Solliès-Ville

2 300 hab. (Solliès-Villains), 1 410 ha dont 930 de bois, commune du département du Var dans le canton de Solliès-Pont. Le village originel est perché sur une étroite butte qui domine la dépression périphérique des Maures et la ville de Solliès-Pont, à 236 m. Il conserve des ruines castrales, une église des 11e-12e s. et héberge un centre de culture et traditions provençales, un musée Jean Aicard (l'écrivain a été maire de la commune de 1919 à 1921) et un musée du vêtement provençal. La chapelle mariale du Deffens est juchée au sommet d'une autre butte juste au sud, montant à 422 m. Au-dessous, le haut talus qui descend vers le Gapeau est strié de chemins et couvert par les villas du Logis Neuf.

Le territoire communal est très contourné. Il s'étend vers le sud-ouest dans les reliefs jusqu'au Coudon (702 m) qui porte le fort du Lieutenant Girardin; de là, il lance une queue vers le nord-ouest dans les terrains militaires du nord de Toulon, le long du finage du Revest-les-Eaux. Il comprend aussi une autre queue dans la plaine vers le sud-est, le long de la rive gauche du Gapeau, jusqu'aux abords de La Crau, et y contient le château de Castille, entouré de vignes. La commune abrite une menuiserie Catalver (25 sal.), une maison de retraite (30 sal.). Elle avait plus de 800 hab. avant 1850, 480 seulement en 1926; sa population a crû ensuite jusqu'en 1999 mais semble plafonner (-20 hab. de 1999 à 2004).