Vic-sur-Seille

1 480 hab. (Vicois) dont 130 à part, 1 950 ha dont 223 de bois, chef-lieu de canton du département de la Moselle dans l’arrondissement de Château-Salins, 8 km au SE de celle-ci, dans le parc régional de Lorraine. La bourgade a de belles maisons anciennes, dont celle de la Monnaie (1456, rénovée en 1905), une église des 15e-16e s. à riche mobilier, un musée consacré au peintre Georges de la Tour, né à Vic en 1593 et mort à Lunéville en 1652. Elle avait absorbé vers 1793 sa voisine Burthecourt à l'ouest et s'est alors noméme Vic-et-Burthecourt, puis Vic en 1801, Vic-sur-Seille par la suite; puis Berthecourt est passée à Salonnes (canton de Château-Salins). Une base de loisirs est aménagée sur la Seille; petite fabrique de sièges, maison d’accueil spécialisée des Tilleuls (CREAI de Lorraine), maison de retraite. La commune aperdu 90 hab. de 1999 à 2008.

Le canton a 3 800 hab., 14 communes, 17 782 ha dont 2 256 de bois; limitrophe de la Meurthe-et-Moselle, il s'étire du chef-lieu vers le SE dans le pays des Étangs. Moyenvic (370 hab., 1 448 ha), 3 km à l'est de Vic, est un ancien bourg fortifié, doté d'une église moderne, et un carrefour de routes; au nord, point de vue des hauteurs de la côte Saint-Jean (310 m); il eut un établissement des Salines royales, associé à celui de Dieuze; sa production fut arrêtée en 1831 au profit de Dieuze. Marsal (290 hab., 1 111 ha), 3 km plus à l'est, également au bord de la Seille, a conservé son enceinte du 17e siècle aménagée par Vauban, et son église romane à abside gothique a pu être restaurée; musée départemental du sel, quelques restes gallo-romains.

Le sud du canton est traversé par le canal de la Marne au Rhin dans le paysage boisé de la commune de Lagarde (200 hab., 2 226 ha dont 811 de bois), 18 km au SE de Vic, où a été aménagée une halte nautique. Bourdonnay (260 hab., 1 740 ha dont 322 de bois), sur la route principale à 4 km au nord de Lagarde, a des étangs et des restes du château de Marimont, qui fut jadis aux sieurs de Réchicourt. Maizières-lès-Vic (470 hab., 2 599 ha dont 506 de bois), un peu plus à l'est, aligne ses maisons le long de la grand-route et a aussi quelques étangs; elle a eu 1 400 hab. en 1851 puis a absorbé en 1885 la toute petite commune de Hellocourt, au sud-est, dont subsiste un hameau et non loin de laquelle s’était établie en 1931 l’usine Bata de Moussey dans le canton de Réchicourt-le-Château. Sa population s'est accrue de 90 hab. entre 1999 et 2008.