Tartas

3 000 hab. (Tarusates), 3 037 ha dont 1 158 de bois, chef-lieu de cantons des Landes dans l’arrondissement de Dax, à mi-chemin de Dax et de Mont-de-Marsan (27 km), sur la rive droite de la Midouze peu avant son confluent avec l’Adour. Ancien centre de la tribu des Tarusates, puis ville romaine, plus tard port fluvial et marché et siège de la sénéchaussée d’Albret, Tartas fut une plate-forme protestante au 16e s., et un temps chef-lieu de district (1790-1794). Après une baisse vers 2 600 hab. dans les années 1930, la commune avait retrouvé en 1975 ses 3 000 hab. du 19e s., puis sa population est restée à ce niveau; elle n'a gagné que 1230 hab. de 1999 à 2008.

Le bourg a conservé des remparts; il est contourné cau sud par la voie rapide D 624, ancienne N 124 vers Toulouse, aménagée en voie rapide. La ville, marché agricole notable, a un collège privé et un public, des maisons de retraite, un Intermarché (130 sal.), et un magasin Carrefour (30 sal.), la maçonnerie Lesca (30 sal.) et la peinture-vitrerie Moralès (20 sal.), et surtout une grosse fabrique de pâte à papier du groupe canadien Tembec (340 sal., 150 000 t/an), avec atelier chimique et centre de recherche, et bassins de décantation à l'ouest sur 8 ha, lancée en 1945, à la Cellulose du Pin jusqu'à sa vente à Cascades-Tembec en 1998; récupération de déchets Chimirex (30 sal.). Son finage, très limité auprès de la ville au nord de la Midouze, s'étend largement vers l'est jusqu'aux landes de Mariterre, et atteint au sud le cours du Marrein, affluent de droite de l'Adour. Tartas anime la communauté de communes du pays Tarusate, qui correspond à ses cantons.

Les deux cantons de Tartas-Est et Ouest comptent 18 communes, 15 600 hab. (14 200 en 1999) occupant 59 960 ha, dont 38 962 ha de forêt. Les deux tiers septentrionaux sont dans la forêt landaise, au nord de la Midouze et de l’Adour dans le canton Ouest. Pontonx-sur-l’Adour occupe l’angle SO du canton. Bégaar (1 100 Bégaarois, 2 780 ha dont 1 534 de bois), 4 km OSO de Tartas sur la route de Dax, a une église fortifiée à balcon, issue d’une hostellerie de templiers, et de petites arènes très fréquentées. Son finage contient au sud le confluent de la Midouze et de l'Adour et s'étend aussi loin vers le nord où est la clairière cultivée de Mignonbroy; échangeur de la D 624 et de la D 380, plâtrerie SPPM (20 sal.), travaux publics ETPM (20 sal.). La commune a gagné 110 hab. de 1999 à 2008.

À l’ouest du canton, Lesgor (390 Lesgoriens, 2 919 ha dont 826 de bois), à 8 km de Tartas, a une impressionnante église-forteresse massive à puissants contreforts (12e et 14e s.); les voies ferrées jouent avec ses limites sud et ouest, quelques clairières de culture entourent le village. La population de la commune s'est accrue de 130 hab. de 1999 à 2007, soit de moitié! Plus loin, à 19 km de Tartas, Laluque (740 hab., 5 281 ha dont 4 255 de bois), qui a gagné 160 hab., a un musée de la vie rurale. Une active gare avec bifurcation, silos et centre de tri (Onyx, 35 sal.) est au sud, à la limite du finage de Pontonx; quelques clairières éparses; négoce agricole Agralia (30 sal.). Boos (280 hab., 1 581 ha dont 1 200 de bois) est à 5 km au nord de Laluque et 22 km au nord-ouest de Tartas, sur la D 27; quelques grands domaines agricoles à cercles d'irrigation (Sarthou à l'ouest, Lestage à l'est). Rion-des-Landes y tient une place de bourg, à 17 km au NO de Tartas, avec aérodrome.

