Wittenheim

14 600 hab., 1 901 ha dont 666 de bois, chef-lieu de canton du Haut-Rhin en banlieue nord de Mulhouse, incluant de nombreuses cités ouvrières près de la forêt de Nonnenbruch, et le site de l’ancien couvent cistercien de Schœnensteinbach. La ville a deux collèges publics, un lycée professionnel privé Don Bosco, des magasins et plusieurs entreprises. Sa population était de 2 000 hab. en 1905, 4 500 en 1926, plus de 7 000 en 1931; elle a atteint les 10 000 en 1967 et a crû ensuite, mais aurait perdu 600 hab. de 1999 à 2007. La majorité municipale est à gauche depuis 1989; le maire est Antoine Homé, socialiste, conseiller à la Cour des comptes et membre du Conseil régional.

Dans la production, où une usine de plastiques a fermé, se remarquent l'imprégnantion du bois du Centre d'Entretien de l'Habitat (80 sal.), les engrais chimiques KS Kali (40 sal.), la robinetterie Metso Automation (50 sal.), la menuiserie métallique PEA (30 sal.), les mousses plastiques Frima (20 sal.); les pâtes alimentaires Valfleuri (85 sal.) et la chocolaterie PH (30 sal.); les bétons H. Bock (25 sal.); installations électriques Forclum (35 sal.).

Wittenheim a reçu un hypermarché Cora (500 sal.) et de nombreux magasins comme Decathlon (120 sal. et logistique du groupe Oxygene Village, 180 sal.), Conforama (55 sal.); les négoces d'électroménager Saturn (50 sal.), de matériel électrique Burkle (Elektis, 40 sal.), de luminaire Eglo (35 sal.), de boissons France Boissons (35 sal.), de tabacs Poeschl (20 sal.), une jardinerie Truffaut (40 sal.); et le gros négoce de fournitures du groupe Frima (siège, 70 sal.). Dans les services, ingénierie ECML (35 sal.), analyses et inspections Tradest (35 sal.); publicité Mediapost (80 sal.). Le bâtiment et l'entretien sont représentés par les constructions Pontiggia (50 sal.),l'étanchéification Smac (40 sal.), les travaux publics Schnider (45 sal.); nettoyage LNA (110 sal.), récupération de déchets Relais Est (60 sal.).

L'ancien noyau villageois, sur la D 20, ne se distingue plus guère. Il est toutefois au centre d'un premier agrégat de cités et lotissements, dont la cité Kullmann au sud-est. Au sud-ouest, l'ancien puits Fernand a donné un mont de déblais et la cité Fernand. Juste au nord de celle-ci a été aménagée une zone d'activités autour d'un centre commercial et du Pôle 430; un peu plus au nord sont la cité Jeune Bois puis une nouvelle zone d'activités, enfin le hameau de Schœnensteinbach. La partie nord-est du finage est occupée par les installations des puits de potasse Eugène et Théodore, et par la veste cité Sainte-Barbe, que traverse la D 20. La voie rapide D 430 longe à l'ouest toute cette partie urbanisée du finage, et offre deux accès. Au-delà vers l'ouest, le territoire communal s'étend dans la forêt de Nonnenbruch jusqu'au triage ferroviaire de Richwiller; au sud, le long de la limite de Richwiller et de Mulhouse-Kaligone, il est encore encombré de déblais miniers.

Le canton a 45 500 hab. (6 communes) et 6 359 ha dont 1 804 de bois; une petite «zone urbaine sensible» a été délimitée au nord de la ville (cité Jeune Bois). Il englobe les banlieues nord-ouest de Mulhouse au nord de l’A 36 et de la vallée de la Doller, ainsi que la forêt de Nonnenbruch; les autres communes sont, au sud-ouest de Wittenheim, Richwiller, Pfastatt et Lutterbach et, tout à l’ouest, Reiningue. Wittenheim était le siège de la communauté de communes du Bassin Potassique avant son intégration à la communauté d’agglomération de Mulhouse.