Villemur-sur-Tarn

5 600 hab. (Villemuriens), 4 657 ha dont 611 de bois, chef-lieu de canton de la Haute-Garonne dans l’arrondissement de Toulouse, 42 km au nord de la préfecture et 28 km au SE de Montauban. La ville est une ancienne bastide au plan en damier, conservant des maisons anciennes et une vieille tour, établie sur la rive droite du Tarn au pied des collines du Terrefort du Tescou; mais elle a largement débordé sur la rive gauche, à la faveur de ses industries et de sa croissance, et y cultive 132 ha de vignes. Une ancienne minoterie de la famille Brusson y a fabriqué des pâtes alimentaires et a employé jusqu'à 700 personnes; en déclin, en partie reconvertie puis spécialisée dans les «cheveux d'ange» distribués par Panzani, pasée entre de nombreuses mains, dont finalement l'espagnol General Bakery (2010), elle n'a plus que 20 salariés sous le nom d'Industries Alimentaires Villemur.

La grande affaire a ensuité été l’installation vers 1946 de l’usine de câblage électrique Labinal, qui a employé jusqu’à 1 500 personnes; intégrée au groupe Snecma (Safran), elle travaille pour l’aéronautique et occupe encore 500 salariés sur un nouveau site inauguré en 2012. Elle était appuyée par un autre établissement qui fut à la Snecma, celui des connecteurs Lexsa ex-Cinch (320 sal.), passé au groupe états-unien Molex en 2004, qui l'a abandonné en 2009 dans des conditions qui ont provoqué des mouvements sociaux, des procédures judiciaires et une vague d'indignation; il en reste un atelier de matériel électrique VMI (Villemur Industries, 50 sal.). En outre, installations électriques SPIE (Seel Borja, 60 sal.), mécanique Topmicron (25 sal.).

Villemur a un collège public et un centre Leclerc (75 sal.). Sa population était de 6 000 hab. en 1831 mais Villemeur a perdu successivement les finages des nouvelles communes de Bondigoux, La Magdelaine et Villematier et le nombre de ses habitants était ainsi descendu à 2 900 en 1931; il augmente régulièrement depuis; la commune a gagné 600 hab. de 1999 à 2009.

Le canton a 9 400 hab. (7 800 en 1999), 7 communes, 9 937 ha dont 1 115 de bois; limitrophe des départements du Tarn et du Tarn-et-Garonne, il s’étend au nord dans les collines du Terrefort du Tescou, au sud dans la large plaine du Tarn et sur les anciennes terrasses qui portent des vignes du Frontonnais. La communauté de communes de Villemur-sur-Tarn correspond au canton. Bondigoux (460 Bondigounais, 746 ha), 5 km au SE de Villemur au pied des collines du Tarn, a une clinique de réadaptation au château de Vernhes (115 sal.), au bord du Tarn. La commune est née en 1869 à partir de Villemur, avec 510 hab.; elle n'avait que 320 hab. en 1999 et a gagné 140 hab. depuis (+44%).

Villematier (1 020 Villematiérains, 1 496 ha), 5 km au sud de Villemur, participe activement au vignoble des côtes-du-frontonnais et cultive une centaine d’hectares de vignes; transports Barrau (45 sal.). La commune a été créée en 1907 à partir de Villemur, avec 460 hab.; sa population croît depuis 1950 (+ 140 hab. de 1999 à 2009); on y craint les projets du nouvel aéroport de Toulouse, dont une version concerne directement son territoire.

La Magdelaine-sur-Tarn (1 020 Magdelainois, 682 ha), 5 km ESE de Villematier, également détachée de Villemur mais en 1882, ne serait pas moins affectée; le village est près de la rive gauche du Tarn; métalleries Lagrange (180 sal.), Fabest (20 sal.) et Arcelor (20 sal.); la commune n’avait que 260 hab. en 1975 et croît depuis; elle a augmenté de 400 hab. (+65%) de 1999 à 2009.