Tournon-sur-Rhône

10 600 hab. (Tournonais) dont 660 à part, 2 101 ha dont 501 de bois, sous-préfecture du département de l’Ardèche. La ville est sur la rive droite du Rhône face à Tain-l’Hermitage, au lieu même de l’étroit défilé du Rhône juste en aval du confluent du Doux. Son ancien château (14e-16e s.) s’y avance au-dessus du fleuve; il abrite un musée, a des jardins suspendus et offre des vues superbes. Le lycée est issu d’un collège fondé dès 1536 et conserve de belles pierres, dont une chapelle ornée. La ville a aussi quelques restes de fortifications, des tours et une porte.

Elle fut et reste un marché actif, desservi par la N 86 et la voie ferrée de rive droite, au point de départ d’une autre voie ferrée qui remonte la vallée du Doux jusqu’à Lamastre (le Mastrou). Elle a un collège et deux lycées publics, deux collèges et deux lycées privés, un lycée rural privé, centre hospitalier de 48 lits et clinique (53 lits médicaux, 200 en tout). Tournon est devenue «sur Rhône» en 1988; longtemps autour de 5 000 hab., de 1850 à 1930, sa population a augmenté sensiblement depuis la guerre, à un rythme un peu ralenti après 1980. L’unité urbaine Insee est donnée pour 17 800 hab., ce qui surclasserait la préfecture, et l’aire urbaine pour seulement 18 400. La communauté de communes du Tournonais siège en ville et associe 13 communes (18 300 hab.). L’arrondissement a 123 700 hab., 12 cantons, 126 communes, 185 797 ha.

La ville réunit un assez considérable ensemble d’industries, avec la fabrique de caravanes et camping-cars du groupe Trigano (880 sal.) et tout un groupe d’activités de la holding Fareva, comprenant l’usine de détersifs et produits chimiques FCA (Fabrication chimique ardéchoise, 275 sal.), les cosmétiques Cosmopar (200 sal.) et la fabrique de spécialités chimiques RCI (Rhône Chimie, 85 sal.), ainsi que l’entreprise de nettoyage ENI (Espace nettoyage industries, 450 sal.). S’y ajoutent un atelier d’ennoblissement de textiles ITDT (Impressions et teintures de Tournon, 40 sal.), un atelier de plastiques MCR au groupe ardéchois Inoplast (Mixt Composites, 100 sal.); travail temporaire Tremplin Intérim (70 sal.), nettoyage Traversier (35 sal.), transports de voyageurs TV (Tourisme Voyages, 30 sal.), supermarché Champion (60 sal.).

Le canton a 21 500 hab., 17 communes, 19 824 ha dont 5 894 de bois; il est limitrophe du département de la Drôme par le Rhône. Saint-Jean-de-Muzols complète l’agglomération de Tournon côté nord. Le long du Rhône au nord de Tournon, quatre communes se succèdent. Sarras (1 800 hab., 1 165 ha dont 201 de bois), 15 km au nord de Tournon face à Saint-Vallier, est au confluent de l’Ay, juste au sud de la rivière; elle a un mausolée gallo-romain, et une fabrique de maroquinerie Vuitton du groupe LVMH (320 sal.). Longtemps entre 1 400 et 1 500 hab., sa population a augmenté après 1970; elle a gagné 150 hab. de 1999 à 2005. Ozon (320 hab., 832 ha dont 330 de bois), juste au sud de Sarras, domine le défilé du Rhône à Saint-Vallier.

Arras-sur-Rhône (420 Arrageois, 589 ha), 9 km au nord de Tournon, sous les ruines de sa Tour Blanche, est le site du barrage dit de Saint-Vallier; la commune a gagné 40 hab. de 1999 à 2004. Vion (760 Vionnais, 621 ha dont 250 de bois), 6 km au nord de Tournon à la hauteur de la centrale électrique de Gervans, a une église romane classée; sa population a augmenté de 110 hab. entre 1999 et 2005. Au sud de Tournon se succèdent Mauves (1 100 Malvinois, 705 ha dont 271 de bois) et Glun (510 Glunois, 756 ha). À Mauves, Mecelec (230 sal.), établi en 1934, fabrique des équipements électriques en plastiques composites et Grange des équipements d’aéraulique (50 sal.); négoce de vins du groupe Deutz (25 sal.). Un barrage est établi sur le Rhône entre Glun et la drômoise Roche-de-Glun. La population de Mauves est stable après avoir augmenté entre 1968 (660 hab.) et 1990, celle de Glun s’est accrue de 110 hab. (+22%) entre 1999 et 2004; Glun n’avait que 230 hab. en 1962, contre 650 en 1856.

Le plateau en arrière de Tournon, qui domine la vallée du Rhône par un escarpement de 250 m, est traversé par la profonde vallée du Doux. La commune la plus occidentale est Boucieu-le-Roi (260 Boucicois, 894 ha dont 308 de bois), 20 km OSO de Tournon au-dessus du Doux, qui a conservé de belles maisons anciennes. Le village fut établi comme ville franche en 1291 par Philippe le Bel, mais ne grandit que modérément; le chemin de fer touristique (Mastou) s’y arrête; musée d’histoire et traditions, petit musée consacré au missionnaire du 18e s. Pierre Vigne.

Plats (520 Platous, 1 625 ha dont 647 de bois), 9 km SSO de Tournon à 460 m, et Saint-Barthélemy-le-Plain (680 hab., 1 908 ha dont 415 de bois) 10 km à l’ouest de Tournon, qui fut Montplain en 1793, toutes deux sur le plateau comme l’indique leur nom, sont entourées de petites vallées encaissées et partagent le site des cuves du Duzon, où abondent les marmites de géant dans la gorge du Duzon, affluent de droite du Doux. Plats a gagné 200 hab. (+39%!) entre 1999 et 2005, sa voisine 90 hab. de 1999 à 2006.