Vosges (massif des)

reliefs de l’Est de la France à la limite de la Lorraine et de l’Alsace, et plus brièvement de la Franche-Comté. Les Vosges sont formées de deux ensembles distincts, dotés de deux parcs naturels régionaux séparés. Au sud, les Vosges cristallines correspondent à un bloc de terrains anciens, basculé vers l’ouest et dominant à l’est le fossé de la plaine d’Alsace-Bade. La crête du massif fixe la limite de l’Alsace et de la Lorraine, qui culmine au Hohneck (1 362 m) et que longent de nombreux petits cirques glaciaires, souvent agrémentés de lacs. Les sommets ont des formes arrondies qui leur ont valu le nom de ballons.

En Lorraine, les vallées de la Moselle et de ses affluents la Moselotte ou la Vologne au sud, de la Meurthe plus au nord, coulent vers le nord-ouest dans de hautes vallées qui ont été aménagées et calibrées par les glaciers du Quaternaire, dont les moraines retiennent les lacs de Gérardmer et de Longemer. Les roches du massif ancien ont fourni de nombreux sites miniers: un peu de fer et de charbon, surtout du plomb argentifère et des pierres précieuses, mais plus sur le versant alsacien que sur le versant lorrain. Les pentes portent surtout des prés et des forêts; au-dessus, les pelouses montagnardes sont désignées comme Hautes Chaumes et laissées aux troupeaux.

Le massif est peuplé, mais sa population a beaucoup diminué depuis les maxima du milieu du 19e siècle. Néanmoins, l’abondance de main-d’œuvre a retenu des ateliers de textile, de mécanique, de bois et d’ameublement, plus récemment de plastiques. L’activité touristique s’est beaucoup développée et plusieurs stations de ski ont été équipées vers Gérardmer et surtout La Bresse, jusqu’au Ballon d’Alsace à la pointe extrême de la région. Les passages par les cols de Bussang, de la Schlucht, du Bonhomme, de Sainte-Marie et de Saales sont très fréquentés; ils ont maintenu ou accru l’activité de quelques villages et bourgs mieux placés que les autres.

Les Vosges gréseuses sont différentes. Elles correspondent au plateau de couverture du massif cristallin, formé par une carapace de grès rouges du trias, inclinée vers le nord-ouest. Le plateau est profondément entaillé par les principales vallées, celles de la Moselle à partir de Remiremont, de la Meurthe en aval de Saint-Dié, les deux villes occupant chacune un petit bassin dégagé entre les Vosges cristallines et les Vosges gréseuses à la faveur d’affleurements de marnes et d’accidents tectoniques.

Le rebord du plateau domine ces dépressions et les terrains cristallins par un puissant front de côte, rectiligne de Remiremont au Donon où il monte à 1 008 m (mais en Alsace) et longé par de petites vallées orthoclinales (basse Vologne, haute Mortagne, Rabodeau). Le plateau devient très étroit à la hauteur de Saverne, ce qui facilite et contraint le passage principal entre Lorraine et Alsace, qui est aussi sur l’axe Paris-Strasbourg. Au nord, il est moins élevé mais s’épanouit à nouveau dans la Petite Alsace et le pays de Bitche. Le Parc des Vosges du Nord s’y partage entre Lorraine et Alsace.

Les Vosges gréseuses sont plus boisées et moins peuplées que les Vosges cristallines, et ne bénéficie pas des mêmes avantages d’altitude, de paysages et de passage. Mais les fonds de vallées abritent d’assez nombreuses industries dispersées, du bois et de la papeterie surtout. Phalsbourg, Baccarat, Rambervillers, Épinal surtout marquent la limite occidentale des Vosges gréseuses, qui forment aussi au sud d’Épinal le plateau de la Vôge, où elles atteignent leur plus grande largeur mais plus bas et avec des paysages plus ouverts, autour de Plombières et du Val d’Ajol.