Canton de Sisteron

Sisteron

7 200 hab. (Sisteronais) dont 270 à part, 5 025 ha dont 1 573 de bois, chef-lieu de canton des Alpes-de-Haute-Provence dans l'arrondissement de Forcalquier, à 482 m. La ville est située dans la cluse qui tranche une barre calcaire ouest-est et qu'emprunte la Durance. La barre est formée par une couche quasi verticale du tithonique, marquant la retombée méridionale d'un grand dôme éventré entre Laragne-Montéglin et Sisteron, mais légèrement déversé vers le sud. Ce très beau site à valeur défensive a été nanti d'une citadelle en 1370, remaniée au 16e s. lors des guerres de religion, puis par Vauban, dont il reste cinq hautes tours rondes dominant la rive droite de la Durance dans la clue. La ville, fleurie (trois fleurs), a un collège et un lycée publics, un centre hospitalier de 57 lits médicaux, 190 en tout, associé à celui de Digne; musée Napoléon et expositions, musées du Vieux Sisteron, Terre et Temps (géologie provençale, mesure du temps et architecture), du scoutisme, écomusée, cathédrale en partie du 12e s. La ville est «station verte de vacances»; en aval s'étend un large plan d'eau derrière un barrage en terre haut de 37 m. L'autoroute se faufile rive gauche, en tunnel sous la Baume.

Sisteron a une usine de bases pharmaceutiques de Sanofi Chimie (610 sal.) et un ensemble d'industries agro-alimentaires: viandes de boucherie Provisud (70 sal.), Société d'exploitation de l'Abattoir municipal (60 sal.), Dufour (40 sal.) et Alpes Provence Angeaux (25 sal.); Sica Alpes Fruits (45 sal.); supermarché U (75 sal.); travaux publics Minetto (40 sal.); nettoyage Alpes Entretien (55 sal.), autocars Payan (25 sal.).

Le territoire communal est écartelé par la conjonction de la barre de relief et du cours de la Durance. Le quart nord-ouest, dans la plaine de rive droite de la Durance, juxtapose les échangeurs de l'autoroute A 51, la voie ferrée, le canal industriel de la Durance et abrite une centrale hydrolectrique souterraine; château de Sainte-Euphémie près du confluent du Buëch et de la Durance, château Roman plus au nord. Le quart nord-est est plus accidenté et monte sur les pentes de la montagne de Gache; le château d'Hauterive près de la rivière au nord, l'ancienne église de la Baume près du défilé. La partie du finage au sud de la Baume et sur la rive gauche de la Durance est très petite; en revanche, celle de la rive droite est étendue, traversée par le Jabron qui conflue avec la Durance à la limite de la commune, et va au sud jusqu'à la crête de Chapage (954 m).

Sisteron a eu 4 500 hab. au milieu du 19e s., 3 300 au creux de 1931, a gagné ensuite des habitants jusqu'en 1975 (7 200 sdc) avant de descendre à 6 500 en 1982, et croît à nouveau depuis. Le maire est Daniel Spagnou, UMP, également député, ancien directeur de banque. Sisteron est le siège de la communauté de communes du Sisteronnais, qui correspond au canton, et du pays Sisteronnais-Buëch, qui déborde sur les Hautes-Alpes et groupe 86 communes (8 communautés) et 25 800 hab.

Le canton a 8 200 hab., 5 communes, 20 886 ha dont 6 534 de bois. Il s'allonge vers l'est de part et d'autre de la barre de la Baume, où ne sont que de petites communes. La plus éloignée est Authon (34 Authoniers, 4 016 ha dont 800 de bois), 23 km à l'est de Sisteron à 1 137 m. Le minuscule village, qui avait 400 hab. au début du 19e s., est dans une combe de terres noires au bord du Vançon, qui sort de la commune par un saut franchi en cascade et qui a sa source plus à l'est au pied des Monges (2 115 m), point culminant du canton. Saint-Geniez (90 Saint-Genais, 3 894 ha dont 1 241 de bois), à 16 km ENE de Sisteron à 1 100 m, est au bord du Jabron mais son territoire très accidenté se partage entre les vals du Jabron au nord et du Vançon au sud, séparés par le Rocher de Dromont, qui est flanqué d'une chapelle. La limite nord de la commune suit la crête de la montagne de Gache (1 356 m) et la limite orientale partage avec Authon le sommet Cluchette (1 708 m) et la grotte Saint-Vincent, en un lieu qui marque la limite entre les plis des Baronnies orientales, les nappes des environs de Digne et le grand bassin de molasses de Valensole. Sous la montagne de Gache, le Jabron sort de la commune par le défilé de la Pierre-Écrite, près du parc animalier de la Vallée Sauvage. La commune la plus étendue est Entrepierres (320 Interpétrasiens, 4 779 ha dont 2 339 de bois) dont le village, à 600 m, doté d'un austère clocher roman, est à la sortie d'une nouvelle clue du Jabron, le Détroit, qui scie la montagne de la Baume. Le finage va de la rive gauche de la Durance à l'ouest, au sommet du Corbeau à l'est (1 357 m) dans la forêt domaniale du Vançon. Il s'étend donc en travers des vallées du Jabron et du Vançon. Dans celle-ci, village ruiné et pont de la Reine Jeanne; entre les défilés de la Pierre-Écrite et du Détroit, la vallée du Jabron s'évase en un petit bassin dégagé en forme de combe (anticlinal des Naux). Un autre village ruiné, Vilhosc, est au sud d'Entrepierres. La commune n'avait plus que 80 hab. en 1968 (contre 470 au milieu du 19e s.), mais s'est bien reprise depuis et en a gagné 65 de 1999 à 2006; elle a une centaine de résidences secondaires.