Signy-le-Petit

1 330 hab. (Signaciens), 3 872 ha dont 2 510 de bois, chef-lieu de canton du département des Ardennes dans l’arrondissement de Charleville-Mézières, 37 km ONO de la préfecture. La bourgade montre une grosse église à tourelles, un château; elle partage avec Liart un collège public; elle se veut une «station verte de vacances», avec base de loisirs et village de gîtes au bord d’un étang en forêt; maison de retraite privée. Une fabrique d’abattants sanitaires (SAHFFF Olfa, 40 sal.) y est issue d’anciennes forges (HFFF signifie «hauts fourneaux, forges et fonderies) mais dont l’activité est passée au bois réticulé (farine de hêtre pressée et chauffée)transports Druart (30 sal.). La Sedeca, qui fabriquait des modules de téléphones, s’est spécialisée dans la télésurveillance mais n’a plus que 16 salariés. La population communale, qui avait atteint 2 000 hab. dans les années 1880, a diminué jusqu’en 1990. La communauté de communes de la région de Signy-le-Petit correspond au canton et siège au chef-lieu.

Le canton a 3 900 hab. (3 700 en 1999), 9 communes et 13 664 ha dont 5 363 de bois; Il est limitrophe de la Belgique au nord, de la région Picardie à l’ouest. Sa moitié septentrionale s’étend sur le plateau ardennais, qui n’y dépasse que de peu 300 m, et qui est très boisé: la forêt de Signy-le-Petit est contiguë à la forêt domaniale de Saint-Michel dans l’Aisne. La moitié méridionale du canton, herbagère, s’étend dans les marnes de l’étroite dépression périphérique qui borde le plateau ardennais et que draine vers l’est la Sormonne, vers l’ouest le Gland, deux ruisseaux bien tranquilles.

Au SE du canton, à 6 km de Signy-le-Petit, Neuville-lez-Beaulieu (350 hab., 3 592 ha dont 1 805 de bois) a fusionné en 1972 avec Beaulieu, qui est sur le plateau ardennais; de la sorte, la commune est devenue frontalière et très boisée, et elle a abandonné son ancien nom de La Neuville-aux-Tourneurs. Elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2008. Les hautes vallées du Gland et de la Sormonne abondent en tourbières et lacs. Auvillers-les-Forges (840 hab., 819 ha), 3 km à l’est de Neuville, a eu quelques forges au bord de la Sormonne, mais n’a plus que de très petits ateliers métallurgiques dont la chaudronnerie Carameaux (20 sal.); transports Honet (25 sal.), sa population s’est accrue de 70 hab. après 1999. Fligny (190 Flignois, 685 ha), 3 km au sud du chef-lieu, héberge une maçonnerie Pokorski (45 sal.).