Villedieu-les-Poêles

4 040 hab. (Sourdins ou Théopolitains) dont 140 à part, 805 ha, chef-lieu de canton du département de la Manche dans l'arrondissement de Saint-Lô, 37 km au SSO de la préfecture et 21 km au NE d'Avranches, sur la rive droite de la Sienne. La ville, dont le qualificatif, rajouté au 19e s., évoque une fabrication ancienne, a hérité d'une longue tradition du travail du cuivre et cultive son passé: musée-atelier du cuivre, maison de l'étain, fonderie de cloches. Une douzaine d'entreprises se sont associées en un «système productif local» dénommé Vallée des Alliages et un lycée de la ville a une section spécialisée dans ce domaine.

Toutefois les entreprises sont de taille modérée, comme Mauviel (70 sal., matériel pour cuisines professionnelles) ou Manchinox (25 sal., matériel pour l'industrie alimentaire), la métallerie Multiform (25 sal.) et la principale travaille dans l’électricité et l’électronique (appareils de mesure Chauvin-Arnoux, 120 sal.); fonderie de cloches Cornille Havard (20 sal.), plomberie Robine (30 sal.). La Socovil (Société de confection de Villedieu) maintient avec peine un atelier de confection féminine (30 sal.). Plus actifs sont les services à l'agriculture, avec le négoce de matériel agricole SM3 (170 sal.) et le négoce de fournitures pour l'élevage Elevance (50 sal.); isolation Normandie Calorifuge (25 sal.), transports Normatrans (30 sal.).

Villedieu ajoute à cela une église classée du 13e s., un musée dit Royaume de l’horloge, un musée du meuble normand et une maison de la Dentellière, en raison d’une spécialité locale de dentelle aux fuseaux; aussi la ville est-elle maintenant classée dans les «villes et métiers d’art». Elle est fleurie (trois fleurs) et l’on y voit de nombreuses maisons anciennes à cours et passages où se tenaient les ateliers bruyants. La ville est un solide centre de services avec deux lycées privés, un collège public et un privé, un petit hôpital local (15 lits), la polyclinique de la Baie (60 sal.) et la clinique de la Providence (130 employés); un supermarché Casino (55 sal.); espaces verts TPEVS (Sourdins, 30 sal.). Elle est desservie par l’autoroute des estuaires qui suit le tracé de la N 175, et par la voie ferrée de Granville.

La commune a intégré en 1964 sa petite voisine Saultchevreuil-du-Tronchet au sud-ouest, qui avait 740 hab.; sa population s’est constamment tenue au-dessus de 3 000 hab. durant les deux derniers siècles, s’abaissant à frôler ce nombre dans les années 1930 et montant à un maximum de 4 700 (sdc) en 1982; elle a perdu des habitants depuis, dont 280 entre 1999 et 2008. Villedieu est le siège de la communauté de communes du canton de Villedieu-les-Poêles, qui réunit 9 communes (7 300 hab.).

Le canton a 8 100 hab., 10 communes, 9 854 ha. Sainte-Cécile (820 Céciliens, 1 129 ha) fait figure de banlieue juste à l’est de Villedieu, a gagné 50 hab. après 1999 et touche en pointe au département du Calvados; on y trouve un grand établissement des Abattoirs Industriels de la Manche (385 sal.), de loin le plus gros fournisseur de viande de porc de la région, et une fromagerie de Sainte-Cécile du groupe Lactalis (240 sal.); fabrique de hottes de cuisine Roblin (groupe Franke, 100 sal.).

Tout à l’ouest à 9 km de Villedieu, Champrepus (290 hab., 912 ha), propose depuis 1957 un zoo avec parc d’attraction de 7 ha (près de 100 000 visiteurs par an). Bourguenolles (300 Bourguenollais, 765 ha), 9 km au SO de Villedieu, a une menuiserie de plastiques (AMB, 125 sal.) et des carrières (GBN, 30 sal.). Ces deux communes ont également gagné 50 hab. chacune après 1999. Rouffigny (320 hab., 672 ha), 5 km SSO du chef-lieu, traversée par l'A 84, accueille les transports Manche-Services (25 sal.).