Saumur

Highslide JS
Saumur. Le Château de Saumur. © R. Brunet
Saumur. Le Château de Saumur. © R. Brunet

29 600 hab. (Saumurois) dont 1 600 à part, 6 625 ha dont 396 de vignes, sous-préfecture du Maine-et-Loire, 47 km ESE d'Angers sur la rive gauche de la Loire au débouché du Thouet. Ville protestante au 17e siècle, Saumur fut affectée par l'exil des huguenots et c'est seulement au 19e siècle qu'elle retrouva quelque éclat, grâce au développement de l'école de cavalerie. Celle-ci est venue de La Flèche à la fin du 18e siècle et son statut a plusieurs fois changé jusqu'à sa consolidation en 1825; elle est devenue finalement École nationale d'équitation en 1972 et elle est rattachée au ministère de la Jeunesse et des Sports.

Elle est située dans l'ancienne banlieue de Saint-Florent où s'est formée une cité équestre, dominée par le prestige du Cadre Noir, avec le manège des Écuyers, l'École d'application militaire et le musée de la Cavalerie. Le Cadre Noir associe dresseurs et enseignants civils et militaires et n'a d'existence officielle que depuis 1986, mais le nom est employé depuis le début du 20e siècle; il fait partie de l'École nationale d'équitation. L'armée est représentée par l'Eaabc (École d'application de l'arme blindée cavalerie), créée en 1945, et par le Ceerat (Centre d'enseignement et d'étude du renseignement de l'armée de terre).

Le centre-ville se tient entre Thouet et Loire, qui encadrent une presqu'île. L'hôtel de ville y occupe un château de 1508 remanié au 19e siècle, église Saint-Pierre des 12e-13e s. Un peu au SE, un autre château des 14e-15e s., sur une colline, offre un châtelet et nombreuses salles, abritant plusieurs musées: des arts décoratifs, des tapisseries, du cheval, de la découverte de l'huile et des figurines-jouets. À l'est, l'église des Ardilliers à coupole, est ornée de retables et se dresse sur le lieu d'un ancien pèlerinage du 16e s. Au sud, le quartier de Nantilly a une église abbatiale des 12e et 15e s. à tapisseries, et le musée des blindés.

Highslide JS
Saumur. Le Musée du champignon à Saumur (ancienne commune de Saint-Hilaire-Saint-Florent). © R. Brunet
Saumur. Le Musée du champignon à Saumur (ancienne commune de Saint-Hilaire-Saint-Florent). © R. Brunet

À l'ouest de la vallée du Thouet, Saumur s'est augmentée des anciennes communes de Saint-Florent et Saint-Hilaire et touche ainsi à celle de Chênehutte. Outre la cité équestre, s'y trouvent sur le plateau l'aérodrome, le golf et des bois. La partie plus urbanisée de la vallée du Thouet et du bord de Loire est agrémentée par le parc et l'ancienne abbaye de Saint-Florent (bâtiments du 18e s. et restes de l'abbatiale du 12e s.), des dolmens dont celui de Bagneux qui atteint 23 m de long, un musée du moteur au lycée technique Sadi-Carnot, ancienne école de l'Industrie. Vers Saint-Hilaire s'offrent le musée du masque, le musée du champignon et l'espace Pierre et Lumière dans les anciennes carrières devenues galeries troglodytiques proches de la tour des Ménives (manoir du 16e s.), le centre d'art Bouvet-Ladubay. Les caves creusées dans le tuffeau ont servi de champignonnières; Ackermann y a introduit la méthode champenoise au 19e s. pour les mousseux d'Anjou et la firme y conserve des entrepôts, parmi bien d'autres maisons similaires.

Saumur a un centre hospitalier de 140 et 110 lits, une clinique de 60 lits (190 emplois) et une maison de santé chirurgicale de 35 lits, une maison de retraite (25 sal.), 4 collèges et 3 lycées publics dont un professionnel, 3 collèges et 4 lycées privés dont deux professionnels. La commune accueille deux magasins de grande surface, un centre Leclerc (260 sal.) et un Intermarché (110 sal.), un Super-U (40 sal.), plus des magasins spécialisés comme Decathlon (45 sal.), Bricomarché (30 sal.), Kiabi (20 sal.), Le Printemps (20 sal.); négoce de jouets Cesar (25 sal.), de matériel agricole MAISA (25 sal.); restauration collective SFS (35 sal.), immobilier OPH Saumur-Loire (65 sal.), secrétariat Altis (25 sal.), comptabilité Strego (25 sal.).

