Vendenheim

5 700 hab. (Fédinois), 1 589 ha dont 358 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Brumath, membre de la communauté urbaine de Strasbourg, 11 km au nord de la capitale. Le village ancien est dans un vallon, au passge du canal de la Marne au Rhin, et s'est entouré de vastes lotissements pavillonnaires, surtout au sud. Un parc d'activités s'est glissé entre le canal et la voie ferrée, que longe la N 2 063. L'habitat accompagne la route au nord et au sud du canal. La ville a des maisons anciennes, un centre culturel avec médiathèque, un collège public. Le canal de la Marne au Rhin y est doté d’un petit port de plaisance. Le finage contient au nord-est un échangeur au carrefour de l’A 4 et de l’A 35, près du château de Sury (1838). La population était de 1 900 hab. dans les années 1930 à 1950, 3 500 en 1975, et a crû assez vite, mais le taux ralentit; elle n'a gagné qu'une centaine d'habitants de 1999 à 2007.

Vendenheim a un ensemble de magasins typique des entrées de ville: Leroy-Merlin (85 sal.), But (55 sal.), Decathlon (50 sal.), Hypertapis (35 sal.), Kiabi (25 sal.), meubles Rapp (70 sal.), électroménager Media Saturn (60 sal.); horticulture Issler (35 sal.), prothèses Dries (20 sal.), installations électriques Sdel (65 sal.); plusieurs garages. Si le ban communal mord à peine à l'ouest sur les basses collines, une extension orientale contient la plus grande partie de la raffinerie de pétrole dite de Reichstett. Au sud, Vendenheim partage avec Lampertsheim et Mundolsheim les installations de la très grande zone commerciale nouvelle de Strasbourg-Nord. Une haute colonne pyramidale de grès vosgien a été élevée en 1810 pour célébrer la réfection de la route de Strasbourg (10,3 km) à Brumath (6,7 km), élément de la stratégie du blocus continental napoléonien.