Canton de Châteaurenard

Châteaurenard

13 100 hab. (Châteaurenardais), 3 495 ha, chef-lieu de canton des Bouches-du-Rhône dans l'arrondissement d'Arles, 35 km au NNE d'Arles. Le vieux bourg est entouré d'une double ceinture de boulevards, dominé au nord par le pic Chabaud et les deux hautes tours de l'ancien château des 13e-15e s. sur la colline du Griffon, avec musée d'histoire locale et jardins; musée des outils agraires, marchés et tradition de défilés de charrettes décorées et fleuries. La nouvelle ville s'est développée au pied de la butte dans la plaine, irriguée par une série de canaux dont celui des Alpines. La ville a des arènes, un collège public et un privé, une école supérieure d'orchestre de chambre et une galerie d'art.

Elle a été dotée d'un marché-gare d'intérêt national, créé en 1957 sur 8 ha et qui traite 300 000 t/an de fruits et légumes; il emploie 20 salariés. Les principales entreprises sont l'imprimerie IPS (200 sal.), les conserves de légumes Soram Vitacroc (45 sal.), les éléments en béton Atrium (35 sal.); dans les commerces, supermarchés Super-U (50 sal.), Intermarché (50 sal.) et Champion (35 sal.), la Maison du Bon Café (80 sal.), les négoces de fruits et légumes Creno Impex (80 sal.), Idyl (45 sal.), la Bonpasienne (45 sal.) et France Primeurs (25 sal.); centre de tri du courrier de La Poste (40 sal.), discothèque Manadjer (40 sal.); réseaux et canalisations Ehtp (90 sal.); logistique et transports Sotradis (60 sal.), Marc Veray (50 sal.), Eureka (35 sal.), Gel Route (30 sal.), Serres et Pilaire (25 sal.), Nicolas Veray (25 sal.), location de grues Foselev (35 sal.).

La commune a d'abondantes cultures de légumes, des vergers et 53 ha de vignes. Elle eu 5 000 hab. en 1845, 7 400 en 1900, 9 000 en 1954. Sa population a stagné de 1970 à 1990 puis un peu augmenté à nouveau; elle serait de 14 200 hab. (sdc) selon les estimations de 2005. Le canton a 31 800 hab., 6 communes, 14 373 ha dont 1 536 de bois. Barbentane, Graveson et Rognonas à l'ouest, Noves à l'est, Eyragues au sud ont toutes plus de 2 000 hab.


Barbentane

3 800 hab. (Barbentanais), 2 713 ha dont 890 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Châteaurenard, 9 km à l'ouest du chef-lieu. Elle est située à l'angle nord-ouest du département, riveraine du Vaucluse et du Gard, et au confluent réaménagé et endigué de la Durance et du Rhône. Le bourg est au bord de la plaine, où aboutit le canal des Alpilles. C'est un «village de caractère», où subsistent des restes d'un château épiscopal, dont la tour Anglica de 1365 (ancien donjon), deux portes, une église romane du 12e s., la maison des Chevaliers (13e et 16e s.) et le moulin à vent de Bretoule (18e s.). La commune a aussi des arènes, et un grand château de la fin du 17e s. aux marquis de Barbentane, avec parc du 18e s., et le château d'Andigné (19e s.). Le sud de la commune est accidenté par les reliefs de la Montagnette, qui y culminent à 162 m au Rocher Troué. Barbentane a de petites entreprises de fruits et légumes et de négoce, une maison familiale rurale. La population de la ville a légèrement fluctué au cours des deux derniers siècles, passant par un maximum de 3 200 hab. en 1866 et un minimum de 2 400 entre 1936 et 1954; elle a augmenté jusqu'en 1999 puis est restée stable en 2005.


Eyragues

4 000 hab. (Eyraguais), 2 078 ha, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Châteaurenard, 6 km au sud du chef-lieu; le village a une église en partie du 12e s., des arènes et courses camarguaises, une maison familiale rurale. Son finage est irrigué par la branche nord du canal des Alpilles venant de Saint-Rémy-de-Provence, et par la Grande Roubine. Eyragues cultive 46 ha de vignes, mais sa spécialité principale est la culture des tomates. La commune accueille le producteur de semences de légumes Gautier (45 sal.), la recherche agronomique du Laboratoire ASL (20 sal.), les transports de fret Les Rapides Bleus (35 sal.) et HB (25 sal.), les emballages en bois Nature Bois Emballages (25 sal.). Eyragues a eu 2 600 hab. en 1866, moins de 1 800 vers 1930; sa population augmente depuis (+230 hab. de 1999 à 2006).


