Villers-le-Lac

4 540 hab. (Villeriers), 3 017 ha dont 1 265 de bois, commune du département du Doubs dans le canton de Morteau, 7 km à l'est de celle-ci sur la rive gauche du Doubs, à 860 m. La commune, frontalière, jouxte les villes suisses des Brenets et même du Locle, bénéficiant ainsi de l'un des principaux passages transfrontaliers du Jura. Elle s'étend en aval jusqu'au début des gorges du Doubs, dominées par le belvédère du mont Chatelard (1 027 m), au pied duquel a été édifié en 1953 le barrage-voûte du Châtelot, haut de 73 m et dont la retenue stocke 16 Mm3. Entre Villers et le barrage se trouvent ainsi deux lacs, séparés par le Saut du Doubs, spectaculaire cascade de 27 m qui reçoit plus de 300 000 visiteurs par an de part et d'autre de la frontière. Le lac de Chaillexon, en amont, est d'origine naturelle, derrière un verrou glaciaire; il autorise les activités nautiques sur une partie de ses 20 hectares; des services de vedettes panoramiques sont offerts en été jusqu'au Saut du Doubs.

Villers a un collège public et de nombreux ateliers d'horlogerie, micromécanique et décolletage, dont le nombre et la taille se réduisent sensiblement; restent FFB (Fabrique de Fournitures de Bonnetage, 100 sal., roues dentées et fraises), ISA France (80 sal., mouvements de montres à quartz), ainsi qu’un musée de la Montre (Droz-Florez); lunettes Décoprécis Magister (17 sal.); magasin Atac (45 sal.). Sur le versant de rive droite du Doubs, une station de sports d’hiver a été aménagée avec des remontées mécaniques. La commune a pris son nom en 1948; elle se nommait auparavant Lac, puis Lac-du-Villers; elle a eu un peu plus de 3 000 hab. à la fin du 19e s., est descendue à 2 700 dans les années 1930 puis sa population est montée à 4 400 en 1975 et s’est légèrement tassée depuis; mais elle a regagné 230 hab. entre 1999 et 2008.