Vézelay

480 hab. (Vézeliens), 2 183 ha dont 1 401 de bois, chef-lieu de canton du département de l'Yonne dans l'arrondissement d'Avallon, 15 km OSO de la ville. Vézelay est d'abord un haut lieu de l'art religieux, grâce à sa basilique romane (quelque peu rénovée par Violet-le-Duc), classée au Patrimoine mondial de l'humanité et que fréquenteraient 800 000 visiteurs par an, ce qui en ferait le plus visité des hauts lieux bourguignons. Loin des situations discrètes de nombreuses abbayes, elle trône sur une butte de la côte qui fait face au plateau du Morvan septentrional, et offre ainsi un vaste panorama. Le village a portes et remparts, et deux musées (Zervos et Œuvre de l'abbaye); il figure parmi les «plus beaux villages de France» et possède une cave coopérative. La commune avait 1 300 hab. au début du 19e siècle et sa population n'a guère cessé de diminuer depuis.

Le canton, limitrophe du département de la Nièvre et traversé du sud au nord par la Cure, a 4 300 hab., 18 communes, 25 500 ha dont 12 459 de bois. Sa partie sud-orientale relève du Morvan et ses communes, Vézelay comprise, sont incluses dans le Parc régional, mais le canton mord à peine sur le massif ancien. À 2 km au nord du chef-lieu et 5 km à l'est respectivement, Asquins (330 hab., 2 160 ha dont 940 de bois) est au bord de la Cure et Tharoiseau (70 hab., 343 ha) sur une avancée de la côte viticole; Asquins a gagné 50 hab. de 1999 à 2008.

Au pied de Vézelay, au bord de la Cure, Saint-Père (380 hab., 1 528 ha) a des restes gallo-romains (fouilles des Fontaines salées) et un musée archéologique dont la fréquentation (16 000 visites/an) ne profite que légèrement de la proximité de la basilique; hôtellerie du domaine de l'Espérance (60 sal.), où officie le célèbre restaurateur Marc Meneau (deux étoiles Michelin). Une rénovation viticole récente a permis de parvenir à la délimitation d'une AOC bourgogne-vézelay (85% en chardonnay) portant sur 373 ha (120 en production) des communes de Saint-Père (125 ha), Asquins (74), Vézelay (73) et Tharoiseau (61).

Un peu en amont dans la vallée de la Cure (au SE), se visitent la roche percée et les ruines féodales de Pierre-Perthuis (130 Perthuisiens, 734 ha dont 182 de bois) à 5 km SE de Vézelay; en amont à 4 km, gorges, centrale hydroélectrique, ancienne abbaye et château à Domecy-sur-Cure (390 hab., 2 057 ha dont 971 de bois, village de plateau déjà en Morvan et entouré de bois, qui a perdu 60 hab. de 1999 à 2008. En dehors du Parc, 8 km à l'ouest de Vézelay, à Chamoux (80 ha, 693 ha dont 329 de bois), un original a dessiné un parc préhistorique imaginaire qu'il a baptisé, de son nom, Cardo-Land.

Toute la partie NO du canton est très boisée, et déborde au-delà de la côte du rauracien; deux doubles sites attractifs correspondent aux deux vallées qui entaillent les plateaux calcaires, l'Yonne et la Cure. Lichères-sur-Yonne (60 hab., 1 431 ha dont 1 004 de bois) s'orne du château de Faulin, féodal et renaissance, qui domine la vallée de l'Yonne. Châtel-Censoir (680 hab., 2 462 ha dont 1 098 de bois) a une collégiale des 11e-12e s. et un village de vacances VVF. Ces deux villages sont près de la vallée de l'Yonne au NO, et moins éloignés de Clamecy que de Vézelay; le dernier est réputé «station verte de vacances» et «village de caractère» et sert de village-centre équipé à l'ouest du canton.

Dans un tout autre environnement, Voutenay-sur-Cure (210 hab., 1 004 ha dont 604 de bois) et Saint-Moré (190 hab., 1 198 ha dont 770 de bois), à une quinzaine de kilomètres au nord de Vézelay, font figure d'annexes d'Arcy-sur-Cure; on y fréquente parois rocheuses, camp antique (Cora-Villaucerre), grottes en aval de Saint-Moré.