Cantons de Narbonne

Narbonne

52 600 hab. (Narbonnais) dont 1 400 à part, 17 296 ha, sous-préfecture du département de l'Aude. La ville fut une grande place romaine à une bifurcation de la Via Domitia. Son site reste celui d'un remarquable carrefour, où la traversée de l'isthme atlantico-méditerranéen se branche sur l'arc méditerranéen. Cette situation a fait des environs de Narbonne un site précoce de peuplement; l'oppidum de Montlaurès, un peu au nord de la ville mais dans la commune, a montré des traces anciennes, sans doute d'un peuple Elisyque (800 av. J.-C.) qui recevait des marchandises étrusques, phéniciennes et carthaginoises, avant d'être bousculé par les Ibères puis les Volques. Les premières mentions d'un Narbo ou Narba gaulois semblent remonter au 5e siècle avant notre ère, et Narbo Martius fut une ville romaine connue: une borne milliaire antérieure à 117 av. J.-C. y porte la plus ancienne inscription romaine trouvée en France; plus tard, vers 45 av. J.-C., elle ajouta à son nom Decumanorum, en raison de l'établissement d'une colonie d'anciens de la 10e légion romaine, alors que Béziers recevait ceux de la 7e.

Le carrefour exploité par Domitius Ahenobarbus vers - 117 fonctionne donc depuis longtemps, mais pas toujours intensément. Riquet lui-même n'avait pas été séduit: le canal du Midi passe à 15 km au nord de Narbonne et se dirige droit vers Béziers; toutefois, le canal de la Robine devait permettre d'atteindre la mer, par Port-la-Nouvelle. De nos jours se croisent en ville des voies ferrées (vers Toulouse-Bordeaux, Perpignan-Barcelone, Montpellier puis Marseille-Nice ou Lyon-Paris) et près de la ville des autoroutes (A 9 Languedocienne et A 81 vers Toulouse). Il se trouve que le long passé foncier et viticole de la ville ne l'a pas portée vers une mise en valeur intensive de cette situation: point de marché-gare, ni de grand système logistique. La ville reste bourgeoise et dominée par la viticulture depuis le 19e siècle, et n'a pas développé autant d'industries que sa situation géographique l'aurait laissé supposer.

Le centre de la ville se divise classiquement en cité et bourg, séparés par la Robine. La première est dominée par les palais des archevêques et leurs musées (archéologique, art et histoire), et la grosse cathédrale du 13e s., avec cloître et trésor; un peu plus loin, l'Horreum, un ancien entrepôt de marchandises transformé en musée, est le seul reste gallo-romain. Le bourg a un marché 1900, une basilique avec crypte paléochrétienne (Saint-Paul) et l'ancien hospice, quelques vieilles maisons, le musée lapidaire. À l'ouest de la ville et au pied des reliefs, les quartiers Saint-Jean et Saint-Pierre ont reçu une collection d'HLM et sont classés en «zone urbaine sensible».

L'un des gros employeurs est la coopérative vinicole, devenue le puissant groupe Val d'Orbieu qui rassemble 3 000 viticulteurs, emploie 500 salariés, traite plus de 600 000 hl/an et dont le chiffre d'affaires dépasse 400 M€; elle a racheté notamment les vignobles Listel aux Salins du Midi et a investi jusqu'en Californie, et s'est associée en 2004 au puissant groupe italien Caviro, de Faenza, dont la production est double mais plus morcelée (dix fois plus de vignerons) et le chiffre d'affaires inférieur. Toutefois, il a fallu ensuite procédéer à quelques réajustements et Listel a été revendu au nouveau magnat du champagne Vranken.

Areva traite à Narbonne, sur le site de Malvesi (ou Malvesy) un peu au nord de la ville, près de l’oppidum de Montlaurès, du minerai d’uranium provenant d’Arlit au Niger, afin de le raffiner. L’usine, d’abord Société de raffinage d’uranium (SRU) fut installée en 1959 et devint Comurhex dix ans après, en partenariat Pechiney-Cogema, avant d’être entièrement à la Cogema en 1992; elle raffine 14 000 t/an et emploie 280 personnes. Les Ateliers d’Occitanie (100 sal.) s’occupent de matériel ferroviaire; mais d'autres fabricants ont renoncé; Total a fermé en 2009 sa fabrique de pigments Micron-Couleurs, qui avait pu employer 120 salariés.

