Val-de-Reuil

13 900 hab. (Rolivalois) dont 1 300 à part, 2 661 ha dont 232 de bois, chef-lieu de canton du département de l'Eure dans l'arrondissement des Andelys, 6 km au nord de Louviers, au bord de l'Eure dans le val de Seine. C'est l'une des villes nouvelles qui devaient soulager et réorienter la croissance de l'agglomération parisienne, et la seule qui ait été un peu éloignée de Paris. Elle a été lancée en 1969 sous la forme d'une Ville nouvelle du Vaudreuil, qui était imaginée pour 100 000 habitants… Les premiers logements ayant été livrés en 1975, elle avait 420 hab. au recensement de 1975, 4 500 en 1982, 11 400 en 1990; elle n'a guère gagné qu'une centaine d'habitants de 199 à 2008. Elle a donc réussi à fixer des logements et des emplois, mais sa réalisation a été laborieuse et les résultats n'ont pas été à la hauteur des ambitions initiales. L'emprise foncière n'a pas été vraiment maîtrisée, ce qui produit à l'échelle du canton un indéfinissable emmêlement de limites communales et d'enclaves, au moins deux pour Val-de-Reuil.

La commune a été officiellement créée en 1981 à partir du territoire de pas moins de huit communes de la vallée de la Seine, dans le canton de Pont-de-l'Arche, sous le nom provisoire de «Le Vaudreuil Ensemble urbain»; mais l'ancien village du Vaudreuil a réussi à résister à l'intégration, au point qu'il a conservé son nom et son autonomie et que la ville nouvelle a dû adopter en 1985 un nom voisin mais astucieusement différent. Une «Opération de renouvellement urbain» (ORU) a été lancée en 2001 afin de rénover peu à peu le bâti des grands immeubles, déjà vieillissant. Le maire de Val-de-Reuil est Marc-Antoine Jamet, socialiste et collaborateur de Laurent Fabius, vice-président du Conseil régional de Haute-Normandie, conseiller à la Cour des comptes et secrétaire général du groupe de luxe LVMH, à ce titre président de l'Union des Fabricants…

Pour autant que le dessin des limites et l'emprise des six ou sept parcs d'activités permettent de trier entre les communes, Val-de-Reuil a reçu comme entreprise de tête l’usine de médicaments Sanofi-Pasteur (1 620 sal.), qui crée des unités nouvelles de vaccins; elle pilote un ensemble orienté vers les soins, dont les autres poids lourds sont Janssen Cilag (groupe Johnson, 640 sal.) plus les cosmétiques Johnson & Johnson Santé Beauté (150 sal.), et Valdepharm (340 sal.), issue des laboratoires Pfizer repris fin 2005 par le groupe cosméto-pharmaceutique français Fareva, qui fabrique des produits de base. Cet ensemble est accompagné notamment par Erlab DFS (hottes de filtration pour laboratoire, 70 sal.), Carlo Erba Réactifs (65, société italienne au groupe britannique Barclays), Pharmalog (logistique du transporteur Girard, 140 sal.), le conditionnement à façon Biopack (65 sal.), le conseil de gestion Maîtrise et Innovation (25 sal.). Le parc d’activités dit Pharmaparc, créé en 1995, et chargé de dynamiser la filière, est partagé avec Le Vaudreuil.

S’ajoutent à Val-de-Reuil des industries de toutes sortes, dont beaucoup d'ateliers n'atteignent pas 30 salariés et dont certaines ont déjà fermé, comme Tyco (électronique, 260 sal. en 2005), Media Motion (images sur CD et DVD, 110 sal.) ou renoncé comme Grand Vision (optique, au groupe néerlandais HalTtrust, 140 sal. devant monter à 300). Sont sur place une antenne du groupe spatial EADS pour la cartographie et les logiciels de traitement d’images (Cassidian, 160 sal.); les moules et modèles Husson (25 sal.), les protections électriques Cera (30 sal.); équipements de contrôle Altix (25 sal.), installations thermiques JV (35 sal.) et électriques Graniou (25 sal.) et Forclum (20 sal.), télécommunications Altitude Infrastructure (25 sal.).

