Sens

26 700 hab. (Sénonais) dont 840 à part, 2 786 ha, sous-préfecture du département de l'Yonne, 57 km NNO d'Auxerre, sur l'Yonne juste en aval du confluent de la Vanne. La vieille ville est sur la rive droite, et ses anciens remparts et fossés dessinent un ovale de boulevards très étiré perpendiculairement à la rivière. Sens fut une ville romaine prospère et même une capitale régionale sous le nom d'Agendicum, puis a pris le nom de la tribu gauloise des Sénones. Elle fut assez tôt archevêché, ce dont lui restent une belle cathédrale, qui fut la première en date des grandes églises du Bassin Parisien (commencée en 1135), et un vaste palais des archevêques où ont été regroupés les musées publics; le trésor de la cathédrale est le plus fréquenté; on visite aussi les halles et les serres municipales et Sens est «ville fleurie 4 fleurs».

La ville a trois collèges et deux lycées publics, un collège et lycée privé, un institut de psychologie infantile, un centre hospitalier public de 341 lits et une clinique privée de 119 lits (Picquet, 150 sal.); maison de retraite (Vermiglio, 50 sal.). La proximité relative de Paris a valu à la commune de recevoir d’assez nombreuses implantations industrielles, où se distinguent notamment FMC (matériel pétrolier, 420 sal.); Charot (180 sal.) qui fabrique citernes et conteneurs; produits chimiques pour traitements de surfaces Chemetall (55 sal., au groupe Rösler par Akzo-Nobel); planchers métalliques Denco (45 sal.). L’Israélien Teva (90 sal.) fabrique des médicaments génériques après avoir repris en 2002 une ancienne usine Bayer, qui risquait de fermer et a eu plus de 450 sal. naguère; emballages plastiques Graindorge (85 sal.), panneaux isolants Isosta (80 sal.); Pains Jacquet (85 sal.), Viennoiserie fine (65 sal.) et aliments pour animaux de compagnie Provimi (70 sal.), meunerie Dumée (45 sal.).

À Sens également travaillent deux hypermarchés Carrefour (165 sal. et 170 sal.), un Intermarché (60 sal.), Bricoman (45 sal.), Conforama (45 sal.); négoce de cosmétiques Wella (65 sal.), d'équipements pour automobiles Villebenoît (55 sal.), transports frigorifiques Grégoire Gaillard (120 sal.), les Rapides de Bourgogne (60 sal.); nettoyages ESN (110 sal.) et Omni Service (55 sal.), collecte d'ordures Coved (60 sal.); gestion immobilière Brennus (100 sal.); ingénierie Contrôle et Maintenance (40 sal.), constructions Fontaine (50 sal.), installations électriques Forclum (40 sal.), travaux publics Routes et Chantiers Modernes (80 sal.), traitement des eaux Saur (55 sal.). Il reste une douzaine de mariniers. Le restaurant la Madeleine (P. Gauthier) a deux étoiles Michelin. Plusieurs communes de la proche banlieue, surtout Saint-Clément en aval et Paron de l’autre côté de l’Yonne juste en amont, participent au développement des emplois.

Sens a absorbé en 1972 le village de Rosoy, à 6 km au sud sur la rive droite de l’Yonne au passage de la N 6; la population de la commune n’avait guère bougé depuis, mais afiche 1 300 hab. de moins en 2008 qu'en 1999, dont 1 000 pour la seule population municipale; elle était de 17 000 hab. (sdc) avant la guerre, 15 000 vers 1900. Les quartiers Est de la ville sont classés en «zone urbaine sensible». La majprité municipale a plusieurs fois changé de bord; elle est passée à une liste de divers gauche en 2008; le maire est Daniel Paris, radical de gauche, médecin. L’unité urbaine Insee est donnée pour 38 700 hab., l’aire urbaine pour 56 800 hab. La communauté de communes du Sénonais siège à Sens et réunit 9 communes (40 400 hab.). L’arrondissement de Sens a 110 500 hab. (103 900 en 1999), 10 cantons, 106 communes et 170 359 ha.