Les principales entreprises industrielles sont Alltub (ex-Cebal, emballages alimentaires du groupe Alcan, 250 sal.) et Celestica (électronique du groupe Lucent, 120 sal.); Merlin-Gérin (140 sal.) s’occupe d’installations électriques; appareils pour le graissage des automobiles SKF (50 sal.); pièces plastiques Altrex (40 sal.). Pichard-Balme fait des bijoux fantaisie (70 sal.) ainsi que Martineau, également spécialiste de médailles (60 sal.), Dalsouple des dalles de caoutchouc (45 sal.); systèmes de télécommunication Castel (50 sal.), Erco-Gener (35 sal.) et Avaya (25 sal.); tubes d'acier Ponticelli (30 sal.) maroquinerie d’équitation F. Butet (30 sal.).

Du côté des ressources locales, Saumur a des champignonnières SACSA (35 sal.), les Roches (20 sal.) et un producteur de mycelium (Euromycel, 30 sal.), les pépinières Ch. Detriche (45 sal.). Plusieurs sociétés vinicoles se disputent notamment le marché des vins effervescents: Bouvet-Ladubay (50 sal., au gropupe indien United Breweries depuis 2006), Gratien-Meyer (45 sal., au groupe allemand Henkel-Sohnlein), Veuve Amiot (groupe Baccardi, 35 sal.), Ackermann (40 sal., passée du groupe Rémy-Pannier à la coopérative Alliance-Loire et qui a racheté en 2010 la marque Monmousseau), Langlois-Château (35 sal., au groupe champenois Bollinger), les Caves Louis de Grenelle (25 sal., groupe B. de Colbert) qui détiennent le château de la Durandière à Montreuil-Bellay (38 ha); plus des maisons de vins comme Filliatreau (40 sal., 40 ha) qui possède un vignoble à Chaintre (commune de Saumur, au sud-est)et les caves de la Grande Vignolle à Turquant.

Dans les services, la Sncf annonce 90 agents et EdF 180 et 85; travail temporaire Adecco (180 sal.) et Adia (45 sal.), aide à domicile A2micile (25 sal.); nettoyages Aber (100 sal.), Vitrolav (45 sal.) et Actis (60 sal.); enlèvement de déchets Agglo Envirionnement (60 sal.) et Performance Environnement (25 sal.); publicité Mediapost (35 sal.) et Adrexo (30 sal.). Dans le bâtiment, peinture Chudeau (50 sal.) et Chauvat (25 sal.), construction Batispire (25 sal.) et Cobat (25 sal.), plomberie Savelys (25 sal.); fourniture d'appareils d'énergie solaire Sunnco (55 sal.), installations électriques SDEL (35 sal.) et Ineo (30 sal.), travaux publics TPPL (180 sal.) et Cise (25 sal.), fabrication et distribution de lubrifiants Unic-Opal (140 sal.); transports SATD (30 sal.), cars Augereau (20 sal.) et Transports du Saumurois (Agglobus, 25 sal.). La Saur, spécialiste de l’adduction d’eau, dispose à Saumur de bureaux et d’une base, au total 95 emplois.

Le territoire de la commune de Saumur s'est fort élargi par fusion en 1973: il a intégré les communes de Bagneux (3 200 hab.) au sud-ouest, Dampierre-sur-Loire (460 hab.) sur la rive gauche en amont de Saumur, Saint-Hilaire-Saint-Florent (3 200 hab.) en aval, Saint-Lambert-des-Levées (3 200 hab.) sur la rive droite de la Loire. De ce fait, la commune est passée brusquement de 21 600 hab. en 1968 à 32 500 en 1975; elle a perdu des habitants ensuite, dont 2 100 entre 1999 et 2009. Deux zones urbaines sensibles ont été distinguées: La Croix-Verte sur la rive droite de la Loire, le grand ensemble du Chemin Vert au sud de la ville.

Le maire de Saumur est Michel Apchin, UMP. La communauté d'agglomération de Saumur-Loire-Développement groupe 32 communes et 61 800 hab., dont Montreuil-Bellay et Allonnes; pourtant l'Insee n'accorde que 29 900 hab. à l’unité urbaine de Saumur, et 45 100 à l’aire urbaine… L’arrondissement a 136 000 hab. (129 200 en 1999), 10 cantons, 112 communes, 222 902 ha.

Les 2 cantons de Saumur ont 42 200 hab. (52 600 en 1999), 15 communes, 22 105 ha. Ils sont séparés par la Loire. Rou-Marson (700 Roumarsonnais, 1 266 ha dont 480 de bois), 6 km OSO de Saumur, présente quelques habitats troglodytes et partage avec Verrie (440 Verrinois, 1 649 ha dont 825 de bois), au NO, des bois, l’étang de Marson (35 ha) et l’hippodrome de Verrie; Viadom (coiffure à domicile, 110 sal.) est installé à Rou-Marson, qui a 80 hab. de plus qu'en 1999, contre 40 à Verrie.

