Canton de Marcillac-Vallon

Marcillac-Vallon

1 730 hab. (Marcillacois), 1 459 ha dont 259 de bois, chef-lieu de canton du département de l’Aveyron dans l’arrondissement de Rodez, 20 km au NO de la préfecture dans la vallée du Dourdou. C’est une belle bourgade construite en grès rouge, avec maisons anciennes et caves de vignerons; collèges public et privé; chapelle pour les processions de viticulteurs, grotte de Bouche Roland à l’est du village. La commune abrite une usine de filtres pour automobiles (Filtrauto, ex-Manuval) du groupe italien Sogefi, qui emploie 190 personnes; menuiserie Bras-Turlan (20 sal.). Sa population augmente depuis 1954 (1 200 hab.) et a gagné 120 hab. de 1999 à 2009; elle avait atteint 2 000 hab. en 1876.

Le canton a 9 800 hab. (8 400 en 1999), 10 communes, 26 372 ha dont 4 945 de bois et forme la communauté de communes Causse et Vallon de Marcillac; comme ce nom l’indique, il associe le rougier à vignes du Vallon à des portions de causse dans le haut bassin du Dourdou. Salles-la-Source a dépassé 2 000 hab. À Valady (1 540 Valadinois, 1 551 ha), 5 km au SO de Marcillac, ont été installés la cave coopérative des vignerons du Vallon, et un musée d’arts et traditions; au gros village de Nuces, intégré à Valady depuis 1822, fabrique de meubles Cayron (25 sal.); la population communale augmente depuis les 700 hab. de 1968, et elle a gagné 360 hab. entre 1999 et 2009 (+31%). Saint-Christophe-Vallon (1 170 Saint-Christophorois, 2 322 ha dont 520 de bois), 2 km NNO de Valady, a une entreprise de transports de voyageurs (Tac, Cars du Vallon, 40 sal.) et a gagné 120 hab. de 1999 à 2009.

Clairvaux-d’Aveyron (1 160 Clairvallois, 2 514 ha dont 591 de bois), 3 km au SO de Valady dans la même vallée de l’Addy, qui rejoint le Dourdou à Marcillac, est le siège du syndicat des vignerons, et surtout un petit village d’allure médiévale avec tour-porte, église romane et fêtes estivales médiévales; un centre d’aide par le travail. Son nom a été complété en 1958; sa population a connu un maximum de 2 500 hab. en 1851, un minimum de 830 en 1968; elle a augmenté de 100 hab. depuis 1999. Le village est dominé à l’est par la butte et le haut hameau de Panat, ancien siège d’une baronnie où sont les restes d’un ancien château féodal en rectangle, à plusieurs tours.

Balsac (620 Balsacois, 1 557 ha dont 244 de bois), 14 km au sud de Marcillac, est sur le causse Comtal, à 577 m; son territoire conserve des restes (15e s.) de l’ancienne abbaye du Sauvage; la commune a également 100 hab. de plus qu'en 1999. Muret-le-Château (350 Muretiens, 1 498 ha dont 223 de bois), 11 km ENE de Marcillac à 500 m, est également au bord du causse, à la culée d’un vallon qui descend vers le Dourdou; source, château du 15e s. et un autre château restauré; une mine de fer a été exploitée tout près, au hameau des Espeyroux, au profit de Decazeville. La commune a augmenté de 70 hab. après 1999.

Trois communes occupent le nord du canton. Mouret (540 Mouretiens, 3 161 ha dont 1 031 de bois) est un vieux village de hauteur, dominant le Dourdou, et d’allure médiévale; ruines d’un ancien château fort. Pruines (280 Pruinois, 1 888 ha dont 512 de bois) lui fait face de l’autre côté du Dourdou, 15 km au NNE de Marcillac par la route (7 à vol d’oiseau); intéressant château du 15e et des 17e-18e s., église du 15e s. avec un clocher à peigne; des mines ont été exploitées aux temps gallo-romains sous le pic du Kaymard, pointement volcanique qui monte à 707 m et d’où l’on a une vue étendue; un centre de «vacances insolites de géologie» s’est ouvert au village. À Nauviale (570 Nauvialois, 2 619 ha dont 1 006 de bois), 7 km NNO de Marcillac à droite du Dourdou, se voient les bases de l’ancien château de Belcaire, qui avait huit tours. Nauviale a gagné 110 hab. de 1999 à 2009, Mouret 50, Pruines 20.


Salles-la-Source

2 150 hab. (Salles-Sourçois), 7 803 ha dont 498 de bois, commune du département de l'Aveyron dans le canton de Marcillac-Vallon, 7 km au SE du chef-lieu. Elle occupe un site intéressant dans la vallée du Gréneau, une reculée qui mord sur le causse Comtal et s’y termine en forme de cirque. Le village se divise en trois parties, le Bourg en contrebas sur la route, Salles en hauteur, Saint-Laurent au nord avec les ruines du château et des caves à fromages; des cascades, plusieurs grottes, gorge au Loup; atelier de taille de pierres Vermorel (35 sal.), Intermarché (35 sal.), un village de vacances.

Salles a eu plus de 3 000 hab. en 1861, moins de 1 200 entre 1965 et 1980, et sa population s’est remise à croître, ajoutant encore près de 300 habitants entre 1999 et 2009. Le plateau abonde en mégalithes et en sotchs; sur le causse de Lanhac au nord-est, le hameau de Cadayrac a des restes gallo-romains et un manoir des 15e-16e s., celui de la Vayssière un château plus ancien (13e-14e s.) et, un peu au sud, le tindoul (gouffre) de la Vayssière dans les bois, l’un des plus grands puits naturels du causse.

Tout au sud de Salles, près du gros hameau de Souyri, a été établi l’aérodrome de Rodez (codes RDZ et LFCR), qui a des liaisons quotidiennes avec Paris et une petite aérogare; il occupe 156 ha est équipé d’une piste en dur de 2 040 m, une en gazon de 800 m; le trafic porte sur 140 000 passagers par an, dont plus de la moitié en vols internationaux bon marché; cela a représenté 33 000 mouvements en 2011, dont 4 000 commerciaux, 5 800 locaux et plus de 23 000 en voyages privés; la société d’économie mixte Air 12 y emploie 30 personnes au service de l'aéroport; aéroclub, vols Air France, Hex’Air (pour Lyon) et Ryanair (Londres-Stansted).