Canton de Salon-de-Provence

Salon-de-Provence

38 100 hab. (Salonnais) dont 1 600 à part, 7 030 ha dont 252 de bois, chef-lieu de canton des Bouches-du-Rhône dans l'arrondissement d'Aix-en-Provence, 39 km ONO d'Aix. La ville tient une position clé au carrefour de la voie de Marseille à Paris et de la voie du Languedoc à la Provence et à Nice, sur l'ancienne Via Aurelia. Ces relations sont à présent matérialisées par l'A 7 et l'A 54 et les voies ferrées, dont le principal carrefour est toutefois à Miramas. La ville ancienne conserve une porte de l'horloge (18e s.) et un hôtel de ville du 17e s., une église du 13e s. et une collégiale du 15e s.; le château de l'Empéri, ancienne résidence des archevêques d'Arles, abrite un musée d'uniformes militaires et les concerts du festival de musique de Salon. La ville organise aussi des festivals de théâtre et de jazz et offre un musée de Salon et de la Crau (arts et traditions), musée Nostradamus dans l'ancienne maison de l'astrologue Michel de Nostredame (1503-1506), un musée Grévin de Provence et même un musée du savon de Marseille, la ville ayant été un lieu d'huileries et de savonneries.

Salon a 2 collèges publics et 2 privés, 3 lycées publics dont un professionnel, 4 lycées privés dont un profesionnel, un centre hospitalier de 320 lits médicaux (430 en tout) et une maison de retraite publique de 100 places; clinique Vignoli (100 sal., 65 lits), deux instituts médico-éducatifs et deux centres d'aide par le travail, maisons de retraite privées (55 et 50 sal.). La commune est traversée par plusieurs canaux dont celui de la Durance à Saint-Chamas et les canaux de Craponne et des Alpilles. Au sud-est, dans la vallée de la Touloubre, sont le château de Bruy, plusieurs échangeurs et un grand centre commercial, ainsi que l'aérodrome.

Celui-ci abrite la base militaire BA 701, qui hérite d'aménagements commencés en 1937 mais qui n'ont été terminés qu'en 1949. Elle occupe 450 ha et abrite l'École des officiers de l'armée de l'air et l'École de pilotage et de navigation de l'armée de l'air, ainsi que les entraînements de la Patrouille aérienne de France; elle assure plus de 50 000 mouvements d'avions par an et emploie environ 2 300 personnes.

Au nord-est, des collines montent à 314 m au-dessus de l'abbaye de Sainte-Croix, dont il reste quelques ruines. Le nord et l'ouest de la commune sont dans la plaine irriguée par le canal des Alpilles. On y voit le château de Richebois, ainsi que le domaine du Merle où est établie l'École des bergers, l'hippodrome de la Crau et une École nationale d'agriculture.

Salon propose 400 chambres d'hôtel et a reçu tout un éventail d'entreprises, dont les principales sont dans le secteur tertiaire: hypermarchés Géant Casino (290 sal.) et centre Leclerc (230 sal.), magasins Champion (120 et 40 sal.), Leader Price (40 sal.) et Jalar (35 sal.), négoces de pharmacie Elitech (55 sal.), de matériaux Comasud (50 sal.), d'électroménager TNB (50 sal.); analyses médicales Bruny et Kraus (35 sal.), gestion d'immeubles Blanc (50 sal.) et Semisap (40 sal.); travail temporaire Adecco (140 sal.) et Adia (90 sal.), nettoyages Onet (230 sal.) et SND (40 sal.), traitement des eaux de la Provençale des Eaux (80 sal.), publicité Adrexo (50 sal.).

La logistique est particulièrement représentée, avec les entrepôts Logidis (430 sal., groupe Carrefour) et Easydis (50 sal., groupe Casino), les transports et entreposages Alloin (125 sal.), Exel (100 sal.), DHL (70 sal.), Salvesen (60 sal.), Exapaq (50 sal.), Robert (45 sal.) et Prest (35 sal.), les Autobus Auréliens (50 sal.) et les autocars Transazur (45 sal.) et Galiero (30 sal.); base d'autoroutes ASF (420 sal.). EdF déclare 95 salariés. La seule petite entreprise de production est Lyofal, en médicaments (30 sal.).

Salon est «de Provence» depuis 1919; sa population, de 6 500 hab. en 1851, est passée à 13 000 vers 1900, est restée à ce niveau jusqu'en 1940 puis a augmenté à nouveau après la guerre. Elle est montée à 21 000 hab. en 1962, 35 000 en 1975, a plafonné ensuite, puis repris une croissance modérée à partir de 1990. Deux «zones urbaines sensibles» ont été délimitées: les grands immeubles de la Monaque au sud, l'ensemble des Canourgues au nord de la ville, plus étendu. La majorité du conseil municipal est de gauche depuis 2001; le maire est Michel Tonon, socialiste, professeur et ansien rugbyman, également conseiller général. L'estimation pour 2005 est de 39 900 hab. (sdc). La communauté d'agglomération Salon-Étang de Berre-Durance, dite aussi Agglopôle et présidée par le maire de Salon, réunit 17 communes et 121 800 hab. Le canton a 40 900 hab., 2 communes, 9 790 ha dont 822 de bois. L'autre commune est Grans.


Grans

3 900 hab. (Gransois), 2 760 ha dont 570 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Salon-de-Provence, 5 km au SO du chef-lieu. Le centre et ses abords offrent plusieurs fontaines, de belles demeures bourgeoises à façades néoclassiques des 18e-19e s., des moulins à huile et à farine. La commune, traversée par la Touloubre et la voie ferrée Paris-Marseille, et voisine de Miramas, se partage entre la plaine et quelques bas plateaux au sud. Elle accueille un atelier de mécanique (Préci Mecanic, 40 sal.), une jardinerie (Jardi Salon, 35 sal.), les transports Fasciale (60 sal.). Grans avait un peu moins de 1 600 hab. en 1931 (contre 2 000 en 1856) et croît depuis; elle a passé les 3 000 hab. en 1981 et gagné 320 hab. de 1999 à 2007, où elle compte 4 100 hab. sdc.