Canton de Ginestas

Ginestas

1 380 hab. (Ginestacois), 950 ha dont 540 de vignes, chef-lieu de canton du département de l’Aude dans l’arrondissement de Narbonne, 16 km au NO de celle-ci dans la plaine au nord du canal du Midi; cave coopérative. La population augmente depuis le minimum de 740 hab. en 1982 et a gagné 310 hab. de 1999 à 2009, dépassant ainsi son ancien maximum de 1 200 hab. atteint en 1881. La commune est le siège de la communauté de communes du Canal du Midi en Minervois (12 communes, 12 600 hab.).

Le canton a 16 000 hab. (12 000 en 1999), 14 communes, 15 591 ha dont 1 185 de bois et garrigues; limitrophe de l’Hérault, bordé au sud par l’Aude et traversé par la Cesse, il relève en majorité de l’AOC minervois. Il compte toute une série de villages anciens, viticoles, qui furent fortifiés et en gardent quantité de vieilles pierres, et dont la plupart souffrent des crues de l’Aude. Un autorail touristique fonctionne en été de Bize à Narbonne, desservant Argeliers et Sallèles. Le plus connu des villages, Argeliers (1 700 Argeliésois, 1 079 ha dont 771 de vignes), 7 km NNE de Ginestas, s’est surtout illustré en 1907 comme capitale de la révolte des vignerons languedociens autour de Marcellin Albert, viticulteur d’Argeliers; cave coopérative, anciennes fortifications, port de plaisance sur le canal du Midi à 3 km du village. La population de la commune était montée à 1 700 hab. en 1881; elle s'est maintenue autour de 1 250 hab. de 1920 à 1999, mais a 450 hab. de plus en 2009.

Bize-Minervois (1 100 Bizois, 2 080 ha dont 800 de bois et 536 de vignes, 6 km au nord de Ginestas au bord de la Cesse, fait figure de commune de piémont, entre des collines vigoureuses qui portent les ruines de la Tour de Boussecas. Elle a une ancienne porte de ville, des grottes à Lasfonds, un plan d’au aménagé en base de loisirs, une coopérative oléicole l’Oulibo de 1 700 adhérents (4 M€ d’affaires). Son finage lance une longue pointe vers le nord dans le département de l’Hérault, de part et d’autre de la vallée de la Cesse, jusqu’à la limite du Parc régional où elle atteint 337 m au Montabuc, englobant le hameau de la Roueyre. La population est en croissance: elle a gagné quelque 210 hab. de 1999 à 2009. Un peu à l’ouest du village, Mailhac (460 Mailhacais, 1 051 ha, 463 de vignes), 6 km NO de Ginestas, qui a gagné 80 hab. dans le même temps, s’abrite sous le relief de la serre d’Oupia où l’oppidum du Cayla a fourni de nombreux restes dans des nécropoles; coopérative viticole; dolmen, ancienne porte et restes de remparts, musée archéologique.

Pouzols-Minervois (420 Pouzolais, 1 015 ha dont 205 de bois et 538 de vignes), tout près au sud, monte au sommet de la serre d’Oupia (288 m) et a une cave coopérative renommée; elle a augmenté de 80 hab. depuis 1999. Sainte-Valière (560 400 Saint-Valiérois), 3 km à l’ouest de Ginestas, compte 465 ha de vignes pour une superficie totale de 639 ha, et a gagné 160 hab. (+40%) depuis 1999. Roubia (470 Roubians, 738 ha), à l’extrême SO au bord du canal du Midi à 8 km OSO de Ginestas, dépasse 400 ha de vignes et s'est accrue de 70 hab. de 1999 à 2009.

Paraza (600 Parazols, 947 ha dont 423 de vignes), 6 km SO de Ginestas, est aussi sur le bord du canal; port de plaisance, cave coopérative, château du 17e siècle avec domaine agricole de 120 ha, dont 65 ha en vignes d’AOC minervois; il fut habité par Paul Riquet durant les travaux du canal. La commune a gagné 200 hab., donc une moitié, de 1999 à 2009. À côté, 2 km à l’est, Ventenac-en-Minervois (530 Ventenacois, 620 ha dont 177 de vignes) a aussi cave, château et port de plaisancen et a gagné 170 hab. depuis 1999; l’aqueduc du Répudre, construit pour le franchissement de cette petite rivière par le canal du Midi, est classé en tant que premier pont-canal construit en France (1676).

