Vieux-Condé

10 600 hab. (Vieux-Condéens), 1 106 ha dont 170 de bois, commune du département du Nord dans le canton de Condé-sur-l’Escaut, 2 km au nord-ouest du chef-lieu sur la rive droite de l’Escaut et dans le Parc Scarpe-Escaut. Son nom était devenu Vieux-Nord-Libre de 1793 à 1810. Le finage communal s’étire vers le nord jusqu’à la frontière belge ; une chapelle moderne de 1964 est due à Guillaume Gillet. La ville a eu de nombreuses fosses minières de la compagnie d’Anzin, beaucoup d’entre elles ayant été creusées au 18e siècle à de faibles profondeurs : on y atteignait les strates houillères à 25 ou 30 m de profondeur seulement. La municipalité a des maires communistes depuis 1959; l'actuel est Serge Van Der Hoeven, également conseiller général du canton.

Vieux-Condé accueille un collège public et deux lycées publics dont un professionnel, un centre d’aide par le travail. Une grosse usine de fixations pour automobiles Textron Fastening Systems (620 sal. en 2005) est passée en 2006 au fonds états-unien Platinum Equity sous le nom d’Acument, avant de passer en 2010 au groupe italien Agrati et de recevoir son nom; elle a 400 sal. en 2013 ; supermarché Match (40 sal.), travaux publics TCL (80 sal.). Un tramway vers Valenciennes est programmé. Au nord-est, près de la forêt de Bonsecours, le quartier de la Solitude forme une «zone urbaine sensible» de 42 ha et 2 300 hab. La commune avait 4 500 hab. vers 1850, 7 500 en 1900 et a culminé à 12 000 hab. en 1968 puis s’est dépeuplée (-170 hab. de 1999 à 2010).