Targon

1 900 hab. (Targonnais), 2 588 ha dont 892 de vignes et 1 000 de bois, chef-lieu de canton de la Gironde dans l’arrondissement de Langon, 28 km au nord de celle-ci, dans le pays de Benauge au cœur du vignoble de l'Entre-Deux-Mers. Le village se tient sur un promontoire de confluence de l'Euille et de son affluent de droite le Bourrut; son église du 12e s., fortifiée au 15e s., est inscrite; une zone d'activités a pris place à l'est de l'Euille au hameau de Jean Blanc; lotissement au Bois de Chartres au nord-ouest, château de Vermont (19e s.) au sud-ouest, hameau et château de Toutigeac (19e s.) sur une butte au sud-ouest, château de Bruffaneau (16e au 19e s.) au sud. Au nord, au-delà de la D 671, Montarouch a des vestiges d'une commanderie de templiers. La population de Targon augmente depuis 1962 (1 100 hab.) et a gagné près de 200 hab. de 1999 à 2008. Le village est le siège du pays officiel Cœur de l’Entre-Deux-Mers (7 communautés de communes, 71 communes, 88 400 hab.) et de la communauté de communes du Targonnais, qui correspond au canton.

Le canton a 6 800 hab. (5 900 en 1999) et 19 communes sur 14 250 ha, dont 3 500 de bois, qui sont surtout au centre du canton, en particulier autour du chef-lieu. Il a les paysages agréables, vallonnés du centre de l’Entre-Deux-Mers, aux nombreux petits hameaux dispersés et églises romanes. Toutes les communes ont gagné des habitants entre 1999 et 2008. La partie orientale du territoire cantonal est drainée vers la Dordogne par l’Engranne, sa partie occidentale vers la Garonne par l'Euille. Soulignac (460 hab., 1 149 ha dont 240 de bois, 826 ha de vignes) occupe le sud-ouest du canton; le village est à 6 km SSO de Targon, au pied d'une butte dans un vallon affluent de l'Euille, qui limite à l'est le finage. Escoussans (280 hab., 511 ha, 484 ha de vignes exploitées) aligne ses maisons sur une courbe du versant droit de l'Euille, 7 km au sud du chef-lieu; son finage s'étend vers le sud-ouest, à l'ouest de l'Euille.

Arbis (290 hab., 874 ha dont 276 de bois, 367 ha de vignes) est à l'est d'Escoussans et à 8 km SSE de Targon; entre les deux ont pris place une piste pour ULM et un grand motocross. Au sud, sur une butte, se dressent les restes encore imposants du château de Benauge (13e-14e s.), dont la contrée conserve le nom. Saint-Pierre-de-Bat (320 hab., 895 ha) occupe le sud-est du canton; église inscrite, en partie du 12e s., 184 ha de vignes, châteaux (19e s.) Mahourat et Laurençon à l'est, hameau de Jourdan au sud.

Cantois (220 Cantoisiens, 800 ha dont 224 de bois et 219 de vignes) est au nord de Saint-Pierre, 7 km au sud-est de Targon; grande carrière avec étangs au nord-est. Le hameau de Freylon prolonge l'habitat du village au nord-ouest. Il fait ainsi la liaison avec le proche village de Ladaux (200 Ladauciens, 429 ha), 5 km SSE de Targon, dont les vignerons exploitent 917 ha de vignes, bien plus du double de la surface totale de la petite commune; son territoire est limité à l'ouest par la vallée de l'Euille, traversée par son affluent de gauche le Machique, et contient au nord le gros hameau du Hourc. Montignac (130 hab., 648 ha dont 210 de bois), 5 km SE de Targon, cultive 223 ha de vignes; le très petit village disperse quelques maisons sur les croupes drainées par le vallon du Machique; église inscrite, en partie du 12e s.