Le hameau du Somail, en aval, relève de trois communes et surtout de Saint-Nazaire-d'Aude (1 890 Saint-Nazairais, 863 ha dont 248 de vignes), village circulaire proche de la rive gauche du fleuve. Le Somail, qui a demandé à être commune sans y parvenir, groupe environ 230 électeurs et a même un site Internet (http://www.lesomail.fr); ce hameau est apparu pendant la construction du canal, comme base de l’entreprise puis étape des mariniers; port de plaisance, musée des chapeaux, gros dépôt-vente de livres anciens (privé). Le nom de la commune était seulement Saint-Nazaire avant 1921; le minimum de peuplement des deux derniers siècles s’est situé dans les années 1960 (700 hab.); la commune s'est accrue de 760 hab. entre 1999 et 2009, soit des deux tiers.

Saint-Marcel-sur-Aude (1 640 1 300 Saint-Marcellois, 837 ha dont 290 de vignes), tout au SE à 10 km de Narbonne, est hors de la zone AOC du minervois, mais a cave coopérative et distillerie, ainsi qu’un Intermarché (40 sal.) et une maçonnerie (Valls, 25 sal.); la population augmente assez nettement depuis le creux de 1962 (810 hab.); elle s’est encore accrue de 240 hab. entre 1999 et 2005 (+19%). De l’autre côté de la Cesse sont deux communes en croissance, qui ont dépassé récemment les 2 000 hab.: Sallèles-d'Aude et Ouveillan. Le canton de Ginestas (sauf Ouveillan) bénéficie d’une appellation de vin de pays du Val de Cesse.


Ouveillan

2 260 hab. (Ouveillanais), 2 998 ha dont 1 801 de vignes) commune du département de l'Aude dans le canton de Ginestas, 12 km ENE du chef-lieu. Elle fait le lien avec les grands vignobles du Biterrois et a aussi une cave coopérative; à Fontcalvy au SE, restes d’une ancienne grange (13e s.) de l’abbaye de Fontfroide avec festival de musique. La population d’Ouveillan a culminé à 2 850 hab. en 1901 et a connu son minimum en 1982. Elle s'est accrue de 360 hab. entre 1999 et 2009. Un étang subsiste juste au sud du bourg, quelques petutes buttes accidentent le finage, au sud et, au nord-est, près des châteaux du Terral (19e s.) et de Preissan. Le canal du Midi et la D 5 frôlent la limite nord du territoire.


Sallèles-d'Aude

2 500 hab. (Sallélois), 1 255 ha dont 663 de vignes, commune du département de l'Aude dans le canton de Ginestas, 7 km à l'est du chef-lieu. Le village est est sur le canal de jonction qui relie le canal du Midi à celui de la Robine par l’intermédiaire de l’Aude, et il est longé à l'ouest par la Cesse. Commune viticole également hors AOC, et «station verte de vacances», Sallèles a quelques industries, dont une minoterie (Toulousaine des Farines, 40 sal.) et une fabrique de bétons (Carayon, 25 sal.), une carrière; maison de retraite, sept écluses.

La bourgade associe port de plaisance, château du 17e siècle, un «centre européen du patchwork», un musée du Vieux Sallèles et un musée des Potiers romains, œuvre de Roland Castro et J.-P. Gary édifiée en 1992 sur un site de fouilles découvert en 1968 et baptisé Amphoralis. Au nord se situe le confluent du canal du Midi et du canal de jonction, avec le port de la Robine, un pont-canal à la traversée de la Cesse, et une belle construction de 1782 à l'écluse de Gailhousty. Le finage englobe au sud le confluent de l'Aude et de la Cisse et le débouché du canal de jonction sur l'Aude. La population communale a atteint un maximum à 2 450 hab. en 1891, un creux à 1 600 vers 1950 et s'est accrue de 650 hab. entre 1999 et 2009 (+35%).