Valençay

2 800 hab. (Valencéens) dont 200 à part, 4 159 ha dont 1 550 de bois, chef-lieu de canton de l'Indre dans l'arrondissement de Châteauroux, 41 km au nord de la préfecture. La bourgade est perchée sur une butte qui domine la petite vallée du Nahon, sous-affluent du Cher par le Fouzon; elle est flanquée par la forêt de Gâtine au nord-ouest, la petite forêt de Garsenland au sud-est. Elle est surtout célèbre par son grand château construit en 1540 et complété aux 17e et 18e s., reconnaissable à son massif pavillon d'entrée carré et à ses deux grosses tours rondes à dômes. Accueillant 90 000 visiteurs par an, il est rehaussé d'un grand jardin à la française, offre un parc animalier et se trouve flanqué d'un musée d'automobiles qui reçoit 15 000 visiteurs par an.

Valençay est aussi un lieu de gastronomie et compte un musée du sucre installé par un pâtissier; son terroir est honoré d'une AOC viticole de 2004 (125 ha, 7 000 hl, divers cépages) qui déborde en Loir-et-Cher, mais les vignerons de Valençay ne déclarent que 10 ha de vignes; et surtout d'une AOC de fromage de chèvre sous la forme de troncs de pyramides cendrés (20 producteurs, 340 t/an). La ville a un collège public et un hôpital local (5 lits), un centre d'aide par le travail, une maison de retraite, un centre de vacances, quelques ateliers dont la métallerie Sofeval (80 sal.), et un Intermarché (40 sal.); hôtel Val Inter (Le Relais du Moulin, 25 sal.). Plusieurs institutions sociales (Pupilles, centre de réadaptation fonctionnelle) emploient 200 personnes, dont deux instituts médico-éducatifs totalisant 165 places.

La commune a dépassé 3 600 hab. en 1891, puis s'est dépeuplée jusqu'à moins de 2 700 hab. en 1954; elle a repris un peu jusqu'en 1975 puis a perdu des habitants, et encore une centaine de 1999 à 2007. La communauté de communes de Valençay correspond au canton et siège au chef-lieu, qui abrite également le siège du pays Boischaut Nord, qui rassemble 5 communautés, 53 communes, 30 900 hab. sur 1 369 km2.

Le canton a 8 400 hab. (8 600 en 1999), 10 communes et 33 210 ha dont 7 723 de bois; il est limitrophe des départements du Loir-et-Cher et d'Indre-et-Loire; à l'ouest de Valençay s'étend la forêt de Gâtine. Veuil (370 hab., 1 884 ha dont 384 de bois), 5 km au SSO de Valençay sur le coteau dominant la rive gauche du Nahon, se distingue comme village fleuri (quatre fleurs) et par son ancien château renaissance qui, ruiné par Talleyrand qui fit prendre ses pierres pour restaurer Valençay, est en cours de restauration et accueille des réceptions; église du 12e s.; Veuil fut jadis une cité drapante, et conserve la fontaine originelle.

Plus à l'ouest à 11 km au SO du chef-lieu, Luçay-le-Mâle (1 600 Lucéens, 6 808 ha dont 1 407 de bois) est le second pôle du canton, et le terminus actuel du Blanc-Argent, mais s'est récemment dépeuplé depuis les 2 300 hab. du maximum de 1982, et a encore perdu 130 hab. de 1999 à 2005. Le village a une fonderie (Fonderie mécanique de la Seine, 45 sal.), une maçonnerie avec taille de pierres (Martin, 80 sal.), une maroquinerie (Rioland, 35 sal.), un négoce agricole (Renaud, 25 sal.) et un musée de la pierre à fusil; maison de retraite, château du 16e s., manoir et étang de la Foulquetière (15e s.), avec une base de loisirs à l'ouest de la commune; le domaine d'Oublaisse abrite le siège de la secte Krishna.

Dans la vallée du Nahon au sud de Valençay, Vicq-sur-Nahon (760 Vicquois, 4 908 ha dont 1 065 de bois), qui eut plus de 1 600 hab. autour de 1870 et n'a pas cessé de se dépeupler depuis, a un château des 17e-18e s. (la Moustière), un autre atelier de maroquinerie Rioland (60 sal.); grand bois de Saint-Paul au sud-est de la commune. Tout au sud, à 14 km de Valençay, Langé (300 hab., 2 063 ha dont 334 de bois), également au bord du Nahon, propose un musée de géologie et paléontologie.

À l'extrême nord dans la vallée du Fouzon, à 10 km de Valençay et près de Selles-sur-Cher, La Vernelle (800 hab., 1 708 ha dont 246 de bois) conserve une fromagerie (Jacquin, 50 sal.); sa population était relativement stable depuis 1950; elle a gagné près d'une centaine d'habitants de 1999 à 2006. Lyé (840 Ligiens, 2 477 ha dont 268 de bois), au bord du Modon à 12 km au NO de Valençay, est proche du val du Cher; elle se dépeuplait lentement depuis le maximum de 1886 (1 400 hab.) mais vient de reprendre 20 hab. (1999-2007); château de Saray (19e s.).

Un peu en amont sur le Modon, Villentrois (640 Villentroyens, 3 238 ha dont 759 de bois) conserve des ruines d'un château fort des 13e et 15e s. et une chapelle protégée; elle a un producteur de champignons (Letocart, 35 sal.). Le finage mord à l'est sur la forêt de Gâtine; la commune a eu 1 300 hab. au début du 20e s. et se dépeuple depuis. L'angle nord-ouest du canton est tenu par Faverolles (350 hab., 4 141 ha dont 913 de bois), qui a une église classée des 13e-15e s. et mord un peu à l'ouest sur la forêt de Brouard; elle avait encore 850 hab. en 1954; maçonnerie (Lévêque-Bourbonnais, 20 sal.).

La Gâtine de Valençay s'étend au sud du Cher, sur une table de craie couverte d'argile à silex; elle est en partie boisée (dont la grande forêt de Brouard à l'ouest, aux confins des trois départements), et conserve des vignes sur les versants des petites vallées. Elle se termine au-dessus de Vatan et Levroux par un talus de côte aux formes adoucies.