Wintzenheim

8 000 hab. dont 400 à part, 1 897 ha dont 911 de bois et 182 de vignes, chef-lieu de canton du Haut-Rhin en banlieue ouest de Colmar, dans la partie sud de l’entonnoir de la Fecht. Sa population était de 3 600 à 3 800 hab. entre 1876 et 1931; elle augmente lentement depuis (6 300 en 1975) et a gagné 400 hab. de 1999 à 2007. La ville a un éventail d’entreprises: tissage de velours DMC (90 sal.), imprimerie Freppel (80 sal., étiquettes de vins), constructions métalliques (BE, 65), curseurs pour textiles Bracker (75), chocolaterie Grimmer (30).

L’habitat est en deux parties bien distinctes. Le centre originel s’étire le long de l’ancienne route de Colmar à Gérardmer par Munster et le col de la Schlucht, à présent court-circuitée par une voie plus dégagée qui frôle la ville au nord (D 417). Il s’est entouré de lotissements et s’est agrandi surtout vers l’est sur la route de Colmar, et vers le sud-est où la jonction est faite avec Wettolsheim. Une secoonde urbanisation, complètement indépendante, est apparue dans une extension nord-est du ban communal, aux abords du Logelbach dans le quartier de ce nom, au carrefour de la voie rapide D 83 et de la D 11 qui relie Colmar à Turckheim; ce quartier excentré une gare sur la voie ferrée de Colmar vers la vallée de la Fecht, et un gros centre commercial entouré de magasins et de lotissements.

Le finage monte au sud-ouest sur les reliefs boisés qui portent la forêt domaniale de Wilsbach et les forêts communales de Wintzenheim, grimpant au rocher Turenne (632 m) et presque jusqu’au Stauffen à 827 m à sa pointe sud-ouest. En outre, il inclut toute la plaine de rive droite de la Fecht jusqu’à la hauteur de Walbach, incluant de ce fait le gros hameau de la Forge qui fait face à ce village et bénéficie d’une halte ferroviaire. Un autre arrêt est à mi-chemin du bourg, près du hameau de Saint-Gillees et du lycée agricole, sous Pflixbourg. La commune conserve ainsi les châteaux ruinés de Pflixbourg (puissant donjon circulaire du 12e s.) au-dessus de la Fecht face à Zimmerbach, et Hohlandsbourg (13e et 16e s.), très vaste, en restauration plus à l’est.

Le bourg a aussi de belles maisons anciennes, et organise un festival biennal de la musique mécanique. La commune est équipée d’un institut médico-pédagogique, d’un collège public, du lycée agricole du Pflixbourg et d’un lycée polyvalent.Le canton a 19 500 hab. (18 600 en 1999), 10 communes et 8 059 ha (3 101 de bois). Il flanque l’agglomération de Colmar au SO, allant de la crête du Hohnack et des Trois-Épis au ried de l’Ill, de part et d’autre de la basse vallée de la Fecht. Il compte notamment les sites de Turckheim, Wettolsheim, Éguisheim et Husseren, Vœgtlinshoffen avec Marbach.