Seynod

16 800 hab. (Seynodiens) dont 400 à part, 1 917 ha dont 285 de bois, chef-lieu de canton de Haute-Savoie dans l'arrondissement d'Annecy, juste au SO de la préfecture, à 570 m, sur l'axe de communication vers Chambéry et Grenoble. La ville propose un musée des Trois guerres et a un projet de musée rural. Elle s'est équipée de neuf parcs d'activité et de la grande zone d'aménagement concerté (zac) de Loverchy. L'activité industrielle est dominée par l'usine de roulements de la SNR (Renault), qui emploie 920 personnes; atelier de traitement de surfaces Catidom (65 sal.), bracelets Zrc (Zuccolo Rochet, 55 sal.), enrobage plastique Cglpack (Cartonnage et gainerie de Lovercy, 40 sal.), imprimerie et emballage Oti (35 sal.), centre d'aide par le travail le Parmelan, maison de retraite (30 sal.).

S'y ajoutent de nombreuses entreprises de services et distribution comme l'hypermarché Géant Casino (270 sal.), La Boîte à Outils (60 sal.) et un supermarché Champion (45 sal.); distribution pharmaceutique OCP (groupe allemand Gehe, 80 sal.), nombreux grands garages, transports par autocars Crolard (110 sal.) et Frossard (Cfti, 60 sal.), transports de fret Transexpress (40 sal.); installations électriques SDEL (groupe Vinci, 75 sal.) et Soteb (Travaux électriques du Bugey, 50 sal.); ingénieries Initial (40 sal.) et Game (35 sal.), informatique RIB (35 sal.), comptabilité Eurec (40 sal.), blanchisserie L'Étoile (50 sal.), nettoyage Annecy Net (160 sal.); miroiterie Vallanzasca (25 sal.), constructions et travaux publics BP (55 sal.), Mithieux (45 sal.); espaces verts Curtet (30 sal.) et AJP (25 sal.).

La progression du nombre des habitants est forte et régulière depuis 1954 (moins de 1 000 hab., 9 300 en 1975) même si la commune a absorbé les petits villages de Vieugy en 1965 (380 hab.) et Balmont en 1974 (150 hab.), qui ont étendu son territoire en deux pointes vers le sud, dont l'une monte au flanc du Semnoz. Seynod s'orne de deux châteaux du 16e s., Château-Vieux et Peyraz; elle a reçu un collège et un lycée publics, un collège et un lycée technique privés, un centre d'apprentissage.

Le canton a 13 500 hab., 10 communes, 12 685 ha dont 5 294 de bois; il est limitrophe du département de la Savoie, au sud. Il inclut, au nord de Seynod, la ville de Cran-Gevrier et, à l'ouest, Chavanod. Sur la rive occidentale du lac d'Annecy, il englobe aussi Sévrier et Saint-Jorioz. Toute la partie méridionale, y compris ces deux communes, est dans le parc régional des Bauges, de la crête du Semnoz à l'ouest au crêt rectiligne du Taillefer à l'est. Duingt (820 Dunois, 439 ha dont 242 de bois) est au bord du lac à 435 m, à l'extrême limite du canton et au pied du Taillefer, grâce auquel son site avance en pointe dans le lac; sur la pointe, château du 15e siècle, très remanié au 19e et au 20e, avec une tour à créneaux hexagonale à la restauration un peu trop appliquée; port de plaisance. Sa population était tombée à 240 hab. en 1962 et augmente depuis; elle a gagné 70 hab. de 1999 à 2006. Entrevernes (170 hab., 831 ha dont 314 de bois), au sud de Duingt à 810 m, est une commune très étroite et très allongée, située à l'intérieur d'un synclinal perché et délimitée par les deux crêts du Taillefer à l'est et des Bœufs à l'ouest, qui sont utilisés pour le vol libre.

Leschaux (260 Leschaliens, 1 252 ha dont 734 de bois), qui est à 18 km au sud d'Annecy à 930 m, près de la limite départementale, est dans le grand synclinal drainé par le Laudon, tapissé de molasse, dominé à l'ouest par l'anticlinal du Semnoz et que les géologues nomment synclinal de Leschaux. Une route va vers le département de la Savoie et le haut bassin du Chéran par le col de Leschaux (897 m), une autre grimpe en lacets sur le Semnoz, où elle atteint le crêt de Châtillon, point culminant du Semnoz (1 699 m) avant de redescendre vers Annecy. De là s'offrent un vaste panorama, un site de vol libre et une altisurface, au-dessus de la petite station de ski du Semnoz (20 pistes pour 20 km, 12 remontées). Leschaux et Entrevernes ont gagné quelques habitants de 1999 à 2007.