Turenne

820 hab. (Turennois), 2 803 ha dont 1 121 de bois, commune de la Corrèze dans le canton de Meyssac, à 14 km au sud de Brive. Elle fut le site principal et originel de la puissante et très ancienne seigneurie de Turenne, qui domina le sud-ouest du Limousin. La citadelle campe sur une butte-témoin ovale un peu en avant du plateau du Causse de Martel, lequel se termine sur le bassin par un puissant front de côte, dominant la vallée de la Tourmente et la voie ferrée qui la suit vers la vallée du Lot. Il ne reste cependant que deux tours du château, entourées par les trois enceintes concentriques de la citadelle; mais l'ensemble est de premier ordre, et très visité.

Le village, «petite cité de caractère», s’est établi entre la butte et la côte, et conserve de belles maisons anciennes, foirail et place des halles. La gare de Turenne est à 2 km au sud du village; distillerie de spiritueux des Terres Rouges ex-Denoix (25 sal.), sur le site d’une fabrique de batteries Autosil, société portugaise dont le projet, initialement prévu à Brive en zone industrielle, a été orienté en 1996 vers Turenne avec l’appui des finances publiques en dépit des oppositions locales et de plusieurs annulations d’autorisations, pour finalement fermer en 2003; la distillerie, qui relève du groupe Pagès du Puy-en-Velay, a bénéficié du transfert de la distillerie de la gentiane Salers depuis Montaignac-Saint-Hippolyte (canton d'Égletons).

Sur le revers de la côte au nord-ouest du village, le château de la Peyrouse (ou la Pérouse) est des 17e-18e s. et a succédé à une ancienne tour de guet. Depuis quelque décennies, Turenne rivalise avec Collonges-la-Rouge, qui lui fait face de l’autre côté de la plaine à 5 km à l’est, au point d’avoir préféré adhérer à la communauté d’agglomération de Brive plutôt qu’à la communauté du Midi corrézien, qui rassemble la plupart des communes du canton. La commune a gagné 70 hab. de 1999 à 2008.