Sotteville-lès-Rouen

30 700 hab. (Sottevillais) dont 630 à part, 744 ha, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement de Rouen, en banlieue sud-est sur la rive gauche de la Seine. Le nom viendrait d’un patronyme scandinave Soti et a été fièrement conservé. La ville fut marquée par le chemin de fer et la grande gare de triage qui subsiste à l’entrée de Rouen; mais son activité s’est considérablement diversifiée; on y compte 13 000 emplois, dont 4 000 dans une zone industrielle de 60 ha.

Parmi les principaux employeurs, outre la commune (500 emplois) et l’hôpital spécialisé du Rouvray (1 060 lits en psychiatrie), figurent dans l’industrie Segafredo Zanetti (cafés, 240 sal.), la papeterie Kimberley Clark (mouchoirs jetables Kleenex, 130 sal.), TLC (charcuterie, 90 sal.); mécanique Demolin (70 sal.), Euro Station Service (35 sal.), Erin (30 sal.), produits chimiques Multisol (30 sal.), détergents Turtle Wax (25 sal.). Les services à l’industrie et au bâtiment sont présents avec les installations électriques Castres (120 sal.) et Ineo (50 sal.) et thermiques Porraz (60 sal.); ascenseurs Thyssenkrupp (75 sal.); travaux publics et constructions Sogea (370 sal.), Asten (95 sal.), Grosse (90 sal.), peinture Zanone (30 sal.); chauffage Idex (35 sal.); nettoyages GSF Neptune (230 sal.), Samsic (230 sal.) et Gouze (100 sal.), gardiennage Sonogard (55 sal.); réseaux d’eau Sade (groupe Veolia, 230 sal.).

Sotteville accueille aussi le ss transports par cars Veolia (210 sal.)les transports Giraud (70 sal.), Sematrans (60 sal.), Lestt (30 sal.); négoces de fournitures industrielles Jungheinrich (60 sal.) et Demay Lesieur (50 sal.), d'appareils ménagers Sogedis (35 sal.), de métaux AMD (30 sal.), location de matériel Regis (55 sal.), routage SAD (30 sal.); supermarchés Intermarché (65 sal.) et Carrefour (25 sal.), magasin Point P (50 sal.) et base de distribution Metro (150 sal.); informatique Infoservice (40 sal.), aide à domicile Scop Service 76 (90 sal.), travail temporaire Manpower (280 sal.) et Les Compagnons (180 sal.).

L'habitat est relativement diversifié: 6 800 maisons individuelles et 4 800 appartements. Le quartier Fernand-Buisson vers le sud, le quartier Gadeau de Kerville un peu plus au nord, au-dessus de la gare de triage, ont été classés en zone urbaine sensible. Le territoire communal offre l'espace vert des bois de la Garenne, le grand parc du centre hospitalier (88 ha), le château des Bruyères (1860), une grande bibliothèque municipale de 2004 aux lignes audacieuses, de nombreux équipements socio-culturels; trois collèges, un lycée général et un lycée professionnel, tous publics. Le maire est Pierre Bourguignon, socialiste, urbaniste et sociologue, également député. La population communale est passée de 3 000 hab. au début du 19e siècle à 18 500 à la fin, puis est montée à 26 700 en 1936 et a culminé à 34 500 (sdc) en 1968; elle diminue depuis. Les deux cantons de Sotteville totalisent 45 600 hab., pour 2 communes, car ils incluent une partie de Saint-Étienne-du-Rouvray.