Vesoul

17 200 hab. (Vésuliens), dont 910 à part, 907 ha, préfecture de la Haute-Saône; au bord du Durgeon. La ville s'est établie dans la vallée du Durgeon et sur les pentes de la butte de la Motte, qu'il contourne par le sud; la Motte offre de larges vues sur la ville. Le centre a conservé quelques maisons anciennes et hôtels bourgeois, dont celui de la préfecture; l'hôtel de ville, au bord du Durgeon, est récent (1937); l'église est du 18e s. L'urbanisation s'est étendue surtout vers l'amont, à l'est de la Motte, et vers l'aval sous la forme d'espaces d'industrie et de négoce. Vesoul bénéficie du passage de la N 19 et de la voie ferrée Paris-Belfort par Chaumont, ainsi que de la N 57 qui va de Besançon aux Vosges. Elle a les attributs d'une active mais assez petite préfecture: centre hospitalier (365 lits), une clinique de 110 emplois (67 lits), IUT, trois collèges publics et un privé, quatre lycées publics dont deux professionnels, un lycée professionnel privé et deux instituts médico-éducatifs; musée polyvalent Georges Garret, théâtre; festival des cinémas d'Asie.

Le site de Vesoul, assez proche de Sochaux-Montbéliard et qui ne manquait pas de place, a été choisi par le groupe Peugeot pour y installer de très grands entrepôts de pièces détachées, formant une plate-forme logistique forte de 3 100 employés, de loin le principal établissement industriel du département. La ville, qui s'affiche ainsi comme pôle logistique, y a ajouté plusieurs zones industrielles qui enserrent l'espace bâti. Une usine Faurecia (couture de sièges), qui avait 140 sal. en 2005, a fermé en 2010 (avec 90 sal.). Vesoul conserve une fabrique de literie Epeda-Merinos (Copirel, 110 sal.), les constructions métalliques Piguet (30 sal.) et les plafonds métalliques Durlumen (30 sal.); constructions Kesler (25 sal.), carrelages Filipuzzi (20 sal.), travaux publics Sacer (75 sal.).

Dans le secteur tertiaire apparaissent surtout les banques CIC (25 sal.) et BNP (25 sal.), la comptabilité Techni Compta (35 sal.), l'offices du logement HSO (90 sal.), le secrétariat pour entreprises Sense (100 sal.); formation d'adultes Onlineformapro (35 sal.), journal L'Est Républicain (30 sal.), publicité Mediapost (35 sal.); gardiennage SGS Sage (60 sal.), distribution électrique Sicae (Cendrecourt, 45 sal.). Outre les grands garages, on peut mentionner la SNCF (100 sal.) et les transports de fret Sovetra (45 sal.), les négoces de matériel agricole Pagot-Caput (40 sal.) et de sanitaire Comafranc (30 sal.), d'alimentation Jourdain (20 sal.), ERDF (30 sal.). Vesoul a vu naître un grand centre commercial autour de l’hypermarché Cora (260 sal.), auquel s'ajoutent Super U (65 sal.), Intermarché (40 sal.), Brico Leclerc (40 sal., électroménager Cora (35 sal.), Monoprix (20 sal.).

La ville possède sa «zone urbaine sensible» dans le quartier de Montmarin, au nord de l'agglomération. Vesoul a atteint les 10 000 hab. en 1900 et en avait 12 000 en 1954; sa population a crû jusqu’en 1982 (18 400 hab. sdc) puis a perdu plus de 1 200 hab. de 1982 à 1999, et 1 700 de 1999 à 2008 (mais dont 900 par révision de la population comptée à part). Le maire est Alain Joyandet, député UMP et ancien sénateur, ancien secrétaire d'État, éditeur. La communauté de communes de l’agglomération de Vesoul rassemble 19 communes et 32 500 habitants. L’unité urbaine Insee est donnée pour 28 000 hab., l’aire urbaine pour 46 500. L’arrondissement a 129 100 hab. (123 300 en 1999), 19 cantons, 351 communes et 351 175 ha.

Les 2 cantons ont 33 500 hab.comme en 1999, 24 communes et 16 917 ha dont 4 215 de bois. Ils apportent à l'environnement de Vesoul un lac avec parc aquatique à l'ouest, quelques sites de promontoires et de grottes localement réputés (Sabot de Frotey, Frais Puits, la Baume, Solborde, etc.) au sud et à l'est. Font partie de l'agglomération de Vesoul les communes voisines de Vaivre-et-Montoille, Noidans-lès-Vesoul, Échenoz-la-Méline côté ouest et sud-ouest.

Plusieurs gros villages sont devenus des banlieues en expansion. Navenne (1 850 Navennois dont 140 à part, 391 ha dont 126 de bois), qui jouxte Vesoul au SE, a reçu un centre de rééducation (85 sal.) et un Intermarché (50 sal.); elle avait 1 200 hab. en 1962 et poursuit sa croissance (+70 hab. de 1999 à 2008). Quincey (1 270 Quincéens, 1 263 ha dont 337 de bois), au bord de la Colombine, à 2 km ESE de Vesoul, n’avait que 400 hab. en 1962, et en a gagné 190 après 1999; son finage s’étire loin vers le SE au point de couper presque en deux le canton de Noroy-le-Bourg; le gouffre de Frais Puits, dont le diamètre a une vingtaine de mètres, y est près de la route de Villersexel, mais la commune contient d’autres sites de grottes et de gouffres; entreprise de bâtiment Darlot (45 sal., plâtrerie).

Frotey-lès-Vesoul (1 370 Frotéens, 763 ha dont 186 de bois), juste au nord de Quincey au bord de la même rivière, accueille l’aérodrome de Vesoul(code LFQW), doté d'une piste bitumée de 1 400 m et d'une gazonnée de 470 m, avec aéroclub, et la réserve naturelle du Sabot de Frotey, dominée par un relief ruiniforme assez spectaculaire; installations thermiques Locatelli (20 sal.), nettoyage Onet (130 sal.). La population communale a augmenté pendant presque tout le 20e siècle, mais plafonne; elle a même perdu 100 hab. entre 1999 et 2008.

Vers le nord-est au bord du Durgeon, à 8 km de Vesoul, Colombier (400 Colombiers, 1 394 ha dont 309 de bois) a une menuiserie (Virot, 35sal.). À la sortie nord-ouest de la ville sur la route de Port-sur-Saône, Pusey (1 510 Puséens, 818 ha) accueille un hypermarché Leclerc (260 sal.), l’installateur de réseaux Locatelli (50 sal.), un Bricomarché (35 sal.); sa croissance est en cours: elle n'avait que 360 hab. en 1968, et a encore gagné 370 hab. de 1999 à 2008.