Narbonne a également une ingénierie Wolters Kluwer (Val Solutions, 55 sal.), et surtout des entreprises de distribution: hypermarchés Carrefour (340 sal.), Géant Casino (160 sal.), Leclerc (110 sal.), Intermarché (80 sal.), Decathlon (50 sal.) et la base régionale de distribution du groupe Intermarché (280 sal.); quelques gros négoces dont le Cellier des Vignerons de la Méditerranée (120 sal.), Tridome-Orion (matériaux, 120 sal.) et Languedoc-Chimie (55 sal.); aide à domicile Atouts Services (50 sal.); constructions SM (140 sal.), base des Autoroutes du Sud de la France (140 sal.), travaux publics Eiffage (150 sal.) et Colas (65 sal.); SNCF (190 sal.), EDF-GDF (150 sal.) et ERDF (90 sal.); transports SNTCL (85 sal.); nettoyages ISS Abilis (250 sal.), Roussillon-Languedoc (110 sal.), PLD (90 sal.), Barriol (50 sal.), nettoyage urbain Sita (310 sal.); centre d’aide par le travail.

a mairie occupe 800 personnes, le centre hospitalier plus de 1 000 (339 lits); deux cliniques le Languedoc (330 sal.) et les Genêts, 240 sal.) disposent ensemble de 300 lits; centre pour enfants déficients et institut médico-éducatif, 70 lits psychiatriques; maison de retraite L'Eau Vive (60 sal.). La ville a trois lycées et cinq collèges publics, un lycée et un collège privés. Une antenne de l’université de Perpignan réunit 200 étudiants en droit et 160 dans un IUT juridique; le club sportif Racing-Club Narbonne-Méditerranée, qui fut célèbre en rugby, a 50 salariés. Narbonne figure parmi les «villes d’art»; il s’y tient un festival de théâtre amateur en juillet. Elle est le lieu de naissance de Charles Trénet (1913-2001), et fut un fief électoral de Léon Blum de 1929 à 1940.

La commune est très étendue et de dessin très contourné: elle va au SO jusqu'au site de l'abbaye de Fontfroide, qu'elle englobe, et à l'est jusqu'à la mer (Narbonne-Plage), soit plus de 25 km de portée. Elle entoure ainsi la commune de Bages, presque une enclave. La partie orientale contient une grande part de la montagne de la Clape, bloc de relief calcaire à garrigues et bois, devenu un bon terroir viticole où progresse le vignoble de qualité. La Clape domine l'urbanisation littorale de Narbonne-Plage, dont la croissance est relativement récente et où se trouve un parc de loisirs Aquajet. Narbonne compte en tout 4 400 résidences secondaires, la plupart sur ce littoral.

À l'ouest de la Clape, le finage s'avance au milieu des étangs, jusqu'au voisinage de Port-la-Nouvelle; il englobe ainsi toute la plaine où a été creusée la Robine, et où passe la voie ferrée de Perpignan; ainsi qu'une partie de l'étang de Bages (Aude), où s'est installé le petit port de plaisance de la Nautique; plusieurs domaines ont été acquis par le Conservatoire du littoral. Dans les Corbières au SO, se cache dans les bois l'abbaye de Fontfroide, restaurée au 20e siècle; très beau cloître, roseraie. Une AOC viticole fontfroide s'étend sur 6 communes et 1 500 ha des 5 400 ha qu'elles totalisent; consacrée VDQS en 1951, elle passa en AOC en 1985; elle porte sur des cépages voisins de ceux de l'appellation corbières: moitié de carignan et 40% de grenache noir, un peu de cinsault, mourvèdre et syrah; en blanc, grenache blanc avec un peu de bourboulenc et de maccabeu. Une autre AOC, propre à la commune de Narbonne, porte sur les reliefs dominant Bages, dans le terroir de Quatourze (600 ha), où sont installés un domaine expérimental avec centre de formation professionnelle agricole, et le château du domaine de Notre-Dame de Quatourze. Enfin, une appellation de vin de pays des Coteaux Narbonnais porte sur 5 communes. Avec 2 796 ha de vignes exploitées, Narbonne est ainsi la première commune viticole de l'Aude.

