Canton de Laguiole

Laguiole

1 320 hab., 6 306 ha dont 935 de bois, chef-lieu de canton du département de l'Aveyron dans l'arrondissement de Rodez, 24 km au NNE d'Espalion sur le plateau de l'Aubrac entaillé par la vallée de la Selves, à 1 000 m. Laguiole est fort connue par ses couteaux, même si la majorité d'entre eux sont fabriqués à Thiers ou en Chine. En fait, si la tradition est ancienne, du moins du début du 19e siècle, et fut soutenue et importée à Paris par les Aveyronnais qui s'y étaient établis dans les cafés et restaurants, la coutellerie avait presque disparu jusqu'à ce que quelques personnes, dont un ancien maire, décident de reprendre le flambeau en insistant sur l'authenticité. Ils ont même créé une Académie du couteau de Laguiole… L'insistance sur l'«authentique» laguiole est pourtant purement publicitaire: car il existe à Laguiole une quinzaine d'entreprises, et la plus tapageuse est toute récente et nullement plus qualifiée que les autres, tandis qu'il se fait à Thiers d'excellents laguiole, conformes à la tradition.

Le principal établissement, celui des Forges de Laguiole, emploie 80 salariés et produit 200 000 couteaux par an (5 M€) dans des bâtiments créés en 1987 et dessinés par Philippe Starck, surmontés d'une vaste structure en forme de voile mais qui doit évoquer une lame. Le groupe de luxe R. Clergerie a racheté les Forges en décembre 2003 - tandis que le fondateur s'investissait dans la reprise des gants Causse à Millau. Un autre établissement, la Coutellerie artisanale, emploie 30 personnes et produit 50 000 couteaux par an, en insistant au moins aussi fort sur l'authenticité; une douzaine d'établissements artisanaux ajoutent leur propre marque, dont La Coutellerie de Laguiole (Honoré, 20 sal.). Un musée du Couteau a bien entendu été ouvert.

Mais ce n'est pas la seule activité du bourg, qui est aussi un marché, a un collège privé, et qui a tracé un sentier botanique et aménagé sur l'Aubrac une station de ski desservie par le Chalet des Sources, et dont les pentes sont partagées avec la commune de Curières. C'est aussi sur le plateau, non loin du Chalet, que Michel Bras, l'un des tout premiers restaurateurs français, solide «trois étoiles», a choisi d'installer au Mazuc son hôtel d'architecture futuriste mais qui se veut adapté et intégré à la surface pastorale de l'Aubrac (20 sal.).

Au total, la commune a six hôtels (130 chambres) dont un de luxe, et 35% de résidences secondaires (370), mais pas de camping homologué. La coopérative Jeune Montagne a une activité de traiteur et réceptions (Aubrac Aligot, 35 sal.); supermarché Simply (25 sal.), boucherie Conquet (25 sal.), hôtel Brouzès (L'Aubrac, 25 sal.). Au NO du bourg, on voit le château et le culot (dyke) volcanique d'Alcorn. Laguiole a eu 2 200 hab. au début du 19e s., 1 600 encore en 1936, et se tient entre 1 250 et 1 300 hab. depuis 1962.

Le canton a 2 500 hab., 5 communes, 18 634 ha dont 2 958 de bois. Il est limitrophe du Cantal au sommet de l'Aubrac, un peu moins haut ici que dans le canton voisin de Saint-Chély. Il compte environ 250 exploitations agricoles, orientées vers l'élevage bovin (32 000 animaux). Il existe une AOC de fromages «tomme de Laguiole» et une spécialité d'aligot (purée de pommes de terre au fromage fondu). Curières (250 Curiérois, 3 606 ha dont 838 de bois), 5 km au sud de Laguiole à 943 m, partage cette limite; le puy du Roussillon est à 1 408 m le point culminant: c'est sur son ombrée que se trouvent les remontées mécaniques venant du Chalet des Sources pour Laguiole et du Chalet du Bouyssou pour Curières. Curières a eu 1 300 hab. au milieu du 19e s.

Montpeyroux (580 Montpeirosiens, 6 171 ha dont 1 026 de bois), 8 km SSO de Laguiole à 967 m, occupe tout le sud-ouest du canton; le haut château du Bousquet au NO du village fut une puissante forteresse féodale, dont les 5 niveaux et les six tours de basalte brun sont fort bien conservés; lac de barrage des Galens sur la Selves, en amont du grand lac du barrage de Maury. De l'autre côté de la Selves au nord, Soulages-Bonneval (280 Soulageois,, 1 516 ha) est à l'ouest du canton à 900 m, et inclut dans sa pointe SO le golf de Mézeyrac. Enfin Cassuéjouls (140 Cassuéjouliens, 1 035 ha), 6 km au nord de Laguiole, à 830 m, complète au nord le canton; elle avait 800 hab. en 1806, et avait été réunie à Soulages-Bonneval entre 1833 et 1844; son nom est à peu près «la clairière aux chênes».