Valromey (le)

petite contrée du Bugey; elle correspond à un grand val synclinal large et plat, drainé par le Séran; son fond forme une haute plaine vers 600 m sous les crêtes du Grand Colombier (1 531) à l'est et du mont boisé de la Rochette (1 240 m) à l'ouest, qui le sépare du plateau d'Hauteville. Le Valromey abrite de nombreux hameaux dispersés dans une dizaine de villages très dépeuplés. Il se poursuit au nord par Hotonnes et les deux Abergement (plateau du Retord). Au sud, il est tranché net par un escarpement de faille perpendiculaire à son axe, qui domine de 250 m la large plaine marécageuse du bas Séran et, plus largement, le bassin de Belley. L'origine du nom est souvent rapportée à «val romain» mais probablement à tort: le nom s'écrivait Verrumensi au 12e s., désignation encore mal expliquée. Alors savoyard, le Valromey a été rattaché à la France en 1601 avec le Bugey et le Pays de Gex. Honoré d'Urfé fut marquis de Valromey en même temps que de Bresse. La communauté de communes du Valromey rassemble 11 communes (3 500 hab., 17 110 ha) et siège à Champagne-en-Valromey.