Varengeville-sur-Mer

1 080 hab. (Varengevillais), 1 075 ha, commune de Seine-Maritime dans le canton d'Offranville, 6 km au NO de celle-ci et à 6 km à l'ouest de Dieppe. Très tôt apprécié par les artistes parisiens, son site en a fait une station réputée, «village de charme». Sa population n'a qu'assez peu varié au cours des deux derniers siècles, mais s'est réduite de 130 hab. entre 1999 et 2008. Elle étire ses nombreuses villas un peu en arrière de la falaise, en une file continue, et accède à la côte par quelques valleuses et vallons. L'environnement a été soigné, comme en témoignent le parc floral du bois des Moustiers (12 ha, créé en 1898 par l'architecte anglais Edwin Luytens) ou le parc botanique des jardins de Vastérival, dessiné sur 10 ha pour une princesse hongroise, en partie à Sainte-Marguerite.

Un petit port est aménagé sous la valleuse de Vastérival. Sur le plateau se voient le manoir d'Ango, édifié dès 1545 par l'armateur et navigateur dieppois, et la tombe de Georges Braque. Les briqueteries de Varengeville fournirent jadis la brique encore apparente dans les beaux châteaux Louis XIII des environs. Jehan Ango (1480-1551) fut un opulent armateur dieppois, corsaire patenté à l'occasion, trafiquant avec Terre-Neuve et la Nouvelle-Amsterdam (future New York), le Brésil, la côte de Guinée. Varengeville a 250 résidences secondaires (un tiiers de slogements), mais un seul petit hôtel. et pas de camping.