Les 3 cantons de Sens ont 52 500 hab. (51 100 en 1999), 24 communes, 19 293 ha dont 7 082 de bois; ils forment un ensemble traversé du sud au nord par l’Yonne, la N 6 et la voie ferrée Paris-Dijon-Marseille, mais où courent aussi les autoroutes A 5 (au NE) et A 19 (à l’ouest), ainsi que la voie du TGV (à l’est). La partie orientale, dans les collines champenoises, est assez boisée de part et d’autre de la large vallée de la Vanne. Au NE du canton, Soucy (1 400 hab., 2 162 ha dont 645 de bois), à 7 km de Sens, a des ateliers de mécanique (GMT, 95 sal.) et d'outillage mécanique (Primedge, 35 sal.) et une population en nette croissance (600 hab. en 1970), du moins jusqu'en 1999. À Saligny (700 hab., 999 ha), 7 km à l’est de Sens, la fromagerie Lincet s’est spécialisée dans les fromages régionaux (90 sal.); la commune a gagné une centaine d'habitants entre 1999 et 2008.

Dans la vallée de la Vanne, à 3 km SE de Sens, Maillot (1 100 hab., 617 ha) a une cartonnerie (Breger, 45 sal.), un négoce de matériaux (Baudry, 110 sal.) et un magasin de bricolage (Brico Maillot, 40 sal.), une jardinerie Delbard (25 sal.); génie thermique Nadalon (35 sal.); traitement des eaux (35 sal.); sa population, qui croissait depuis la guerre (400 hab. en 1954), est restée étale après 1999. Un peu plus loin à 6 km SE de Sens, Malay-le-Grand (1 600 hab., 2 180 ha dont 916 de bois), dont la population, croissante depuis 1968 (780 hab.), s'est également stabilisée, a une zone logistique et participe aussi à l’emploi sénonais: blanchisserie Elis (les Lavandières, 75 sal.); ambulances BCG (25 sal.), hôtel des Colonnes (Virginia, 25 sal.); transports Sanchez (60 sal.), canalisations et réseaux SNCTP (40 sal.) et travaux publics Colas (25 sal.); au sud de la commune, le bois de la Grande Vallée est inclus dans un grand champ de tir. Tout en amont dans la vallée de l’Yonne à 10 km au sud de Sens, Véron a atteint les 2 000 hab. Juste au sud de Véron, Passy (310 hab., 574 ha) a un château du 17e s. servant de colonie de vacances.

Au nord de Sens (5 km) sur la rive droite, Saint-Denis (720 hab., 673 ha) est proche de l’échangeur N 6-A 19 et abrite un grand garage et un centre Leclerc (370 sal.), plus une maison de convalescence (50 sal.); l’usine ZF Masson, ancienne Européenne d’Engrenages, en grande difficulté en 2005, a été reprise en partie par Davion (fonderie) et Azimut (boîtes de vitesse pour moteurs de bateaux), et réduite à 40 sal. au lieu de 170; articles métalliques Ibre (30 sal.). Au sud de la commune se dressent des bâtiments de l’ancienne abbaye fortifiée de Sainte-Colombe, séparée de Sens par la zone industrielle sénonaise des Sablons; l’abbaye abrite un centre de repos pour religieuses et un centre d’enseignemen rural, plus un petit musée. Saint-Denis a gagné 60 hab. de 1999 à 2008.

En face sur la rive gauche, Saint-Martin-du-Tertre (1 600 hab., 691 ha) est plus résidentielle et sa population croît sensiblement depuis déjà un siècle (430 hab. en 1911, 1 000 en 1976); elle a gagné 90 hab. après 1999. Au-delà, la partie occidentale des cantons monte sur le plateau aux abords du Gâtinais; de nombreux vergers y sont entretenus. Nailly (1 200 hab., 2 161 ha dont 680 de bois), 7 km au NO de Sens, est également en croissance: elle n’avait que 530 hab. en 1970 et s'est accrue d'une centaine d'habitants entre 1999 et 2008; château de Bois le Roi, du 18e s. avec parc.

À 5 km SSO de Sens dans la plaine de rive gauche de l’Yonne, Gron (1 300 hab., 1 173 ha), relaie Paron et a été équipée d’une zone industrielle de 172 ha accueillant notamment les câbles Prysmian (ex-Pirelli, 280 sal.), Lebhar (cartonnerie, 170 sal.), Tubauto (portes de garage, 130 sal.), emballages plastiques Pastikpack (allemand, 50 sal.), mécanique Altad (30 sal.); la population est en croissance rapide (540 hab. en 1975, +120 hab. de 1999 à 2008) et la commune a une maison familiale rurale. Le village le plus éloigné de Sens est Égriselles-le-Bocage (1 250 hab., 2 369 ha dont 272 de bois), 13 km au SO de la ville; sa population augmente depuis 1975 et a gagné 270 hab. après 1999, soit +28%.