Les reliefs des Corbières se prolongent vers le nord par une série de collines jusqu'au site de l'oppidum de Montlaurès, riche en restes archéologiques; tout près, on a exploité une mine de soufre et le CEA a établi ses installations de Malvesi. Entre ces reliefs s'étale une plaine, large de 7 km, où la ville a pu s'étaler; elle est noyée au sud par l'étang de Bages. La population de la commune était de 28 000 hab. aux temps forts du vignoble autour de 1900; elle est montée assez régulièrement ensuite et continue de progresser après avoir passé le cap des 40 000 hab. en 1977; elle s'est accrue de 4 600 hab. entre 1999 et 2009. La municipalité, qui avait une longue tradition de gauche, est passée à droite de 1971 à 2008, date à laquelle elle est revenue à la gauche; le maire est Jacques Bascou, socialiste, économiste, également député. L’unité urbaine Insee est de 51 000 hab., l’aire urbaine de 87 800 hab. La communauté d'agglomération de la Narbonnaise associe 18 communes et monte à 76 300 habitants. 86 500 habitants. L’arrondissement a 151 200 hab. (126 400 en 1999), 9 cantons, 82 communes, 169 001 ha.

Les 3 cantons de Narbonne totalisent 60 900 hab. (54 400 en 1999), 10 communes, 29 698 ha dont 2 668 de bois et garrigues. La commune de Narbonne en occupe bien plus de la moitié, les communes périphériques se situant à l'ouest, dans les premiers reliefs des Corbières et le long de la plaine de l'Aude. Toutes sont principalement viticoles. Bizanet (1 320 Bizanetois, 3 709 ha dont 1 684 de bois), 13 km OSO de Narbonne, est un beau village de vieilles pierres, avec fontaines et lavoirs, musée des Granoliers (vigne, vin, produits de terroir). Son finage inclut une partie de la forêt de Fontfroide et le château de Gaussan, ancienne métairie cistercienne, devenue au 19e s. propriété viticole et transformée en bâtisse d'allure féodale à haute tour carrée inspirée par la mode de Viollet-le-Duc; depuis 1994, des bénédictins venus de Fontgombault en ont fait un monastère avec château viticole (8 ha) et hôtellerie. Non loin, se dresse le château de Saint-Martin-de-Toques, féodal remanié au 16e s., ruiné puis restauré à titre privé. La population communale avait dépassé 2 000 hab. vers 1900 et s'est abaissée jusqu'à 1 000 en 1975; stabilisée ensuite, elle a gagné 220 hab. de 1999 à 2009.

Plus au nord, les principales communes viticoles sont Montredon-des-Corbières (1 230 Montredonais, 1 715 ha dont 500 de bois et 432 de vignes), 7 km à l’ouest de Narbonne; entrepôts frigorifiques Sedifrais (50 sal.) et transports TFE (50 sal.), qui a gagné 330 hab. (+37%) de 1999 à 2009 ; Névian (1 380 Névianais, 1 425 ha dont 661 de vignes), 10 km ONO de Narbonne, qui a gagné 280 hab. dans le même temps et dès 2003 a reçu 21 hélices Gamesa (17,9 MW), dont 3 à la Combe de Brousse pour le Moulin de Serviès, 11 à la Garrigue deThéron et 7 à la Grande Garrigue pour la Compagnie du Vent; Canet (1 340 Canétois, 1 404 ha dont 777 de vignes, dans la plaine de l’Aude, 15 km ONO de Narbonne, augmentée de 350 hab.(+32%) depuis 1991 ; Marcorignan (1 190 1 100 Marcorignanais, 564 ha dont 209 de vignes), proche du cours de l’Aude à 8 km NO de Narbonne, qui vient de gagner 100 hab. ; Moussan (1 820 Moussanais, 1 488 ha dont 770 de vignes), 7 km NO de Narbonne, qui touche aussi à l’Aude et dont la population aurait fait un bond de 630 hab. (+53%!) de 1999 à 2009.