Canton de Rosans

Rosans

500 hab., 3 039 ha dont 813 de bois, chef-lieu de canton des Hautes-Alpes dans l'arrondissement de Gap, 68 km OSO de la préfecture, à 700 m. Le village est sur les basses pentes longées par le Merdaric, petit affluent de l'Eygues, sur la route de Gap à Nyons. Celle-ci emprunte un large val synclinal. Le finage monte au nord à la montagne de Raton (1 473 m) et à la montagne de l'Archier (1 571 m), crêtes dont l'escarpement tourne le dos à la commune; une petite route franchit cette crête au col de Pommerol (1 072 m). La commune a un institut médico-éducatif et un centre d'aide par le travail, plus un centre naturiste. Sa population a culminé à 870 hab. en 1851 et a connu son minimum en 1954 à 370 hab.; après une légère remontée, elle stagne depuis 1975 (520 hab. sdc en 2007). Rosans est le siège de la communauté de communes interdépartementale des Baronnies, qui groupe 16 communes, dont 14 des Hautes-Alpes (2 100 hab. en tout).

Le canton a 1 100 hab., 9 communes, 18 928 ha dont 7 320 de bois. Une grande moitié de sa surface est formée par le haut bassin de l'Eygues, qui coule au sud et a sa source un peu au sud de la commune de Sorbiers (50 hab., 1 393 ha dont 532 de bois), dont le petit village est 13 km à l'est de Rosans à 800 m. Saint-André-de-Rosans (140 hab., 3 661 ha dont 1 686 de bois), entre Sorbiers et le chef-lieu à 750 m, a des ruines d'un prieuré; son finage monte au sud de l'Eygues, au-dessus des bois d'ubac, jusqu'à la crête de Rascuegne (1 213 m). Deux petites communes, assez isolées à l'est du canton, sont dans le bassin de la Blaisance, qui va vers l'est en direction du Buëch: Montjay (80 hab., 2 700 ha dont 1 280 de bois) à 814 m et Chanousse (34 hab., 2 032 ha dont 925 de bois) à 730 m; le finage de celle-ci monte à 1 545 m au nord-est, aux rochers de Beaumont. Chanousse a eu 290 hab. en 1851, 22 en 1975, et vient de passer à 42 hab. (2005).

Vers le nord, le canton se prolonge par une quasi-enclave qui n'est pas reliée au chef-lieu, dont elle est séparée par la montagne de l'Archier. Les deux petites communes de Sainte-Marie (48 hab., 750 ha dont 509 de bois) et de Bruis (73 hab., 2 515 ha dont 1 103 de bois) sont un peu perdues au fond de la vallée de l'Oule; elles se sont associées à leur voisine de l'est Montmorin, excroissance du canton de Serres, pour former la communauté de communes de la Vallée de l'Oule, qui n'a que 200 hab. et siège à Bruis; Sainte-Marie n'avait plus que 41 hab. en 2004.