Carcen-Ponson (630 hab., 3 672 ha dont 2 700 de bois), 6 km au nord de Tartas proche de la D 14, est issue d’une fusion de 1833; elle a gagné 50 hab. entre 1999 et 2008; église fortifiée à crypte. L'habitat s'est complété de lotissements le long de la D 14 au sud à Pouy des Trucs. La Midouze fixe la limite méridionale de la commune, jusqu'aux portes de Tartas; Ponson est aun hameau sur la D 14 et sur la rive droite de la Midouze à 500 m des premières maisons de Tartas, qui conserve une église des 12e et 17e s., inscrite. Saint-Yaguen (540 Saint-Yaguenais, 3 759 ha dont 2 500 de bois), 9 km au NE de Tartas, dont le nom est une déformation de Saint-Jacques et qui fut sur un chemin de Compostelle, a une curieuse église à trois clochers accolés et tourelle, en partie du 12e s. et ancienne étape d'un chemin de Compostelle. Son finage, limité au sud par la Midouze, contient de nombreux domaines agricoles et des élevages avicoles. Le Bès traverse son territoire, nourri au nord-est du Suzan. La population s'est accrue de 70 hab. après 1999.

Beylongue (350 hab., 3 751 ha dont 3 066 de bois), sur la D 31, conserve des restes d’un camp romain sur une butte, et le château Bétan; église inscrite du 12e s., fortifiée au 14e s., sur une nécropole antique. Tout au nord, Villenave (260 hab., 3 737 ha dont 2 100 de bois), 16 km au nord de Tartas sur la D 14, a un finage plus accidenté, traversé du nord au sud par la large vallée du Bès vers laquelle s'encaissent plusieurs vallons; le hameau de Labastide s'allonge à l'est sur le bas plateau; charpentes Puyo (20 sal.). Au nord-ouest, la commune contient une partie de la réserve biologique des anciennes mines de lignite et un écomusée «Grange aux outils de nos anciens».

Le canton Est est au sud de la Midouze; les bois y sont plus discontinus, les populations plus stables. Carcarès-Sainte-Croix (500 Carcaressois, 1 557 ha dont 778 de bois) est une commune issue d'une fusion de 1833; Carcarès est un petit village accolé à Tartas à l'est; la commune a gagné 60 hab. de 1999 à 2008. Le finage, limité au nord par la Midouze, ne s'étend que vers l'est; la D 824 le traverse au sud-est, équipée de l'aire de repos dite de Champigny; château Malet, gros élevage avicole. De l'ancienne paroisse de Sainte-Croix, à l'extrémité orientale, reste une église sur une colline, ancienne chapelle castrale inscrite du 12e s.

Meilhan (1 100 hab., 3 907 ha dont 2 018 de bois) tientle nord-est du canton; le village est sur l'ancienne route nationale, contourné par la voie rapide qui y offre deux accès, et doublé au sud par le Bourg Neuf. La population s'est accrue de 110 hab. après 1999. Le Leuy (220 Leuyois, 946 ha dont 371 de bois) est un petit village au sud-est de Meilhan, 16 km à l'est de Tartas. Lamothe (300 hab., 1 263 ha dont 426 de bois) est au sud du Leuy, 15 km ESE de Tartas, et occupe l'angle sud-est du canton; château des Granges à l'ouest.

Souprosse (1 050 hab., 4 256 ha dont 3 000 de bois) est un village-centre à 10 km SE de Tartas; sur la D 3 et la D 924 vers Saint-Sever; la commune accueille un centre de sélection des canards Sepalm (groupe Maïsadour), les conserves de viandes Dupérier (25 sal.) et Label du Gourmet (20 sal.) et la scierie Lespéron (45 sal.); son territoire est borné au sud par le cours de l’Adour. Le village a une église en partie du 11e s., fortifiée au 14e s., avec des peintures des 16e et 17e s., classée et objet de pèlerinages mariaux. La commune a perdu une trentaine d'habitants après 1999.

Gouts (250 Goutsois, 1 088 ha dont 327 de bois), 7 km au sud de Tartas, est sur un bas relief au passage de la D 18 et à la confluence de l'Adour et du Marrein, qui fixent les limtes sud et nord du finage. Audon (330 hab., 755 ha dont 260 de bois) occupe le bas plateau entre Adour et Midouze, qui s'achève un peu avant leur confluence par un talus d'une trentaine de mètres de hauteur; son finage comprend ainsi des éléments de plaine alluviale au sud et à l'ouest.