Canton de Tuchan

Tuchan

850 hab. (Tuchanais), 5 952 ha dont 3 269 de bois et 890 de vignes, chef-lieu de canton du département de l’Aude dans l’arrondissement de Narbonne, 54 km au SO de celle-ci, dans un petit bassin drainé par le Verdouble vers l’Agly. La commune s’étend largement dans les Corbières méridionales, où le relief monte à 879 m à la Tour des Géographes dans le massif de la montagne de Tauch dont le nom, comme celui de Tuchan, évoque l’if; grottes et ruines, dont celles du château d’Aguilar sur sa butte; village de vacances. L’active cave coopérative du Mont Tauch, en développement (70 sal.), a installé une chaîne de production de bibs (bag-in-box), d’une capacité de 450 000 par an. La commune bénéficie, avec deux voisines, d’une appellation de vins de pays du Torgan.

Tuchan a eu plus de 1 800 hab. en 1881 et sa population a décliné jusqu’en 1990; elle est remontée de 40 hab. entre 1999 et 2009. Elle est le siège de la communauté de communes des Hautes Corbières (9 communes, 1 900 hab.). La tour des Géographes est ainsi nommée parce qu’elle a été construite en 1791 pour les astronomes chargé par l'Académie des Sciences de mesurer avec précision le méridien de Dunkerque à Barcelone, en vue de définir une unité standard de mesure: le mètre, défini comme le dix-millionième du quart du méridien terrestre (distance du Pôle à l’Équateur); c’est en 1799 que le mètre étalon de platine fut présenté à l’Assemblée nationale. Tuchan accueille trois parcs éoliens: 5 Nordex de 600 kW en 2001, 10 semblables en 2002, 3 de 900 kW en 2009, soit une puissance totale de 11,7 MW (société Valerco).

Le canton a 1 900 hab., 8 communes, 19 866 ha dont 5 026 de bois et garrigues; il est fermé au sud par la barre calcaire qui domine le Fenouillèdes et marque la limite des Pyrénées-Orientales. Le sommet de la Quille (964 m) y fait face au château ruiné de Peyrepertuse (pierre trouée), tous deux dominant le petit village de Duilhac-sous-Peyrepertuse (130 Duilhacais, 2 109 ha dont 380 de bois et seulement 54 de vignes), 22 km OSO de Tuchan dans la haute vallée du Verdouble, qui longe la crête côté nord. La contrée se nomma d’ailleurs Peyrepertusès au Moyen Âge, du nom du fief. Le château s’étire sur 300 m de long et ses ruines, à la taille d’une citadelle, restent impressionnantes; il gardait la frontière de l’Aragon, et fut construit au 11e s. pour son roi, mais devint français en 1240 et fut alors renforcé.

Un peu à l’est, les superbes ruines du château de Quéribus, à 727 m, moins accessibles, relèvent de Cucugnan (140 Cucugnanais, 1 533 ha dont 115 de vignes), tout petit village dont le nom a plu à Alphonse Daudet, mais dont le fameux sermon de l’obscur curé Ruffié avait été transcrit en 1884 par Achille Mir, félibre carcassonnais (1822-1901); c’est pourquoi Cucugnan s’est dotée d’un théâtre de poche Achille Mir. Il existe une appellation de vin de pays de Cucugnan, portant sur 8 communes. Toujours dans la vallée du Verdouble, Padern (130 Padernais, 2 979 ha dont 2 de vignes), 7 km OSO de Tuchan au confluent du Torgan, a également son château ruiné, mais au village; il appartint aux abbés de Lagrasse, fut reconstruit au 17e s. et abandonné à nouveau. Paziols (530 Paziolais, 2 802 ha dont 525 de vignes), au bord du Verdouble 4 km au sud de Tuchan, est comme celle-ci une grosse commune viticole; le village conserve une église ancienne.

Les cinq fils de Carcassonne

On nomme les cinq fils de Carcassonne les châteaux d'Aguilar, Quéribus, Peyrepertuse, Puilaurens et Termes, qui protégeaient la frontière avec l'Aragon. Ils ont été annexés par les légendes «cathares» publicitaires, mais ils exerçaient bien une fonction militaire à la limite du royaume de France. L'idée des «fils de Carcassonne» tient à ce que certains de leurs seigneurs ont participé à la résistance contre la croisade de Simon de Montfort puis au second mouvement d'insurrection régionale contre la domination royale au milieu du 13e siècle. À vrai dire, ces seigneurs étaient en rébellion contre une autorité considérée comme étrangère et redoutable, mais assez peu concernés par le catharisme, même si la famille de Peyrepertuse a d'abord soutenu Trencavel avant de se soumettre en 1241, et si des cathares durent se réfugier dans les châteaux. Quéribus fut le dernier à tomber, en 1258, et servit de fort de frontière jusqu'en 1659. Le château d'Aguilar existait en 1021; il reste un gros donjon du 12e s. et une enceinte polygonale du 13e, dotée de plusieurs tours semi-circulaires; il a été pris par les troupes de Simon de Montfort en 1210, a servi ensuite à tenir la frontière et fut finalement abandonné en 1569. Ces ruines sont sur des pitons très escarpés, presque inaccessibles, et les châteaux ont dû être construits dans des conditions extrêmes. Leur beauté et leur hardiesse suffisent à leur prestige.