Vierzon

38 400 hab. (Vierzonnais) dont 1 000 à part, 7 450 ha dont 2 309 de bois, sous-préfecture du Cher à 33 km au NO de Bourges, au confluent du Cher et de l'Yèvre. La ville a pris son essor à partir de forges lancées par le comte d'Artois en 1779, mais toutes les industries du 19e s. avaient disparu dans les années 1950, quand l'expansion industrielle est allée au-devant de la main-d'œuvre disponible; l'échec de certaines entreprises (machines agricoles Case, accumulateurs Fulmen, confection) a conduit à une troisième phase de développement, récente, mais n'a pas réglé tous les problèmes d'emploi. Ces strates successives ont contribué à la division de la ville en quatre pôles, qui formaient des communes distinctes: le centre-ville (Vierzon), Vierzon-Forges, Vierzon-Village, Vierzon-Bourgneuf, réunis en une seule entité en 1937.

Vierzon a eu 5 000 hab. en 1837, 10 000 en 1882, mais n'avait encore que 10 000 hab. en 1936 dans la mesure où elle se limitait à son centre; la fusion l'a fait passer à 25 000 hab. La ville s'est encore développée ensuite, atteignant les 30 000 hab. (sdc) en 1960 et culminant à 37 500 hab. en 1975; mais elle a perdu de nombreux habitants depuis, dont 2 300 de 1999 à 2007. Elle a un centre hospitalier public (220 lits médicaux, 480 en tout), une clinique (la Gaillardière, 20 sal.), deux collèges publics et un collège privé, deux lycées publics, deux lycées professionnels publics, un lycée professionnel privé, deux instituts médico-éducatifs, une maison de retraite (Serapa, 50 sal.).

L'agglomération a conservé quelques restes de remparts et un beffroi du 12e s.; l'hôtel de ville est dans une ancienne abbaye des 17-18e s.; on a protégé et rénové des halles de fonderies de 1923. L'urbanisme est marqué par l'effort d'aménagement et d'équipement de municipalités sociales: jardin paysager de l'Abbaye, «arts déco» de 1922 et auditorium de 1935 par H. Karcher, tous deux classés; musée du Fil de soie. La Maison du pays de Vierzon, ouverte en 2004, a reçu 37 000 visiteurs en 2005. Deux zones urbaines sensibles ont été reconnues: le Clos du Roi à l'est et, moins étendu, le groupe Henri Sellier au nord-est.

La base industrielle est diversifiée, mais la plupart des gros établissements ont réduit leurs effectifs; l’essentiel est fourni par l’usine de caoutchoucs Paulstra (groupe Hutchinson, 260 sal.), les roulements à aiguilles Koyo Bearings ex- Timken (japonais Jtekt, 200 sal.), le matériel hydraulique Parker Hannifin (210 sal.), les charbons actifs Pica (110 sal.), les équipements de sécurité du travail Sperian Protection ex-Bacou-Dalloz (140 sal.), les enseignes lumineuses Apia (100 sal.), une fonderie d'acier FCI (85 sal.). S’y ajoutent en métallerie et mécanique les appareils de levage de la Française de Manutention (45 sal.) et de Yale (Columbus MacKinnon, 45 sal.) et TDM Automation (30 sal.), le matériel agricole Carroy (30 sal.), les constructions métalliques Retotub (35 sal.), les ateliers de mécanique Soudacier (Oxymetal, 30 sal.), Calbracier (40 sal.) et MIC (25 sal.); dans d’autres domaines, maroquinerie (Vierzonnaise, 40 sal.); Berry Viandes (45 sal.); bétons Bonna Sabla (40 sal.).

Vierzon accueille aussi les travaux publics Millet (65 sal.), la gestion d’autoroutes Cofiroute (110 sal.), la couverture Boireau (45 sal.), un hypermarché Carrefour (140 sal.), un centre Leclerc (110 sal.), des magasins Carrefour Market (65 et 45 sal.), Intermarché (50 sal.), Sophinac (45 sal.) et Bricomarché 30 sal.); négoce de fournitures EGI (25 sal.), gestion comptable Cogep (25 sal.),gestion immobilière HLM France-Loire (25 sal.), traitement des eaux Eau et Ozone (Veolia, 35 sal.), récupération de déchets RIC (50 sal.), collecte d'ordures CTSP (25 sal.); transports Lévêque (40 sal.) et Breger (35 sal.), transport urbain Veolia (30 sal.). La Sncf affiche 770 sal.

La commune inclut au nord une bonne partie de la forêt domaniale de Vierzon et le golf de la Picardière; elle déborde au sud du Cher, mais l'aérodrome est dans la commune de Méreau. La majorité municipale a longtemps été communiste et l'est redevenue en 2008 après un intermède de droite mené par un ancien député socialiste de 1990 à 2008; le maire actuel est Nicolas Sansu, également conseiller général. L'unité urbaine Insee est donnée pour 32 500 hab., l'aire urbaine pour 38 500 seulement. La communauté de communes Vierzon-Pays des Cinq Rivières ne réunit que 3 communes et 30 900 hab.; les deux autres communes sont Méry-sur-Cher et Thénioux. Le pays de Vierzon groupe 5 communautés, 25 communes, 47 000 hab. sur 596 km2; il siège à la Maison de Pays de Vierzon. L'arrondissement a 71 800 hab. (73 100 en 1999), 8 cantons, 43 communes, 176 739 ha.

