Var (le)

fleuve côtier des Alpes-Maritimes, long de 114 km. Il naît à Entraubes sous le col de la Cayolle et descend vers le sud. Il passe à Guillaumes où il reçoit à gauche le Tuébi. Il s’enfonce dans les gorges de Daluis, fait une incursion dans le département des Alpes-de-Haute-Provence puis, au pont de Gueydan où il reçoit à droite le Coulomb, et à partir duquel il est longé par la voie ferrée de Nice à Digne (train des Pignes), il oblique brusquement vers l’est et suit alors le val synclinal d’Entrevaux et de Puget-Théniers. Il y reçoit à gauche la Roudoule; il accueille ensuite à gauche le Cians à Touët-sur-Var et s’enfonce dans les reliefs entre Malaussène et Massoins. Il accueille à gauche la Tinée dans les gorges de la Mescla et prend alors à nouveau et définitivement une direction nord-sud; il franchit le long défilé de Chaudan, accueille à gauche la Vésubie à Levens, puis à droite l’Esteron à Saint-Martin-du-Var. Sa plaine s’élargit à partir de Carros et se couvre de cultures horticoles et d’usines et entrepôts; il achève sa course dans la Baie des Anges entre les communes de Nice et de Saint-Laurent-du-Var, juste à l’ouest de l’aéroport de Nice. Il a donné son nom à un département dans lequel il ne coule plus, depuis que les cantons orientaux du département ont été réunis au comté de Nice pour former les Alpes-Maritimes en 1860. Son régime torrentiel a suscité de lourds travaux d’aménagement en aval du confluent avec la Vésubie, qui ont permis l’occupation moderne de la plaine sur une vingtaine de kilomètres.