs vallons secs affluents; les rochers du Cire et le belvédère du Castellaras sont des sites attractifs au-dessus des gorges; quelques gouffres et avens. Le nom de la commune dérive de Mons Jovis, jadis consacré à Jupiter, et fut un temps Montjeu. Monieux a eu 1 000 hab. en 1836, et seulement 120 en 1975; la commune a 150 résidences secondaires contre 100 résidences principales.

Aurel (160 Auréliens, 2 890 ha dont 1 495 de bois) est à 5 km au NNE de Sault, à 800 m, près de la source de la Nesque. Son finage s'étire d'ouest en est sur l'adret du Ventoux, dont il atteint la crête orientale; ruines castrales. La commune a eu presque 800 hab. dans les années 1830, est passée par un minimum de 110 hab. en 1975, et compte autant de résidences secondaires que de résidences principales Saint-Trinit (100 Trinitosantais, 1 666 ha dont 708 de bois) est à 7 km à l'ENE de Sault, au milieu des champs de lavande, et limitrophe à la fois des départements de la Drôme et des Alpes-de-Haute-Provence; elle a une église classée du 12e s. Son finage touche au sud au camp d'Albion, qui est dans la commune de Saint-Christol.

Le village de Saint-Christol (730 Christolais dont 220 à part, 4 608 ha dont 1 358 de bois) est à 11 km au SE de Sault, à 850 m; il a une église romane à décor de bestiaire et son territoire, troué d'avens dont le plus connu est celui de la Cervi (ou Servy selon l'IGN), va en pointe vers le sud jusqu'aux abords de Simiane-la-Rotonde. C'est l'un des hauts lieux de la spéléologie. Le camp militaire, doté d'une piste d'aérodrome maintenant abandonnée, fut le site de la base aérienne BA 200, autour de laquelle s'organisaient les bases de lancement de missiles à tête nucléaire qui visaient des lieux stratégiques de l'URSS; quatre bases (fermées) sont dans la commune, trois dans celle de Sault. Le camp a été reconverti, rebaptisé en quartier Kœnig, et accueille désormais le 2e régiment étranger de génie (Légion étrangère), fort de 940 personnes; mais l'encadrement est logé à la cité Saint-Michel d'Apt. La commune avait 700 hab. en 1836, 260 au minimum de 1962, puis sa population a connu de fortes oscillations au gré des chantiers et du comptage des militaires, qui atteignirent un millier de personnes à leur apogée. Elle a doublé entre 1999 et 2005, passant à 1 100 hab. selon le nouveau recensement, mais de façon artificielle par intégration des militaires de la base. On nomme parfois plateau de Saint-Christol l'ensemble du plateau de Sault; c'est le nom qui a été retenu pour une «petite région agricole» dite des Plateaux de Saint-Christol et Forcalquier, qui groupe 40 communes, dont 6 du département des Alpes-de-Haute-Provence.