Canton de Châteauneuf-Côte-Bleue

Châteauneuf-les-Martigues

11 500 hab. (Châteauneuvais), 3 165 ha dont 1 883 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans l'arrondissement d'Istres, chef-lieu du canton de Châteauneuf-Côte-Bleue, 24 km au NO de Marseille. La ville est au pied du versant nord de l'Estaque, dont le relief, qui monte à 204 m, occupe les deux tiers sud et ouest de la commune, tandis que le nord-est du finage dessine une plaine triangulaire s'élargissant vers Marignane à l'est. La commune a des restes castraux; le site archéologique de la Font aux Pigeons a permis de définir une culture mésolithique dite castelnovienne à micro-outillages de silex, tandis que le site du Fortin du Haut témoigne d'une culture néolithique campaniforme caractérisée par des poteries en forme de cloche renversée (vers 2000 avant notre ère).

Châteauneuf a un collège public, une maison de retraite (la Bastide, 30 sal.), musée des Amis de Castrum Vetus, ancienne coopérative vinicole. La commune possède la moitié occidentale de l'étang de Bolmon, séparé de l'étang de Berre par un mince cordon littoral, le Jaï, sur lequel ont pris place les cabanes et habitations de la Bourdigue de Châteauneuf. Ce territoire est bordé au nord par l'étang de Berre, dont le canal de Marseille au Rhône suit la rive. Le site de Barlatier-Patafloux, au bord de l'étang de Bolnon, propriété du Conservatoire du Littoral, associe un marais et une pinède; il est considéré comme réserve de faune et de flore mais propose un sentier botanique. Le Vallon du Saut offre des sites d'escalade.

La raffinerie de pétrole dite Raffinerie de Provence a pris place à la Mède, à l'angle NO de la commune; appartenant au groupe Total, elle occupe 450 sal. et a une capacité de traitement de 7,7 Mt/an. Elle reçoit son brut du port de Lavéra. Les autres activités principales sont celles des transports Socorail (180 sal.) et Lomatrans (150 sal.), la robinetterie Weir Valves Controls (100 sal.), les plastiques Sicomin (35 sal.), les fers à bétons Martigues Armatures (25 sal.), une fabrique de chaux (Sacam, 25 sal.); inspections techniques Cete Apave (45 sal.), travaux d'isolation Poujaud (140 sal.) et peinture en bâtiment Franchi (100 sal.). La commune avait 1 600 hab. en 1931 et a crû vigoureusement ensuite, jusqu'en 1982 où elle a dépassé les 10 000 hab. Les estimations pour 2005 sont de 11 900 hab. (sdc).


Carry-le-Rouet

6 100 hab. (Carryens), 1 010 ha dont 957 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Châteauneuf-Côte-Bleue, sur la côte sud de l'Estaque, à 7 km au sud du chef-lieu. Elle a grandi comme station balnéaire et résidentielle et dispose d'un port de plaisance de 560 places, d'un casino (100 sal.) du groupe Barrière, d'un théâtre de verdure, d'une gare; supermarché Casino (30 sal.), informatique du groupe Sogeti (Transiciel Régions, 180 sal. et Transiciel Technology, 75 sal.). La côte est riche en oursins, objets de fêtes (oursinades). Carry-le-Rouet abrite près du port l'Observatoire du Parc marin de la Côte Bleue et dispose en mer d'une réserve de 85 ha avec sentier sous-marin. Un récif sous-marin pour la faune a récemment été formé à partir de briquettes de bauxaline (résidus de bauxite) fournis par l'usine de Gardanne. Après la cession du territoire de Sausset-les-Pins en 1924, la commune n'avait plus que 260 hab.; elle dépassait un peu les 1 000 hab. en 1954 puis la croissance s'est accélérée: 3 300 hab. en 1975, 5 200 en 1990. La population s'est accrue de 360 hab. entre 1999 et 2004.


Ensuès-la-Redonne

4 600 hab. (Ensuennens), 2 583 ha dont 2 311 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Châteauneuf-Côte-Bleue, 8 km au SE du chef-lieu. Le centre-ville est dans la petite dépression centrale du massif de l'Estaque; au sud, l'habitat se projette sur la côte dans les petites urbanisations de la Redonne (gare) et Méjean; parc d'attractions animalier El Dorado au nord. Le littoral est bien protégé par le Conservatoire du littoral et offre un sentier des douaniers aménagé sur 5 km. La commune a été créée en 1933 à partir de Châteauneuf-les-Martigues et du Rove, avec 500 hab.; sa population n'a pas cessé de croître depuis, passant les 2 000 hab. en 1980. Elle a encore gagné 550 hab. de 1999 à 2006, et excède ainsi les 5 000 hab. Elle est surtout résidentielle et enregistre 460 résidences secondaires.


