Solliès-Pont

10 900 hab. (Solliès-Pontois), 1 773 ha dont 512 de bois, chef-lieu de canton du département du Var dans l'arrondissement de Toulon, 17 km au nord-est de la préfecture. La commune est la partie de plaine, la plus active et la plus peuplée de l'ancienne communauté de Solliès, divisée au moment de la Révolution. Le centre est en plaine, sur la bordure externe de la dépression périphérique des Maures, au débouché du Gapeau. Il est traversé par le fleuve, et dans l'autre sens par la N 97; il est bordé à l'ouest et au nord par l'autoroute A 57 et son échangeur, à l'est par la voie ferrée (gare). il est le foyer d'une urbanisation diffuse qui a gagné le long des reliefs sur l'axe de circulation, et dans la vallée du Gapeau en direction du nord. Le finage traverse toute la plaine, atteignant à l'est le sommet de la grosse butte du Roucas de Monié, séparée du massif des Maures par la vallée du Réal Martin.

La ville a un gros château Forbin des 16e et 19e s. dans un grand parc, plusieurs chapelles, deux collèges publics, un institut médico-éducatif; magasins Casino (65 sal.), Intermarché (40 sal.), But (45 sal.) et Bricomarché (30 sal.); 92 ha de vignes et cave coopérative. La population communale avait un peu faibli de 1830 (3 500 hab.) à 1890 (2 700) et s'est ensuite tenue à ce niveau jusqu'en 1940; puis la croissance a été sensible dans la seconde moitié du 20e s.: 4 000 hab. en 1962, 5 500 en 1982 et un doublement en 1999. L'estimation pour 2005 est de 10 800 hab. (sdc). Il existe une «petite région agricole» dite des Régions fruitières de Solliès-Pont et de Fréjus (10 communes du Var). Le canton a 26 100 hab., 5 communes, 8 361 ha dont 4 061 de bois. Les quatre autres communes sont Solliès-Toucas et Solliès-Ville au centre, La Farlède au sud, Belgentier au nord.