Vexin normand

contrée au NE du département de l'Eure, formée par le plateau de rive droite de la Seine entre Rouen et l'Epte. Le nom est issu de celui de la tribu gauloise des Véliocasses qui occupait ce territoire ainsi que, de l'autre côté de l'Epte, celui du Vexin français. Les deux adjectifs viennent du partage entre royaume de France et duché de Normandie au traité de Saint-Clair-sur-Epte (911). Le Vexin normand est un pays de grosses fermes à production agricole de haut niveau fondée sur les labours: céréales, betteraves, fourrages et protéagineux associés.

Il fait ainsi partie de ces plaines et bas plateaux autour de Paris, déjà réputés pour leur productivité avant 1960, et qui ont bien su tirer parti de la Politique agricole commune européenne. Il conserve une sucrerie à Étrépagny. Il est traversé par la route rectiligne de Paris à Rouen, actuellement N 14, sur le tracé de l'antique voie romaine passant à Saint-Clair-sur-Epte et doublée par une variante par Gisors. Au nord, le pays est couvert en partie par la forêt de Lyons, formant marche vers le Bray et la Picardie. La partie méridionale, un peu plus accidentée aux abords du confluent de l'Epte et de la Seine encaissées, est parfois nommée Vexin bossu. Le nom est repris par l'officiel pays du Vexin Normand qui réunit les communautés de communes de Lyons, de l'Andelle, des Andelys, d'Étrépagny, de Gisors et d'Écos (107 communes, 75 400 hab., 1 005 km2); le siège est aux Andelys.