Canton de Saint-Martin-de-Valamas

Saint-Martin-de-Valamas

1 300 hab. (Saint-Martinois), 1 988 ha dont 844 de bois, chef-lieu de canton du département de l'Ardèche dans l'arrondissement de Tournon-sur-Rhône, 65 km OSO de Tournon et 59 km NO de Privas, au confluent de l'Eyrieux et de l'Eysse à 550 m. Le village fait partie des «stations vertes de vacances». Il a quelques entreprises: fabrique de bijoux Altesse (groupe Georges Legros, 290 sal.), moulinage Blanchard (45 sal.). À l'est du village, ruines médiévales du château de Rochebonne et beaux panoramas. La population communale avait dépassé 2 600 hab. de 1900 à 1914; elle n'a pas cessé de diminuer depuis. Le village est le siège de la communauté de communes des Boutières, qui réunit 7 communes et 2 700 hab.

Le canton a 3 300 hab., 11 communes, 20 562 ha dont 7 258 de bois; limitrophe de la Haute-Loire, il aboutit à la fois à l'ouest au Mézenc (1 753 m) et au mont Gerbier de Jonc (1 551 m). Le premier est une pyramide volcanique à sommet plat, à laquelle parviennent les finages de Borée (140 Boréens, 2 767 ha dont 1 016 de bois, à 1 130 m) et de La Rochette (60 hab., 1 386 ha dont 382 de bois, à 930 m), toutes deux dans la haute vallée de la Saliouse, qui descend vers le NE et rejoint l'Eyrieux juste avant Saint-Martin. Des routes en altitude offrent de superbes points de vue; le ski nordique est pratiqué à Borée, village perché couvert de lauzes sur l'interfluve entre Saliouse et Eysse, 26 km à l'OSO du chef-lieu (11 à vol d'oiseau). Borée a eu plus de 2 000 hab. dans les années 1840, et encore 1 500 après le détachement de La Rochette, commune créée en 1856 avec 600 hab.

Saint-Martial (280 hab., 3 618 ha dont 1 300 de bois) est un beau village à 15 km au SO du chef-lieu, perché à 850 m sur un interfluve entre les deux bras supérieurs de l'Eysse, qui convergent au hameau de Deux Eaux. La commune a eu plus de 2 100 hab. elle aussi en 1851; elle compte 185 résidences secondaires pour 130 résidences principales. Le mont Gerbier de Jonc, connu pour coïncider avec la source de la Loire, est un petit pointement volcanique (suc) montant à 1 551 m et tout entier situé dans la commune de Saint-Martial, alors que la source de la Loire est à Sainte-Eulalie dans le canton voisin. Il est le second site touristique du département, avec 500 000 visiteurs par an.

Arcens (460 Arcensois, 1 855 ha dont 400 de bois), dans la vallée de l'Eysse à 7 km en amont de Saint-Martial à 600 m, a un château d'origine médiévale et trois sources d'eau minérale gazeuse, embouteillée sur place et vendue sous le nom d'Arcens dans les magasins Leader Price par le groupe Cristaline (Roxane, 35 sal.). La commune a eu plus de 1 300 hab. dans les années 1840; elle en a encore perdu plus de 30 de 1999 à 2007. À Saint-Julien-Boutières (220 Saint-Juliénois, 1 112 ha dont 389 de bois), 6 km au nord du chef-lieu sur la rive droite de l'Eyrieux à 682 m, et qui a eu plus de 1 500 hab. dans toute la seconde moitié du 19e s., subsiste une filature de fils techniques (Blanchard, 80 sal.). Intres (130 Introis, 1 005 ha dont 336 de bois), immédiatement en aval de Saint-Julien et créée à partir d'elle en 1911 avec 530 hab., a un moulinage (Blanchard, 20 sal.). Saint-Clément (110 hab., 1 955 ha dont 453 de bois), perché à 1 150 m sur le haut plateau en limite de la Haute-Loire, 15 km à l'ouest du chef-lieu, a reçu un parc éolien de deux mâts, chacun de 600 kW.