Val-de-Reuil accueille également des ateliers de plastiques et conditionnement Blagden (emballages métalliques légers, 55 sal.), une fabrique de produits d'étanchéité Soprema (55 sal.), une papeterie d'étiquettes Etilabel (20 sal.); et même une fabrique de plats cuisinés Varenne Gastronomie (125 sal.), un atelier des biscottes Brossard (20 sal.); plus des entreprises de transport et entreposage dont Heliodis (55 sal.), Hirsch (45 sal.), Ebrex (25 sal.). À Val-de-Reuil encore se sont établis les travaux publics Screg (105 sal.) et Via France (60 sal.), les constructions De Biasio (25 sal.), Déco Façade (25 sal.), Ohénix (20 sal.), plantations et espaces verts ISS (90 sal.), bétons Lafarge (40 sal.); traitement de déchets Maillot (90 sal.), nettoyage ODS (55 sal.).

La ville a eu dès l’origine un hypermarché, d’abord Mammouth repris par Atac et rebaptisé Simply mais descendu à 75 sal.; et quelques négoces comme les fournitures industrielles Charles CIP (35 sal.); l'Immobilière de Basse-Seine emploie 65 personnes. La Direction générale de l’armement (DGA) a installé à Val-de-Reuil en 1985 un bassin d’essai des carènes avec un plan d’eau de 600 m (120 employés). La ville compte également un collège et un lycée publics, un centre de détention, une École supérieure d’ingénieurs et techniciens de l’agriculture… et même une réserve ornithologique (la Grande Noé). Faite surtout d’HLM, elle n’a pas moins de 75% de logements sociaux. De nombreux articles et analyses ont été consacrés à Val-de-Reuil, dont un numéro spécial de la revue Études normandes en 2004.

Le canton, créé en 1985, a 21 000 hab. (20 600 en 1999), 8 communes, 8 202 ha dont 1 073 de bois; deux petites communes sont sur la rive droite de la Seine, trois longent la rive gauche en une file presque continue d’habitations, limitée au cordon de rive. Sa population est particulièrement jeune, mais le taux de chômage est élevé. Poses (1 100 hab., 720 ha), 5 km au NE de Val-de-Reuil, face à Amfreville et à la côte des Deux Amants, est de loin la plus peuplée; elle a un musée de la batellerie et, profitant des vastes étangs de gravières, une base de loisirs nautiques y a été établie.

En amont s’alignent en bord de Seine les maisons du petit village de Tournedos-sur-Seine (95 Tournedosiens, 564 ha), de peuplement bourgeois et qui fait figure de «Monaco» local selon Ph. Thiard (v. Seine-Eure); mais le nombre d'habitants était de 140 en 1999; transports ATL (Andé, 25 sal.). Un peu plus au sud est Porte-Joie (120 hab., 591 ha), 4 km à l’est de Val-de-Reuil, où a été trouvée une spéulture mégalithique de la fin du néolithique à Beau Soleil.

Sur la rive droite de la Seine, Herqueville (150 Herquevillais, 376 ha dont 125 de bois) est face à Porte-Joie et accueille une fabrique de mobilier métallique Les Ateliers d'Herqueville (Vinco, 100 sal.) et un négoce de cartons et papiers d’emballage (Cenpac, 30 sal.); Connelles (200 Connellois, 417 ha) est à peine en aval, dotée d’une hôtellerie réputée (Le Manoir des Deux Amants, Diamond Resort, 20 sal.) et d’une base nautique sous le coteau abrupt des Deux Amants. Ces villages se partagent des îles au milieu de la Seine. Les autres communes du canton sont Léry et Le Vaudreuil. La plupart des communes font partie de la communauté d’agglomération Seine-Eure.