Distré (1 710 Distréens, 1 472 ha), 4 km SSO de Saumur, a reçu quelques entrepôts et commerces de grande surface dont un Carrefour (60 sal.), Conforama (40 sal.) et Bricoman (60 sal.), un négoce de fournitures pour poids lourds (Saumur Electro Diesel, 35 sal.), les déménagements DIM (Maingret, 35 sal.); une unité de champagnisation de Bouvet-Ladubay (25 sal.), une maçonnerie (Théodore, 25 sal.); installations électriques T3M Segmatel (25 sal.); nettoyage AEI (Thermolaquage, 25 sal.). Le château fort de Pocé (15e s.) se dresse encore sur le plateau. Distré n’avait que 620 hab. en 1926, 830 en 1968 et a crû ensuite; elle a gagné 470 hab. (+39%) de 1999 à 2009.

Chacé (1 270 Chacéens, 642 ha dont 122 de vignes), 6 km SSE de Saumur dans la vallée du Thouet, est plus industrielle: plats cuisinés Marie Surgelés (180 sal., au groupe LDC de Sablé) et caves d’Ackerman (100 sal., groupe coopératif Alliance Loire); parfums et cosmétiques MF (80 sal.), constructions métalliques ACML (70 sal., groupe Fayat), traitement de surfaces Electropoli (60 sal.), mécanique AAS (45 sal., appareils médicaux), tôle rie TIF (40 sal.), transmissions hydrauliques RH (25 sal.), rechapage de pneus (Soreval, 25 sal.), extraits de champignons (Arômes de Chacé, 20 sal.). Son évolution a d'abord été parallèle à celle de Distré: 560 hab. en 1936, 850 en 1975; mais elle a stagné de 1999 à 2009.

Varrains (1 230 Varrinois, 340 ha) est voisine de Chacé, juste au NE, et la société Blanc de Semis le Lion y prépare du mycelium pour la culture des champignons (70 sal.); les vignerons de la commune cultivent plus de vignes que la commune n’a d’hectares (452 ha). Varrains était un peu plus peuplée que Distré et Chacé au milieu du 20e siècle, vers 900 hab., et sa population ne croît plus depuis 1975.

À l’est de Saumur, quatre communes viticoles font une file continue de maisons le long du coteau de Loire, jusqu’au confluent de la Loire et de la Vienne qui marque la limite régionale. L’habitat y est en partie troglodytique. À Souzay-Champigny (760 Souzéens, 892 ha dont 203 de vignes), domaine de la Bienboire, avec manoir et caves; carrières et travaux publics Hardouin (50 sal.); la commune a 70 hab. de plus qu'en 1999. Parnay (490 Parnaisiens, 654 ha dont 166 de vignes et 187 de bois), ancien port actif mais dont le bras de la Loire s’est atrophié, s’orne du château de Targé (17e s.) et a réamenagé un très intéressant circuit de galeries trogldytiques.

Turquant (580 Turquantois, 786 ha dont 197 de vignes et 248 de bois) figure parmi les «villages de charme» pour ses maisons anciennes et contient plusieurs manoirs, les moulins à vent restaurés de la Herpinière (15e s.) et du Val Hulin, un musée du casse-tête, un centre naturiste, la champignonnière de la Fessardière (40 sal.); caves de la Grande Vignolle, à la maison Filliatreau (réceptions). La commune a gagné 110 hab. de 1999 à 2009

Le dernier village du bord de Loire est Montsoreau, tandis qu'au sud se cache Fontevraud-l'Abbaye: deux hauts lieux à la limite de l'Anjou et de la Touraine. Sur la rive droite, le canton nord de Saumur s'étire sur 21 km entre Loire et Authion et n'a guère que 3 km de large; il est en grande partie occupé par la commune de Saumur elle-même, et à l'autre extrémité par Les Rosiers-sur-Loire.

Entre les deux, Saint-Martin-de-la-Place (1 190 Saint-Martiniens, 1 484 ha), 9 km au NO de Saumur, et Saint-Clément-des-Levées (1 180 Saint-Clémentais, 1 022 ha), 3 km plus loin, font une file à peu près continue de maisons le long des levées de Loire. La première, qui a gagné 60 hab. depuis 1999, est ornée par le beau château de Boumois, du début du 16e, à grosses tours rondes et douves et décors renaissance; il abrite une collection d'armes anciennes et l'hôtel Blairie (Ellea Vacances, 20 sal.). La deuxième, qui accueille la métallerie France Fil (belge Bekaert, 85 sal., fils et conteneurs pour vignobles), a crû plus sensiblement entre 1999 et 2009 (+ 150 hab.). Les deux communes ont de nombreux horticulteurs; elles sont desservies par la voie ferrée.