Graveson

3 200 hab. (Gravesonnais), 2 354 ha dont 440 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Châteaurenard, 8 km au sud-ouest du chef-lieu. Elle offre un éventail intéressant de visites et d'activités avec des restes de remparts (le Grand Portail), les jardins des Quatre Saisons et Au fil de l'eau, une église romane, l'allée de platanes de la Roubine; musée des Arômes et du Parfum, plantes aromatiques du Carré des Simples, musée régional de peinture Auguste Chabaud (1862-1955) depuis 1992; centre d'étude et de documentation sur le patrimoine régional (Credd'O), ateliers d'artistes. Elle a aussi des arènes et le château de Breil. Le finage s'étire du NNE au SSO dans la plaine au pied de la Montagnette, où la limite communale s'élève jusqu'à la crête à 162 m. Les canaux des Alpilles, de Tarascon, du Verlet apportent de l'eau. La commune avait 1 800 hab. dans l'entre-deux-guerres, 2 100 en 1975, 2 800 en 1990; elle a gagné 380 hab. de 1999 à 2005. Elle est le siège de la communauté de communes Rhône-Alpilles-Durance, qui rassemble 10 communes et 41 200 hab.


Noves

4 500 hab. (Novais), 2 792 ha, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Châteaurenard, 5 km à l'est du chef-lieu. Le village est dans la plaine à 2 km de la rive gauche de la Durance, en un lieu de convergence des ruisseaux et canaux, dont ceux des Alpines et du Grand Aiguillon. Il conserve remparts, portes et tours, beffroi; il offre un théâtre de verdure, des arènes et fêtes camarguaises. Selon la tradition locale, c'est à Noves que Pétrarque aperçut en 1327 Laure de Sade, fille d'Audebert de Noves, avant de dédier quantité de sonnets à une Laure rêvée depuis Fontaine-de-Vaucluse, ou pendant ses voyages, tandis que la vraie Laure l'ignorait et devenait plus de dix fois mère; mais d'autres situent la scène à Avignon.

Vers le sud se situent l'espace anciennement marécageux des Clauzeaux et le village des Paluds de Noves, au nom significatif. Les châteaux de Villargelle et de Bournissac sont plus au sud. Un gros échangeur entre autoroute et N 7 s'est établi de part et d'autre de la Durance, partagé avec Avignon et Caumont-sur-Durance; un barrage est sur la Durance. Le village participe pleinement aux production légumières et fruitières de la basse Durance: les principaux établissements sont un atelier des emballages plastiques Sirap Gema (100 sal.); les transports JHM (110 sal.), Mesguen (80 sal.) et Fourchet (25 sal.); les négoces de fruits et légumes PAS (40 sal.), Sopalco (20 sal.) et de fournitures agricoles Jullian (35 sal.); maçonnerie Nicola (45 sal.). La commune a trois zones d'activités et enregistre 104 ha de vignes. Noves a eu environ 2 200 hab. durant la seconde moitié du 19e s., puis sa population a lentement augmenté, passant à 3 000 hab. en 1955, 4 000 en 1990. Elle a gagné 400 hab. de 1999 à 2005.


Rognonas

3 600 hab. (Rognonais), 941 ha, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Châteaurenard, 5 km à l'ONO du chef-lieu. Le village est au centre d'un petit finage, à 2 km de la rive sud de la Durance au bout d'un pont qui le relie directement à Avignon. La commune est traversée par le canal de Tarascon et le canal des Alpilles. Elle a un collège privé, des usines de conserves de viandes du groupe Bigard (200 sal.) et de restauration collective Provence Plats (110 sal.), plus les transports Sepidis (25 sal.) et un chantier de Lafarge Granulats (35 sal.). La commune a eu entre 1 600 et 1 900 hab. de 1900 à 1962, puis a entamé une croissance soutenue comme banlieue d'Avignon; elle a gagné 440 hab. entre 1999 et 2007.