Villar-d'Arêne

220 hab., 7 751 ha dont seulement 64 de bois, commune des Hautes-Alpes dans le canton de La Grave, à 1 650 m. Elle a eu plus de 500 hab. au début du 19e s., et seulement 155 en 1975; elle y ajoute 140 résidences secondaires. Son centre villageois est très proche de celui de La Grave, juste à l'est, de l'autre côté du tunnel des Ardoisières (590 m) qui a été creusé en 1858 pour la route N 91. Le village domine la Romanche, dont le cours commence tout au sud, aux glaciers de la Plate des Agneaux et de la Tombe Murée. Le finage communal correspond ainsi au bassin initial de la Romanche. Il culmine à l'ouest à la Meije (3 982 m), dont le pic domine les glaciers de l'Homme et du Lautaret qui descendent vers l'est. Un peu au sud, le glacier des Cavales, sous la Roche Méane (3 726 m), est encadré par le refuge du Pavé (2 841 m) près du petit lac de même nom et le refuge Adèle Planchard (3 173 m). Un autre glacier apparaît au sud-est de la commune, celui d'Arsine, sous le pic de Neige Cordier (3 613 m). La pointe méridionale de la commune et du canton est la Roche Faurin (3 730 m).

Toutes ces crêtes sont dans le Parc national des Écrins. Le refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne est plus bas dans la vallée, à 2 079 m; via ferrata des mines du Grand Clot; on visite aussi un four et un moulin au village. C'est dans la partie septentrionale de la commune que passe la route nationale, qui franchit le col du Lautaret (2 058 m), juste à la limite NE du finage, où aboutit la route qui descend du Galibier. Un jardin alpin et une Maison du Parc y ont été établis. Le col est dominé au sud par la réserve naturelle de Combeynot, sur 685 ha, partagée avec Le Monêtier-les-Bains. Au nord de la route, la commune est peu étendue; le relief y monte toutefois à 2 971 m, non loin du pic des Trois Évêchés. Villar-d'Arêne entretient une tradition de fêtes et un four banal, et a équipé une ministation de ski (deux pistes, deux remontées), tout en offrant avec La Grave de vastes possibilités du côté de la Meije.