Bellebat (230 hab., 487 ha dont 254 de bois) est à l'est d'une crête boisée qui marque le partage des eaux entre Garonne et Dordogne, sur la D 671 (ex-N 671); ses habitants n'exploitent que 27 ha de vignes; église classée du 12e s. Baigneaux (340 hab., 793 ha dont 238 de bois) est sa voisine au sud-est, à 6 km ESE de Targon; le village est sur les pentes d'un vallon affluent de l'Engranne à l'est; 157 ha de vignes. Martres (130 hab., 303 ha) est sur le plateau juste à l'est de la vallée de l'Engranne, 10 km ESE de Targon; église inscrite du 12e s., 48 ha de vignes. Saint-Genis-du-Bois (100 hab., 234 ha, 126 ha de vignes) lui répond sur la gauche un peu en amont, 9 km ESE du chef-lieu; église inscrite du 12e s., issue d'une commanderie de Malte.

Frontenac (720 hab., 1 440 ha), 10 km à l’est de Targon, est une commune plus étendue sur le plateau à l'est de l'Engranne, et cultive 415 ha de vignes. Le village est sur le rebord du plateau, au-dessus du confluent de l'Engranne et du Gourmelon; église inscrite du 12e s. Juste au nord, l'habitat se complète du hameau de Saubiolle; au sud, de Milha, où sont la grotte de Piquepoche et d'anciennes champignonnières; à l'est à Sallebruneau, dolmen des Trois Pierres et restes d’une ancienne chapelle et d’une commanderie de templiers; fabrique de pierre reconstituée (Les Pierres de Frontenac, 30 sal.).

Lugasson (300 hab., 632 ha), 2 km au nord, a 411 ha de vignes; église inscrite des 12e et 15e s., donjon de Roquefort (13e s.) à l'ouest sur un promontoire au-dessus de l'Engranne, qui fut un oppidum gaulois; abri préhistorique de Fauroux au nord; la commune a gagné 60 hab. de 1999 à 2007, soit un quart. Bellefond (230 hab., 319 ha) est 3 km au nord de Lugasson et 13 km ENE de Targon sur un promontoire entre vallons, dominant le versant droit de l'Engranne dont la vallée est élargie; le finage s'étend aussi sur le coteau et le plateau d'en face où se perchent les hameaux de Mirambeau et la Goilane, au-dessus du hameau de Platon; dolmens et allée couverte de Peyrelevade au nord; église prieurale inscrite, en partie du 12e s., mais 25 ha de vignes seulement.

Cessac (190 hab., 365 ha) est en face de Frontenac sur le plateau à l'ouest de l'Engranne et cultive 124 ha de vignes; portail roman classé de l'église, quelques restes d'un château fort du 14e s., château de Laubesc (18e-19e s. sur un site du 14e s.) au-dessus de deux lacs collinaires dans un vallon, partagés avec Courpiac au nord et dotés d'une base de loisirs. Courpiac (90 hab., 221 ha) a 86 ha de vignes, une église classée du 12e s., à beaux chapiteaux, fortifiée au 16e s.

Romagne (370 hab., 515 ha) est au nord-ouest de Courpiac, sur le rebord du plateau creusé au nord-ouest par la vallée encaissée et élargie de la Petite Vergne, qui débouche au nord sur la Vincène sous le château de Sauvagnac (17e s.); la Vincène fixe la limite nord de la commune et du canton et rejoint l'Engranne à l'extrémité septentrionale de la commune de Bellefond. Le village est à 10 km ENE de Targon; il a une église classée en partie du 12e s., à clocher-mur, et cultive 137 de vignes. La grosse cave coopérative est au sud-ouest du village, le hameau de Montadet au nord; le finage s'étire vers le NNO au-delà de la Petite Vergne. La commune a gagné 90 hab. de 1999 à 2008.

Faleyras (410 hab., 1 044 ha dont 240 de bois), 6 km NNE de Targon, cultive 369 ha de vignes; église inscrite, avec portail du 12e s. Son finage est le plus septentrional du canton, et plus étendu que celui de ses voisins; il contient un circuit automobile au sud-ouest, et projette au sud-est une extension entre les finages de Bellebat et de Romagne, où est le hameau de Saint-Germain-de-Campet, qui a des restes d'une église du 12e s. Le ciscuit, aménagé en 1990 et géré par une association, appartient au département; il a une piste de 1 100m, aux deux tiers en terre, et sert à des compétitions de petites voitures autocross et sprint cars) et à des essais. La population de la commune s'est accrue de 100 hab. entre 1999 et 2008.