Gignac-la-Nerthe

9 300 hab. (Gignacais), 864 ha, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Châteauneuf-Côte-Bleue, 7 km à l'est du chef-lieu. Le finage s'allonge dans la plaine de Marignane au pied de l'Estaque, le long de l'autoroute A 65 (échangeur). La ville a un collège public, un collège et un lycée privés; surtout résidentielle, elle accueille toutefois les négoces de matériaux Vial (75 sal.) et Comasud (35 sal.), les transports Delta Route (290 sal.), Debeaux (60 sal.), La Nerthoise (35 sal.); constructions DM (35 sal.). Gignac cultive 143 ha de vignes; la commune a cédé en 1835 le territoire du Rove, et son nom a été complété en 1919; la Nerthe est un lieu-dit à l'entrée du tunnel ferroviaire, et une aire de service autoroutière proche en a également adopté le nom. Des fouilles ont révélé un site archéologique de villa romaine à la Poussaraque. Elle a atteint les 1 000 hab. en 1912, les 2 000 en 1963, les 5 000 en 1984 et a passé les 9 000 en 1999; mais sa population semble s'être stabilisée récemment (-50 hab. en 2004).


Rove (Le)

4 100 hab. (Rovenains), 2 297 ha dont 1 800 de bois, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Châteauneuf-Côte-Bleue, 9 km ESE du chef-lieu. Le centre de la commune est dans la petite dépression médiane du massif de l'Estaque, lequel culmine à 245 m et se signale par l'ancien habitat chalcolithique du camp de Laure et des restes castraux. Au sud, la côte est longée par la voie ferrée de Marseille à Martigues, au prix de plusieurs petits tunnels; une gare se situe au village littoral de Niolon. Au nord, la commune est bordée par l'autoroute A 65 (échangeur). Au nord-est, le tunnel maritime du Rove passe sous le territoire communal; il a été creusé entre 1911 et 1916 et mis en service en 1925, pour le canal de Marseille au Rhône, sur 7 120 m, entre le port de la Lave (Marseille-16) et Marignane; mais un éboulement a entraîné sa fermeture en 1963. Des études ont été engagées en 2004 en vue de sa réouverture.

La commune a été créée en 1835 à partir de Gignac-la-Nerthe, mais elle a cédé en 1933 le territoire d'Ensuès-la-Redonne. Elle avait 840 hab. à sa création, a connu un pic momentané à 2 100 hab. en 1911 avec le percement du tunnel navigable et n'avait plus que 480 hab. en 1936. Sa population a augmenté ensuite, a passé les 2 000 hab. en 1972 et les 4 000 en 1999, puis a stagné (+40 hab. de 1999 à 2004). Le Rove accueille un supermarché Casino (25 sal.), les transports La Marseillaise (55 sal.), les travaux publics JMC (35 sal.); nettoyage La Maintenance Paris (210 sal.). Une spécialité agro-alimentaire est la brousse du Rove, fromage de chèvre de qualité.


Sausset-les-Pins

7 400 hab. (Saussetois), 1 210 ha dont 500 de bois, commune des Bouches-du-Rhône au sud-ouest du canton de Châteauneuf-Côte-Bleue, 12 km au SE de Martigues. La commune est sur le versant sud de la chaîne de l'Estaque et ses habitations se dispersent le long de la Côte Bleue entre l'anse de Bourmandariel à l'ouest et l'anse du Grand Rouveau à l'est, sur 4 km de littoral. La commune est surtout résidentielle et balnéaire. Elle a un collège public et un port de plaisance de 500 places, plus un petit port de pêche; promenade de la corniche (sentier des douaniers aménagé), gare sur la voie ferrée vers Marseille et vers Fos, colonies de vacances; le château Charles-Roux, de 1855, a été construit pour un industriel de l'huile et du savon de Marseille. La commune a été créée en 1924 à partir de Carry-le-Rouet, avec 340 hab. seulement; elle en a eu 600 en 1954 puis a passé les 2 000 en 1973 et les 5 000 vers 1987. Mais la population a stagné de 1999 à 2006. Sausset enregistre aussi 1 400 résidences secondaires.