Saulx-les-Chartreux

4 900 hab. (Salucéens), 765 ha, commune de l'Essonne dans le canton de Villebon-sur-Yvette, 4 km au sud-est du chef-lieu. La partie nord de la commune est dans la plaine de l'Yvette, au confluent du ruisseau des Paradis. Les bras de l'Yvette enserrent l'île aux Oiseaux et le plan d'eau d'un bassin de retenue des crues et entre les bras de l'Yvette. Le village originel est au bord de la vallée côté sud, sur la D 118; il a dans son patrimoine une église inscrite et le château de Monthuchet (18e-19e s.).

La N 20 frôle la commune au nord-est et a un petit échangeur avec la D 118. Vers le sud, le finage monte sur la butte allongée du Rocher de Saulx, relief avancé du plateau du Hurepoix couvert par une forêt départementale et dont un site géologique est protégé; une carrière de grès y a longtemps fourni des pavés à Paris. Le talus méridional de la butte exposé au sud, et qui domine le cours du Rouillon, a attiré tout un ensemble de pavillons ainsi qu'un quartier original dû à Paul Chémétov.

Saulx a été l'une des communes maraîchères sur la ligne de l'Arpajonnais, connue notamment pour ses fraises. Elle a un collège public, un collège et lycée privé; travaux publics EGA (170 sal.), nettoyage EPFD (50 sal.), hôtel du relais des Chartreux (50 sal.), réseaux SEIP (70 sal.). La commune avait plus de 1 000 hab. entre 1800 et 1940; sa population a crû après la guerre (1 700 hab. en 1962, 2 400 en 1975, 4 100 en 1990).