Les 2 cantons ont 36 200 hab. (37 600 en 1999), 10 communes et 46 332 ha dont 13 354 de bois; ils sont limitrophes du Loir-et-Cher. Le canton de Vierzon-1, à l'ouest, correspond à la commune de Vierzon. Le canton de Vierzon-2, très étendu, est formé de deux parties très différentes. Il se déploie en Sologne à l'est et au nord-est de la ville.

Au nord à 19 km NNE de Vierzon, Nançay (900 Nançayais dont 50 à part, 10 633 ha dont 3 405 de bois), vaste commune de 10 633 ha, est connue pour sa station radio-astronomique solaire et son radiotélescope, aux vastes panneaux déployés en forêt; inaugurée en 1953, elle relève de l'observatoire de Paris-Meudon et elle est consacrée à l'étude du soleil. Servie par 50 personnes, elle a été assortie d'un «espace ciel ouvert» avec planétarium, où passent 14 000 visiteurs par an. La commune a aussi une galerie d'art contemporain (Capazza) et un musée de l'«imaginaire du Grand Meaulnes», ainsi qu'un centre des Pupilles de l'enseignement public (140 sal.) et un institut médico-éducatif (85 places); grand château du Vieux Nançay à l'est du village, des 15e, 17e et 19e s.; châteaux de Loince (19e s.) au sud, des Aubiers (19e s.) au nord-ouest; atelier de conserves alimentaires Covi (25 sal.). Un parc Aventure ouvert en 2001 reçoit 13 000 visiteurs par an

À 6 km au SE de Nançay, Neuvy-sur-Barangeon (1 300 Neuvycéens, 6 734 ha dont 2 860 de bois), 19 km au NE de Vierzon, a une fabrique de harnais de sécurité (Antec, 80 sal., groupe Sperlan ex-Bacou-Dalloz) et un centre médico-éducatif de la PEEP (60 sal., 65 places). La commune est surtout un lieu de chasse et d'asile, avec un village de vacances, une Maison de l'eau dans un ancien moulin. Un ensemble tenu par la Fédération Maginot réunit au domaine de la Grande Garenne une maison de retraite, un centre de vacances, un hameau des Automates (15 000 visiteurs par an) et un musée Historimage qui offre un panorama des opérations militaires allant de 1914 (tranchées comprises) aux guerres récentes du Moyen-Orient… Le château de Grand Chavanon, ancienne propriété de chasse, a été un temps détenu par Bokassa avant de servir à des réunions du Front National, puis d'être achetée par des Australiens fortunés. Neuvy accueille le siège de la communauté de communes des Villages de la Forêt, qui rassemble 5 communes et 4 600 hab.

Vouzeron (570 hab., 5 263 ha dont 2 916 de bois), également sur le Barangeon mais plus près de Vierzon (14 km ENE), a un centre de rééducation professionnelle et un foyer de l'association Ambroise-Croizat; c'est aussi un centre de chasse à courre, avec un musée (Maison de la chasse); château néorenaissance de la Triboulette (fin 19e s.), avec parc et maison de repos. Saint-Laurent (400 hab., 3 872 ha dont 1 895 de bois), également au bord du Barangeon 3 km plus au sud, étend largement son territoire au nord-ouest dans la forêt domaniale de Vierzon; châteaux de l'Ormoy près du village, des Mamets au sud-est, tous deux de la fin du 19e s.; centre de vacances d'une association parisienne. Vignoux-sur-Barangeon a dépassé 2 000 hab.

L'autre partie du canton de Vierzon-2 est au bord du Cher et de l'Arnon, à l'ouest et au sud de la ville. Méry-sur-Cher (700 Mariaciens, 2 091 ha dont 451 de bois), 6 km à l'ouest de Vierzon, se tient sur les collines qui dominent la rive droite du Cher. La commune est limitée au sud par la rivière, a une gare, et s'orne du château de la Forêt (19e s.); elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2007 et accueille une petite fabrique de matériel médical (DB Chirurgical, 30 sal.). Thénioux (610 Thanélogiens, 1 853 ha dont 553 de bois), 11 km à l'ONO de Vierzon sur la route de Tours, a une fabrique de produits chimiques SPCH (Harbonnières, 35 sal.) et un installateur de piscines (Woestelandt, 20 sal.), plusieurs manoirs, un centre de vacances au château de la Brosse (120 places); elle compte profiter d'une éventuelle réouverture du canal du Berry; le finage déborde au sud du Cher. Saint-Hilaire-de-Court (750 Saint-Courtins, 1 175 ha dont 286 de bois) est une banlieue de Vierzon, 3 km au sud-ouest de la ville, et tient le confluent de l'Arnon et du Cher; château de la Beuvrière (19e s.), atelier de menuiseries France-Fermetures (110 sal.). La population communale a nettement augmenté depuis les 260 hab. de 1968, mais rien depuis 1990, perdant même 60 hab. de 1990 à 1999 pour se stabiliser ensuite.

Massay (1 500 hab., 4 794 ha dont 327 de bois), tout au sud à 11 km SSO de Vierzon, a un finage bien plus étendu, traversé par l'autoroute A 20, accessible par un échangeur; France-Fermetures y a un autre atelier (60 sal.); maison de retraite du Château de l'Abbaye (35 sal.). La commune a restauré son abbaye, fondée en 738 et dont les bâtiments vont du 12e au 15e s.; elle a aussi une église en partie du 12e s., et dispose de commerces et d'une zone industrielle. Massay a eu près de 2 500 hab. à la fin du 19e s., seulement 1 250 en 1975; elle a gagné quelques habitants depuis, dont 80 entre 1999 et 2007.