Vailly-sur-Aisne

2 130 hab. (Vaillysiens), 997 ha, chef-lieu de canton de l’Aisne dans l’arrondissement de Soissons, 16 km à l’est de Soissons sur la rive droite de l’Aisne. Nécropole nationale; église classée du 12e s., un collège public, quelques petits ateliers, transports Scher (55 sal.) et Bernardi (75 sal.). La population communale a augmenté un peu depuis 1960.

Le canton a 10 100 hab. (9 800 en 1999), 26 communes, 16 230 ha; il est bordé au sud par la vallée de l’Aisne et s’étend au nord sur le plateau soissonnais; il atteint tout au nord la vallée de l’Ailette et le canal de l’Oise à l’Aisne, et inclut la partie occidentale du Chemin des Dames. Bucy-le-Long, à l’extrémité SO du canton, relève de la banlieue de Soissons. La N 2 court sur la crête au nord du canton. Chavignon (750 Chavignonnais, 1 115 ha dont 340 de bois), 13 km au nord de Vailly et à mi-chemin de Laon et de Soissons au bord de la N 2, sur le versant de l’Ailette, a une portion du fameux Chemin des Dames à l’ancien fort de Malmaison, qui était désaffecté avant 1914 mais a été réaménagé par les Allemands; mémorial des troupes coloniales; un cimetière allemand, mais aux morts de 1939-1945. Chavignon a un musée des Ateliers de l’Abeille, un atelier de plastiques (MS Composites, 40 sal.), les installations thermiques Soretherm (30 sal.); la commune a perdu 50 hab. entre 1999 et 2008.

Pargny-Filain (240 Pargnysiens, 501 ha) et Filain (130 hab., 478 ha), 9 km au NE de Vailly, ont une fraction du chemin des Dames et participent au lac de Monempteuil et à sa base de loisirs dans la vallée de l’Ailette. À Soupir (310 hab., 1 020 ha dont 300 de bois), 7 km à l’est de Vailly dans la vallée de l’Aisne non loin du canal de l’Oise à l’Aisne, église classée des 13e et 16e s., restes d’un château du 16e s., nécropole nationale et cimetière allemand. Aizy-Jouy (270 Aizyjois, 1 463 ha dont 400 de bois), 3 km au nord de Vailly au creux d’un vallon, conserve le portail classé d’une église des 12e-13e s.; la commune résulte d’une fusion de 1971 entre deux communes dont les villages sont très proches, Jouy au nord-ouest d’Aizy.

Condé-sur-Aisne (390 hab., 373 ha), 4 km en aval de Vailly sur la même rive, face au confluent de la Vesle qui lui a donné son nom, est dominée par les ruines d’un fort en pentagone (fort de Condé) construit en 1880, en cours de restauration, avec une association de sauvegarde et des spectacles estivaux. Chivres-Val (610 hab., 554 ha), 3 km à l’ouest de Condé, partage avec elle le fort de Condé et a une église classée du 13e s.; son nom était Chivres jusqu’en 1921. Juste au dessous, Missy-sur-Aisne (690 Axo-Missiens, 325 ha) a une autre église classée, des 12e et 15e-16e s. Vregny (90 hab., 450 ha), un peu plus au nord et également voisine de Bucy-le-Long, perche son village sur un éperon entre deux cuves et a une autre église classée, des 12e-13e s.

Dans la partie nord-occidentale du canton, huit minuscules communes se partagent, avec quelques champs du plateau, le vallon profond et encaissé de Margival (330 hab., 547 ha), la principale d’entre elles, qui a une gare sur la voie ferrée de Soissons à Laon, et un échangeur de la N 2 sur le plateau. Terny-Sorny (320 hab., 707 ha), à l’angle nord-ouest du canton, 9 km NNE de Soissons, formée par deux villages du rebord du plateau, Sorny à l’est de Terny, qui est frôlé par la D 1, accueille les transports Demichelet (40 sal.) et Kus (25 sal.).